Index de l'article

 

Lèvre du nouveau-né

Luschka le premier a fait connaitre les particularités que présente chez le nouveau-né le bord libre des lèvres, c'est-à-dire cette partie de transition qui s'étend entre la peau et la muqueuse et qui ne renferme ni poils ni glandes. Cette bordure plus rouge, épaisse, commence dès le cinquième mois fœtal à se différencier en deux zones qui persistent jusqu'à la fin de sa première année et quelquefois plus tard encore. Elles sont typiques chez le nouveau-né.

1° la zone externe, large de 2mm, d’un rose clair possède un épithélium de faible hauteur, à couche cornée, des papilles basses, également espacées, qui renferment des corpuscules du tact. C'est la pars glabra de Luschka, 2° la zone interne, plus large, surtout à la lèvre supérieure où elle atteint 4mm, fait saillie au-dessus, de l'externe; elle est d'un rouge plus violacé, et cette, différence s'accentue après la mort ; la zone interne se dessèche alors rapidement, devient brune, puis noire et durcit. Elle se fait remarquer par la hauteur de son épithélium et des papilles effilées qui atteignent jusqu’à 1mm de longueur et qui lui donnent une forme villeuse (pars villosa) propre à saisir le bout du sein. Cette disposition parait être spéciale à l'homme et en rapport avec la brièveté du mamelon, difficile à saisir par l'enfant (Neustatter). Ces papilles sont peut-être aussi un organe sensitif : toutefois, c'est moins l'attouchement des lèvres que celle des dents de lait ou de la tangue qui provoque chez le nourrisson la succion réflexe.

Rapprochons de cette structure de la lèvre le grand développement du muscle de Klein,  du muscle orbiculaire et de la boule de Bichat.

La double lèvre que présentent certains sujets, et que caractérise un bourrelet muqueux formant comme une seconde lèvre derrière la lèvre proprement dite, est due tantôt à la persistance de l'état infantile, de la double zone des nouveau-nés, tantôt a un ectropion acquis (hypertrophie glandulaire, laxité du tissu sous-muqueux).

Le tubercule médian de la lèvre supérieure apparait au troisième mois fœtal. Il est bien développé chez le nouveau-né, sous forme d’une saillie arrondie qui termine le philtrum ou sillon sous-nasal et mesure 4à 5 mm en hauteur et en largeur. Parfois il est réduit à un simple feston du bord libre. Luschka a montré qu’il représente un reste du bourgeon frontal et que le sillon léger qui le sépare de chaque côté de lèvre supérieure est analogue à la fissure latérale de l’intermaxillaire. Par sa structure, il appartient à la partie villeuse ou zone interne (excroissances frangées très vasculaires); il s'étend en avant près de la peau : la zone externe, pars glabra, se trouve réduite à son minimum. Le tubercule médian persiste chez un grand nombre d’enfants longtemps après la naissance et le plus souvent chez l'adulte on le reconnait encore à une légère saillie sur le milieu du bord rouge.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.