Famille des Papillomaviridae
82 types différents
Induction de proliférations cellulaires
Propriétés oncogènes de certains types

 

Le virus


ADN bicaténaire circulaire capside icosaédrique
virus non enveloppé - résistant absence de multiplication
in vitro

Clinique



Les HPV sont des virus ubiquitaires. qui infectent les
revêtements cutanés et muqueux. La plupart des
lésions observées sont bénignes mais certains
types sont associés à des cancers.

Atteintes cutanéomuqueuses

 

  • peau    : verrues communes (HPV2), plantaires
    épidermodysplasie verruciforme (HPV 3 et 10) infection des
    cellules germinales basales - production de virions uniquement dans les
    cellules kératinisées.
  • tractus génital : condylomes acuminés
    vénériens ou crêtes de coq (HPV 6 et 11)
  • papillomatose laryngée de l'enfant: HPV 6 et 11


Papillomavirus associés à des cancers

 

  • cancers du larynx - papillomatoses malignes


Certains types sont associés

 

chez la femme


  • aux dyspiasies de bas grades HPV6, 11, 42
  • aux dyspiasies de haut grade
  • aux cancers in situ
  • aux carcinomes invasifs
    • types: HPVI6-18 

 

chez l'homme

 


  • cancers du pénis et de la jonction ano-rectale

 

Diagnostic

 

Indications


places respectives des diagnostics
cytologiques et virologique mal précisées

  • en présence d'atypies cellulaires de nature mal
    définie
  • en présence d'une dysplasie de bas grade
  • chez l'homme:
    • partenaire d'une femme infectée
    • homosexuel avec lésions anales
    • transplanté avec lésions condylomateuses
  • Enfant avec papillomatose laryngée



Prélèvements



exocol, endocol, jonction ex o-endocol
biopsies, (sans fixateur pour le diagnostic virologique)
lésions


Techniques

 


  • histopathologiques: présence de koïlocytes (cellules
    épithéliales malpighiennes ou métaplasiques) - dysplasies - cancer in situ - cancer invasif
  • virologie moléculaire
    • PCR avec amorces communes aux différents
      types bénins
    • capture d'hybrides ADN-ARN en phase liquide :
      différenciation des types associés à un risque
      élevé d'évolution (16 - 18-31 -33  ) et des types associés à un faible risque (6- 11)
    • typage par utilisation de sondes spécifiques ou de
      profils de restriction ou par séquençage



l'interprétation difficile en l'absence de lésions
cliniques, doit conduire à une surveillance rapprochée
des femmes infectées par un génotype à haut risque.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion