Une fracture de fatigue (ou fracture de stress) est une petite fissure dans un os, ou une contusion grave dans un os.

La plupart des fractures de fatigue sont causées par une utilisation excessive et une activité répétitive, et sont courantes chez les coureurs et les athlètes qui pratiquent des sports de course, comme le football et le basketball.

Les fractures de fatigue surviennent généralement lorsque les personnes changent d'activité, par exemple en essayant un nouvel exercice, en augmentant soudainement l'intensité de leur entraînement ou en changeant de surface d'entraînement (jogging sur un tapis roulant ou en plein air). En outre, si l'ostéoporose ou une autre maladie a affaibli les os, le simple fait de pratiquer des activités quotidiennes peut entraîner une fracture de fatigue.

Les os porteurs du pied et du bas de la jambe sont particulièrement vulnérables aux fractures de fatigue en raison des forces répétitives qu'ils doivent absorber lors d'activités comme la marche, la course et le saut.

S'abstenir d'activités à fort impact pendant une période de temps suffisante est la clé de la récupération après une fracture de fatigue au niveau du pied ou de la cheville. Un retour trop rapide à l'activité peut non seulement retarder le processus de guérison, mais aussi augmenter le risque de fracture complète. Si une fracture complète se produit, il faudra beaucoup plus de temps pour récupérer et reprendre les activités.

Description

Les fractures de fatigue se produisent le plus souvent au niveau des deuxième et troisième métatarsiens du pied, qui sont plus fins (et souvent plus longs) que le premier métatarsien adjacent. C'est la zone où l'impact sur le pied est le plus important lors de la marche ou de la course.

Les fractures de fatigue sont également fréquentes au niveau du calcanéum (talon), du péroné (os extérieur de la jambe et de la cheville), de l'astragale (petit os de l'articulation de la cheville) et du naviculaire (os situé au sommet du médio-pied).

Les sites les plus courants de fractures de fatigue dans le pied sont les os métatarsiens.

De nombreuses fractures de fatigue sont des blessures dues à un usage excessif. Elles se produisent au fil du temps lorsque des forces répétitives entraînent des dommages microscopiques à l'os. La force répétitive qui provoque une fracture de stress n'est pas assez importante pour provoquer une fracture aiguë - comme une cheville cassée à la suite d'une chute. Les fractures de stress par surmenage se produisent lorsqu'un mouvement sportif est répété si souvent que les os porteurs et les muscles de soutien n'ont pas le temps de guérir entre les séances d'exercice.

L'os est dans un état de renouvellement constant - un processus appelé remodelage. Un nouvel os se développe et remplace un os plus ancien. Si l'activité d'un athlète est trop importante, la dégradation de l'os ancien se produit rapidement - elle dépasse la capacité du corps à le réparer et à le remplacer. Par conséquent, l'os s'affaiblit et devient vulnérable aux fractures de fatigue.

Cause

La cause la plus fréquente des fractures de fatigue est une augmentation soudaine de l'activité physique. Cette augmentation peut être liée à la fréquence de l'activité, par exemple en faisant plus d'exercices physiques chaque jour de la semaine. Elle peut également être liée à la durée ou à l'intensité de l'activité, par exemple en courant sur de plus longues distances.

Même pour les non-sportifs, une augmentation soudaine de l'activité peut provoquer une fracture de fatigue. Par exemple, une augmentation de la marche au quotidien (ou sur des surfaces inégales) pendant les vacances, peut engendrer une fracture de fatigue. Un nouveau style de chaussures peut réduire la capacité du pied à absorber des forces répétitives et entraîner une fracture de fatigue.

Insuffisance osseuse

Les affections qui diminuent la force et la densité osseuses, comme l'ostéoporose, et certains médicaments à long terme peuvent augmenter le risque de fracture de fatigue, même lors d'activités quotidiennes normales. Par exemple, les fractures de fatigue sont plus fréquentes pendant les mois d'hiver, lorsque la vitamine D est plus faible dans l'organisme.

Des études montrent que les athlètes féminines sont plus sujettes aux fractures de fatigue que les athlètes masculins. Cela peut être dû, en partie, à une diminution de la densité osseuse due à une affection que les médecins appellent la "triade de l'athlète féminine". Lorsqu'une fille ou une jeune femme va à l'extrême en matière de régime alimentaire ou d'exercice physique, trois maladies interdépendantes peuvent se développer : troubles alimentaires, dysfonctionnement menstruel et ostéoporose prématurée. Lorsque la masse osseuse d'une athlète féminine diminue, ses chances de subir une fracture de stress augmentent.

Mauvaise condition physique

En faire trop et trop tôt est une cause fréquente de fracture de fatigue. C'est souvent le cas chez les personnes qui commencent tout juste un programme d'exercice, mais cela se produit également chez les athlètes expérimentés. Par exemple, les coureurs qui s'entraînent moins pendant les mois d'hiver peuvent être impatients de reprendre là où ils se sont arrêtés à la fin de la saison précédente. Au lieu de commencer lentement, ils reprennent leur course à son ancien kilométrage. Cette situation, dans laquelle les athlètes non seulement augmentent leur niveau d'activité, mais font face à toute gêne et ne donnent pas à leur corps la possibilité de récupérer, peut entraîner des fractures de stress.

Technique incorrecte

Tout ce qui modifie la mécanique de l'absorption des chocs par le pied lorsqu'il heurte le sol peut augmenter le risque de fracture sous contrainte. Par exemple, dans le cas d'une ampoule, un oignon ou une tendinite, la façon dont est répartie le poids sur le pied change lors de la marche ou de la course, et peut entraîner une augmentation de la solicitation d'une zone osseuse.

Modification de la surface

Un changement de surface d'entraînement ou de jeu, comme le passage d'un joueur de tennis d'un terrain en herbe à un terrain en dur, ou le passage d'un coureur d'un tapis roulant à une piste extérieure, peut augmenter le risque de fracture de fatigue.

Équipement inapproprié

Le port de chaussures usées ou fragiles qui ont perdu leur capacité d'absorption des chocs peut contribuer aux fractures de fatigue.

Symptômes

Le symptôme le plus fréquent d'une fracture de fatigue au niveau du pied ou de la cheville est la douleur. La douleur se développe généralement de manière progressive et s'aggrave pendant l'activité de mise en charge. Les autres symptômes peuvent être les suivants :

  • Douleur qui diminue au repos
  • Douleur qui apparaît et s'intensifie au cours des activités quotidiennes normales
  • Gonflement sur le dessus du pied ou sur l'extérieur de la cheville
  • Sensibilité au toucher à l'endroit de la fracture
  • Possibilité d'ecchymoses

Premières choses à faire

La consultation d'un médecin dès que possible lorsque l'on soupçonne une fracture de fatigue au niveau du pied ou de la cheville. Ignorer la douleur peut avoir de graves conséquences. L'os peut se briser complètement.

Il est conseillé de suivre le protocole repos, glace, compression et élévation en attendant la consultation médicale.

Repos. Éviter les activités qui font peser un poids sur le pied. Dans le cas où il faut porter du poids pour une raison quelconque, une chaussure très résistante est conseillée. Une sandale en liège à semelle épaisse est préférable à une pantoufle fine.
Glace. Appliquez de la glace immédiatement après la blessure pour réduire l'enflure. Utilisez des blocs réfrigérants pendant 20 minutes à la fois, plusieurs fois par jour. N'appliquez pas de glace directement sur votre peau.
Compression. Pour éviter un gonflement supplémentaire, enveloppez légèrement la zone dans un bandage souple.
Élévation. Le plus souvent possible, surélever le pied au dessus du cœur.
De plus, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS, tels que l'ibuprofène ou le Naproxène, peuvent aider à soulager la douleur et à réduire le gonflement.

Examen médical

Examen physique

Le médecin discutera des antécédents médicaux et de l'état de santé général. Il posera des questions sur le travail, les activités, l'alimentation et les médicaments qui sont prescrits. Il est important que le médecin connaisse les facteurs de risque de fracture de fatigue. Dans le cas d'antécédents de fracture de fatigue, le médecin peut faire passer un examen médical complet avec des examens de laboratoire pour vérifier les carences nutritionnelles telles qu'une faible teneur en calcium ou en vitamine D.

Après avoir discuté des symptômes et des antécédents médicaux, le médecin examinera les pied et les chevilles. Pendant l'examen, il recherchera les zones de sensibilité et appliquera une légère pression directement sur l'os blessé. Souvent, la clé du diagnostic d'une fracture de fatigue est le signalement par le patient d'une douleur en réponse à cette pression. La douleur due à une fracture d'effort est généralement limitée à la zone située directement au-dessus de l'os blessé et n'est pas généralisée à l'ensemble du pied.

Imagerie

Des examens d'imagerie permettent de confirmer le diagnostic.

Radiographies. Les rayons X fournissent des images de structures denses, telles que les os. Comme une fracture de fatigue commence par une minuscule fissure, elle est souvent difficile à voir sur une première radiographie. La fracture peut n'être visible que plusieurs semaines plus tard, lorsqu'elle a commencé à guérir. Après quelques semaines, un type d'os de guérison appelé callosité peut apparaître autour du site de la fracture. Dans de nombreux cas, c'est à ce moment-là que le trait de fracture devient réellement visible dans l'os.

Autres études d'imagerie. Dans le cas d'une suspicion de fracture de fatigue qui n'est pas visible en radiographie, une scintigraphie osseuse ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être réalisées. Bien qu'une scintigraphie osseuse soit moins spécifique qu'une IRM pour montrer l'emplacement réel de la fracture de stress, ces deux types d'études sont plus sensibles que les rayons X et peuvent détecter les fractures de fatigue plus tôt.

Traitement

L'objectif du traitement est de soulager la douleur et de permettre à la fracture de guérir afin de reprendre les activités. Le fait de suivre le plan de traitement aidera à reprendre plus rapidement les activités et à prévenir de nouvelles lésions osseuses.

Le traitement variera en fonction de la localisation de la fracture de fatigue et de sa gravité. La majorité des fractures de stress sont traitées de manière non chirurgicale.

Traitement non chirurgical

En plus du protocole repos, glace, compression et élévation, et des médicaments anti-inflammatoires, votre médecin peut recommander d'utiliser des béquilles pour éviter que le pied ne pèse jusqu'à ce que la douleur s'estompe. Il peut également recommander un traitement non chirurgical :

Des activités modifiées. Il faut généralement compter entre 6 et 8 semaines pour qu'une fracture de fatigue guérisse. Pendant ce temps, adoptez des activités qui exercent moins de pression sur votre pied et votre jambe. La natation et le vélo sont de bonnes activités alternatives. Toutefois, il ne faut pas reprendre aucun type d'activité physique impliquant le pied ou la cheville blessé - même s'il s'agit d'un impact faible - sans la recommandation d'un médecin.

Des chaussures de protection. Pour réduire le stress sur le pied et la jambe, le médecin peut recommander de porter des chaussures de protection. Il peut s'agir d'une chaussure à semelle rigide, d'une sandale à semelle de bois ou d'une chaussure à semelle amovible pour fracture de la jambe courte.

Coulée. Les fractures de fatigue du cinquième os du métatarse (sur la face externe du pied) ou au niveau des os naviculaires ou de l'astragale prennent plus de temps à guérir. Le médecin peut appliquer un plâtre au pied pour maintenir l'os dans une position fixe et pour supprimer la contrainte exercée sur la jambe concernée.

Traitement chirurgical

Certaines fractures de fatigue nécessitent une intervention chirurgicale pour guérir correctement. Dans la plupart des cas, il s'agit de soutenir les os en insérant une sorte d'attache. C'est ce qu'on appelle la fixation interne. Des broches, des vis et/ou des plaques sont le plus souvent utilisées pour maintenir ensemble les petits os du pied et de la cheville pendant le processus de guérison.

Récupération

Dans la plupart des cas, il faut de 6 à 8 semaines pour qu'une fracture de fatigue guérisse. Les fractures de stress plus graves peuvent prendre plus de temps. Bien qu'il puisse être difficile d'être mis à l'écart en raison d'une blessure, le retour à l'activité physique trop tôt peut exposer à des fractures de fatigue plus importantes et plus difficiles à guérir et à une période d'arrêt encore plus longue. Une nouvelle blessure peut entraîner des problèmes chroniques et la fracture de stress peut ne jamais guérir correctement.

Une fois que la douleur s'est calmée, la guérison de la fracture de fatigue peut être confirmée par la radiographies. Une tomographie par ordinateur (CT) peut également être utile pour déterminer l'état de la guérison, en particulier dans les os où la ligne de fracture était initialement difficile à voir.

Une fois que la fracture de fatigue a guéri et que la douleur a disparu, il est possible de reprendre progressivement les activités. Pendant la phase initiale de la réadaptation, il peut être recommandé d'alterner des jours d'activité et des jours de repos. Cela donne à l'os le temps de se développer et de résister aux nouvelles exigences qui lui sont imposées. À mesure que le niveau de forme physique s'améliore, la fréquence, la durée et l'intensité des exercices peut être augmenté.

Prévention

Les lignes directrices suivantes peuvent aider à prévenir les fractures de fatigue :

  • Une alimentation saine. Un régime alimentaire équilibré, riche en calcium et en vitamine D, contribuera à renforcer les os.
  • Utilisation d'un équipement approprié. Les chaussures de course anciennes ou usées peuvent perdre leur capacité à absorber les chocs et peuvent entraîner des blessures. En général, les chaussures de sport doivent avoir une semelle intérieure plus souple et une semelle extérieure plus rigide.
  • Une nouvelle activité doit être commencée avec parcimonie. L'augmentation progressive du temps, de la vitesse et de la distance parcourue doivent être progressives. Dans la plupart des cas, une augmentation de 10 % par semaine est appropriée.
  • Diversifier les activités. En variant les activités on évité de stresser une partie du corps. Par exemple, alternance d'un sport à fort impact comme la course à pied avec des sports à faible impact comme la natation ou le vélo.
  • Ajout d'exercices de musculation à l'entraînement. L'un des meilleurs moyens de prévenir la fatigue musculaire précoce et la perte de densité osseuse qui accompagnent le vieillissement est d'intégrer un entraînement de force. Les exercices de musculation utilisent des méthodes de résistance comme les poids libres, les bandes de résistance ou votre propre poids corporel pour développer les muscles et la force.
  • Arrêt de l'activité si la douleur ou le gonflement reviennent. Repos pendant quelques jours. Si la douleur persiste, une consultation avec médecin est recommandée.

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion