Les douleurs au bas du dos sont courantes. Le mal de dos est l'une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles les gens consultent un médecin ou s'absentent du travail. Même les enfants en âge scolaire peuvent avoir des douleurs dorsales.

L'intensité de la douleur dorsale peut varier d'une douleur sourde et constante à une douleur soudaine, aiguë ou vive. Elle peut apparaître soudainement à la suite d'un accident ou en soulevant quelque chose de lourd, ou elle peut se développer avec le temps en vieillissant. Un manque d'exercice suivi d'un entraînement intense peut également provoquer des douleurs dorsales.

Il existe deux types de douleurs dorsales :

La douleur dorsale aiguë, ou de courte durée, dure de quelques jours à quelques semaines. La plupart des douleurs lombaires sont aiguës. Elle a tendance à se résorber d'elle-même en quelques jours grâce à des soins auto-administrés et il n'y a pas de perte de fonction résiduelle. Dans certains cas, quelques mois sont nécessaires pour que les symptômes disparaissent.

La lombalgie chronique est définie comme une douleur qui persiste pendant 12 semaines ou plus, même après le traitement d'une blessure initiale ou d'une cause sous-jacente de lombalgie aiguë. Environ 20 % des personnes affectées par une lombalgie aiguë développent une lombalgie chronique avec des symptômes persistants au bout d'un an. Même si la douleur persiste, cela ne signifie pas toujours qu'il y a une cause sous-jacente médicalement grave ou qu'elle peut être facilement identifiée et traitée. Dans certains cas, le traitement soulage avec succès la lombalgie chronique, mais dans d'autres cas, la douleur persiste malgré le traitement médical et chirurgical.

Structures entrant dans la constitution du bas du dos

Le bas du dos - où se produisent la plupart des douleurs dorsales - comprend les cinq vertèbres (appelées L1-L5) de la région lombaire, qui supporte une grande partie du poids du haut du corps. Les espaces entre les vertèbres sont maintenus par des coussinets ronds et caoutchouteux appelés disques intervertébraux qui agissent comme des amortisseurs dans toute la colonne vertébrale pour amortir les os lorsque le corps bouge. Des bandes de tissu appelées ligaments maintiennent les vertèbres en place, et des tendons attachent les muscles à la colonne vertébrale. Trente et une paires de nerfs sont enracinés dans la moelle épinière et contrôlent les mouvements du corps et transmettent des signaux du corps au cerveau.

Les autres régions des vertébrés sont les segments cervicaux (dans le cou), thoraciques (dans le haut du dos), et sacrés et coccygiens (sous la région lombaire).

Qu'est-ce qui peut provoquer des douleurs lombaires ?

La plupart des lombalgies aiguës sont de nature mécanique, ce qui signifie que les composantes du dos (colonne vertébrale, muscles, disques intervertébraux et nerfs) s'assemblent et se déplacent de façon anarchique. Voici quelques exemples de causes mécaniques de la lombalgie :

Congénitale

  • Les irrégularités squelettiques telles que la scoliose (courbure de la colonne vertébrale), la lordose (arc anormalement exagéré dans le bas du dos), la cyphose (arc excessif de la colonne vertébrale vers l'extérieur) et d'autres anomalies congénitales de la colonne vertébrale.
  • Le spina-bifida, qui implique un développement incomplet de la moelle épinière et/ou de son revêtement protecteur et peut entraîner des problèmes de malformation des vertèbres et des sensations anormales, voire la paralysie.

Blessures

  • Entorses (ligaments trop tendus ou déchirés), foulures (déchirures de tendons ou de muscles) et spasmes (contraction soudaine d'un muscle ou d'un groupe de muscles)
  • Blessure traumatique, par exemple lors de la pratique d'un sport, d'un accident de voiture ou d'une chute, qui peut blesser les tendons, les ligaments ou les muscles à l'origine de la douleur, ainsi que comprimer la colonne vertébrale et provoquer la rupture ou la hernie discale.

Problèmes dégénératifs

  • Dégénérescence des disques intervertébraux qui se produit lorsque les disques habituellement caoutchouteux s'usent comme un processus normal de vieillissement et perdent leur capacité d'amortissement.
  • Spondylose : dégénérescence générale de la colonne vertébrale associée à l'usure normale qui se produit dans les articulations, les disques et les os de la colonne vertébrale au fur et à mesure que les personnes vieillissent.
  • Arthrite ou autre maladie inflammatoire de la colonne vertébrale, y compris l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde ainsi que la spondylarthrite, une inflammation des vertèbres.

Problèmes de nerfs et de moelle épinière

  • Compression, inflammation et/ou lésion du nerf spinal
  • La sciatique (aussi appelée radiculopathie), causée par quelque chose qui appuie sur le nerf sciatique qui traverse les fesses et s'étend à l'arrière de la jambe. Les personnes atteintes de sciatique peuvent ressentir des douleurs lombaires de type choc ou brûlant, combinées à des douleurs dans les fesses et le long d'une jambe.
  • La sténose spinale, le rétrécissement de la colonne vertébrale qui exerce une pression sur la moelle épinière et les nerfs
  • La spondylolisthésis, qui se produit lorsqu'une vertèbre de la partie inférieure de la colonne vertébrale glisse, pinçant les nerfs qui sortent de la colonne vertébrale
  • Une hernie discale ou une rupture de disque peut se produire lorsque les disques intervertébraux sont comprimés et se gonflent vers l'extérieur
  • Infections des vertèbres, appelées ostéomyélites ; des disques intervertébraux, appelés disciples ; ou des articulations sacro-iliaques reliant la partie inférieure de la colonne vertébrale au bassin, appelées sacro-iliites
  • Le syndrome de cauda equina se produit lorsqu'un disque rompu pousse dans le canal rachidien et appuie sur le faisceau de racines des nerfs lombaires et sacrés. Si ce syndrome n'est pas traité, il peut entraîner des dommages neurologiques permanents.
  • L'ostéoporose (diminution progressive de la densité et de la solidité osseuses pouvant entraîner des fractures douloureuses des vertèbres)

Sources autres que la colonne vertébrale

  • Les calculs rénaux peuvent provoquer des douleurs aiguës dans le bas du dos, généralement d'un côté
  • Endométriose (accumulation de tissu utérin dans des endroits situés à l'extérieur de l'utérus)
  • Fibromyalgie (un syndrome de douleur chronique impliquant des douleurs et une fatigue musculaires généralisées)
  • Les tumeurs qui appuient sur la colonne vertébrale ou la moelle épinière et les nerfs ou qui la détruisent, ou encore qui se trouvent à l'extérieur de la colonne vertébrale, ailleurs dans le dos
  • Grossesse (les symptômes du dos disparaissent presque toujours complètement après l'accouchement)

Quels sont les facteurs de risque de développer une lombalgie ?

Tout le monde peut avoir des douleurs dorsales. Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de lombalgie sont notamment les suivants

L'âge : la première crise de lombalgie survient généralement entre 30 et 50 ans, et les douleurs dorsales deviennent plus fréquentes avec l'âge. La perte de solidité osseuse due à l'ostéoporose peut entraîner des fractures, et en même temps, l'élasticité et le tonus musculaire diminuent. Les disques intervertébraux commencent à perdre de la fluidité et de la souplesse avec l'âge, ce qui diminue leur capacité à amortir les vertèbres. Le risque de sténose vertébrale augmente également avec l'âge.

Niveau de forme physique : Les douleurs dorsales sont plus fréquentes chez les personnes qui ne sont pas en bonne forme physique. Des muscles dorsaux et abdominaux faibles peuvent ne pas soutenir correctement la colonne vertébrale. Les "guerriers du week-end" : les personnes qui sortent et font beaucoup d'exercice après avoir été inactives toute la semaine sont plus susceptibles de souffrir de douleurs dorsales que les personnes qui font de l'activité physique modérée une habitude quotidienne. Des études montrent que les exercices d'aérobic à faible impact peuvent aider à maintenir l'intégrité des disques intervertébraux.

Prise de poids : La surcharge pondérale, l'obésité ou une prise de poids rapide et importante peuvent exercer un stress sur le dos et provoquer des douleurs lombaires.

Génétique : Certaines causes de douleurs dorsales, telles que la spondylarthrite ankylosante (une forme d'arthrite qui implique la fusion des articulations vertébrales entraînant une certaine immobilité de la colonne vertébrale), ont une composante génétique.

Facteurs liés à l'emploi : Avoir un travail qui nécessite de soulever, pousser ou tirer des objets lourds, en particulier lorsqu'il implique de tordre ou de faire vibrer la colonne vertébrale, peut entraîner des blessures et des douleurs dorsales. Le fait de travailler toute la journée à un bureau peut contribuer à la douleur, notamment en raison d'une mauvaise posture ou d'une chaise dont le dossier n'est pas suffisamment soutenu.

La santé mentale : L'anxiété et la dépression peuvent influencer la façon dont on se concentre sur sa douleur ainsi que sa perception de sa gravité. Une douleur qui devient chronique peut également contribuer au développement de ces facteurs psychologiques. Le stress peut affecter l'organisme de nombreuses façons, notamment en provoquant des tensions musculaires.

Le tabagisme : Il peut restreindre le flux sanguin et l'oxygène vers les disques, ce qui les fait dégénérer plus rapidement.

La surcharge du sac à dos chez les enfants : Un sac à dos surchargé de livres et de fournitures scolaires peut fatiguer le dos et provoquer une fatigue musculaire.

Facteurs psychologiques : L'humeur et la dépression, le stress et le bien-être psychologique peuvent également influer sur la probabilité de ressentir des douleurs dorsales.

Comment diagnostique-t-on une lombalgie ?

Un historique médical complet et un examen physique permettent généralement d'identifier toute affection grave pouvant être à l'origine de la douleur. Des tests neurologiques peuvent aider à déterminer la cause de la douleur et le traitement approprié. Les examens d'imagerie ne sont pas nécessaires dans la plupart des cas, mais peuvent être prescrits pour éliminer des causes spécifiques de la douleur, notamment les tumeurs et les sténoses vertébrales. Il est parfois difficile de déterminer la cause d'une lombalgie chronique, même après un examen approfondi.

Les examens comprennent :

Des examens sanguins ne sont pas utilisés de manière systématique pour diagnostiquer la cause des douleurs dorsales, mais peuvent être prescrits pour rechercher des signes d'inflammation, d'infection, de cancer et/ou d'arthrite.

Des scanners osseux permettent de détecter et de surveiller une infection, une fracture ou un trouble osseux. Une petite quantité de matière radioactive est injectée dans la circulation sanguine et s'accumule dans les os, en particulier dans les zones présentant une certaine anomalie. Les images générées par le scanner peuvent identifier des zones spécifiques de métabolisme osseux irrégulier ou de flux sanguin anormal, ainsi que mesurer les niveaux de maladies articulaires.

La discographie consiste à injecter un produit de contraste dans un disque vertébral dont on pense qu'il est à l'origine de lombalgies. La pression du liquide dans le disque reproduira les symptômes de la personne si le disque en est la cause. Le colorant aide à montrer les zones endommagées sur les scanners pris après l'injection.

L'électrodiagnostic permet d'identifier les problèmes liés aux nerfs du dos et des jambes. Les procédures comprennent :

l'électromyographie (EMG) évalue l'activité électrique dans un muscle et peut détecter si la faiblesse musculaire résulte d'un problème des nerfs qui contrôlent les muscles. De très fines aiguilles sont insérées dans les muscles pour mesurer l'activité électrique transmise par le cerveau ou la moelle épinière à une zone particulière du corps.

Les études de potentiel évoqué font appel à deux jeux d'électrodes : l'un pour stimuler un nerf sensoriel, et l'autre placé sur le cuir chevelu pour enregistrer la vitesse de transmission des signaux nerveux au cerveau.

Les études de conduction nerveuse (NCS) utilisent également deux jeux d'électrodes pour stimuler le nerf qui court vers un muscle particulier et enregistrer les signaux électriques du nerf afin de détecter toute lésion nerveuse.

Les tests d'imagerie diagnostique permettent aux spécialistes de voir dans le corps sans devoir recourir à la chirurgie exploratoire. L'imagerie comprend :

La tomographie assistée par ordinateur (CT) peut montrer des structures de tissus mous qui ne peuvent pas être vues sur les rayons X conventionnels, comme la rupture d'un disque, la sténose vertébrale ou les tumeurs.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) crée une image générée par ordinateur des structures osseuses et des tissus mous tels que les muscles, les ligaments, les tendons et les vaisseaux sanguins. Une IRM peut être demandée si l'on soupçonne un problème tel qu'une infection, une tumeur, une inflammation, une hernie ou une rupture discale, ou une pression sur un nerf

L'imagerie radiographique peut montrer des os cassés ou une vertèbre blessée ou mal alignée.

Les myélogrammes améliorent l'imagerie diagnostique des rayons X et des scanners. Dans cette procédure, un colorant de contraste est injecté dans le canal rachidien, ce qui permet de voir sur une radiographie ou un scanner la compression de la moelle épinière et des nerfs causée par une hernie discale ou une fracture.

Comment traite-t-on le mal de dos ?

Les douleurs dorsales aiguës s'améliorent généralement d'elles-mêmes. La douleur dorsale aiguë est généralement traitée avec :

  • des médicaments destinés à soulager la douleur et/ou l'inflammation
  • les analgésiques tels que l'acétaminophène et l'aspirine
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l'ibuprofène et le naproxène peuvent être vendus sans ordonnance ; certains AINS sont prescrits par un médecin
  • les relaxants musculaires sont des médicaments délivrés sur ordonnance qui sont utilisés à court terme pour détendre les muscles tendus
  • Les analgésiques topiques tels que les crèmes, les gels, les patchs ou les sprays appliqués sur la peau stimulent les nerfs de la peau pour procurer une sensation de chaleur ou de froid afin d'atténuer la sensation de douleur. Les médicaments topiques courants comprennent la capsaïcine et la lidocaïne.
  • La chaleur et/ou la glace peuvent aider à soulager la douleur, à réduire l'inflammation et à améliorer la mobilité de certaines personnes
  • Étirements doux (pas d'exercices vigoureux) sur les conseils de votre professionnel de la santé
  • L'exercice, le repos au lit et la chirurgie ne sont généralement pas recommandés en cas de douleurs dorsales aiguës.
  • Les douleurs dorsales chroniques sont le plus souvent traitées par une approche par étapes, passant de simples traitements peu coûteux à des approches plus agressives. Les traitements spécifiques peuvent dépendre de la cause identifiée de la douleur dorsale.

Étape 1 Traitements précoces

Les médicaments peuvent inclure :

  • Analgésiques et AINS
  • les médicaments opioïdes prescrits par un médecin (les opioïdes ne doivent être utilisés que pendant une courte période et sous la surveillance d'un médecin, car ils peuvent créer une dépendance, aggraver la dépression et avoir d'autres effets secondaires)
  • Les anticonvulsivants - médicaments prescrits principalement pour traiter les crises - peuvent être utiles pour traiter les personnes atteintes de sciatique
  • Les antidépresseurs tels que les tricycliques et la sérotonine, ainsi que les inhibiteurs du recaptage de la noradrénaline ont été couramment prescrits pour les lombalgies chroniques (sur prescription médicale)

L'autogestion :

  • Packs chauds ou froids
  • La reprise d'activités normales dès que possible peut soulager la douleur ; l'alitement n'est pas recommandé
  • Les exercices qui renforcent les muscles centraux ou abdominaux peuvent aider à accélérer la guérison des lombalgies chroniques. Consultez toujours un médecin avant de commencer un programme d'exercices et pour obtenir une liste d'exercices utiles.

Étape 2 Les techniques complémentaires et alternatives comprennent :

L'acupuncture est modérément efficace pour les lombalgies chroniques. Elle consiste à insérer de fines aiguilles en des points précis du corps et à les stimuler (en les tordant ou en les faisant passer par un courant électrique à basse tension), ce qui peut amener le corps à libérer des substances chimiques antidouleur naturelles telles que les endorphines, la sérotonine et l'acétylcholine.

Les approches comportementales comprennent :

Le biofeedback consiste à fixer des électrodes sur la peau et à utiliser un appareil d'électromyographie qui permet aux personnes de prendre conscience et de contrôler leur respiration, la tension musculaire, le rythme cardiaque et la température de la peau ; les personnes régulent leur réponse à la douleur en utilisant des techniques de relaxation  

La thérapie cognitive consiste à utiliser des techniques de relaxation et d'adaptation pour soulager le mal de dos

La stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS) consiste à porter un appareil à piles qui place des électrodes sur la peau, au-dessus de la zone douloureuse, qui génèrent des impulsions électriques destinées à bloquer ou à modifier la perception de la douleur   

Les programmes de physiothérapie visant à renforcer les principaux groupes musculaires qui soutiennent le bas du dos, améliorent la mobilité et la flexibilité et favorisent un positionnement et une posture appropriés sont souvent utilisés en combinaison avec d'autres interventions 

La manipulation de la colonne vertébrale et la mobilisation de la colonne vertébrale sont des approches dans lesquelles les docteurs en soins chiropratiques utilisent leurs mains pour mobiliser, ajuster, masser ou stimuler la colonne vertébrale et les tissus environnants. La manipulation implique un mouvement rapide sur lequel l'individu n'a aucun contrôle ; la mobilisation implique des mouvements d'ajustement plus lents. Ces techniques peuvent apporter des avantages à court terme, de faibles à modérés, aux personnes souffrant de lombalgies chroniques, mais aucune de ces techniques n'est appropriée lorsqu'une personne a une cause médicale sous-jacente à ses douleurs dorsales, comme l'ostéoporose, la compression de la moelle épinière ou l'arthrite.

Les injections vertébrales comprennent :

Les injections des points gâchettes peuvent détendre les muscles noués (points gâchettes) qui peuvent contribuer aux douleurs dorsales. Une injection ou une série d'injections d'un anesthésique local et souvent d'un corticostéroïde dans le(s) point(s) de déclenchement peut atténuer ou soulager la douleur.   

Les injections épidurales de stéroïdes dans la région lombaire du dos sont administrées pour traiter les lombalgies et la sciatique associées à l'inflammation. Le soulagement de la douleur associé aux injections est généralement temporaire et les injections ne sont pas conseillées pour une utilisation à long terme.

L'ablation par radiofréquence consiste à insérer une fine aiguille dans la zone douloureuse, à travers laquelle une électrode est passée et chauffée pour détruire les fibres nerveuses qui transmettent les signaux de douleur au cerveau. Appelée également rhizotomie, cette procédure peut soulager la douleur pendant plusieurs mois.

La traction implique l'utilisation de poids et de poulies pour appliquer une force constante ou intermittente afin de "tirer" progressivement la structure squelettique dans un meilleur alignement. Certaines personnes ressentent un soulagement de la douleur lorsqu'elles sont en traction, mais le mal de dos a tendance à revenir une fois la traction relâchée.

Étape 3 Options de soins plus avancées

Chirurgie

Lorsque les autres thérapies échouent, on peut envisager une intervention chirurgicale pour soulager la douleur causée par l'aggravation des lésions nerveuses, de graves lésions musculosquelettiques ou une compression nerveuse. Des interventions chirurgicales spécifiques sont sélectionnées pour des conditions/indications particulières. Cependant, la chirurgie n'est pas toujours couronnée de succès. Il peut s'écouler des mois après l'opération avant que la personne ne soit complètement guérie et il peut y avoir une perte permanente de flexibilité. Les options chirurgicales comprennent :

La vertébroplastie et la cyphoplastie pour les fractures vertébrales sont des traitements peu invasifs pour réparer les fractures par compression des vertèbres causées par l'ostéoporose. La vertébroplastie utilise l'imagerie tridimensionnelle pour aider à guider une fine aiguille à travers la peau dans le corps vertébral, la plus grande partie des vertèbres. Un ciment osseux de type colle est ensuite injecté dans l'espace du corps vertébral, qui durcit rapidement pour stabiliser et renforcer l'os et soulager la douleur. Dans la cyphoplastie, avant d'injecter le ciment osseux, un ballon spécial est inséré et doucement gonflé pour redonner de la hauteur à la structure vertébrale et réduire la déformation de la colonne vertébrale.  

La laminectomie spinale (également appelée décompression spinale) est pratiquée lorsqu'un rétrécissement du canal vertébral provoque une douleur, un engourdissement ou une faiblesse. Au cours de la procédure, les lamelles ou les parois osseuses des vertèbres sont enlevées, ainsi que les éperons osseux, pour soulager la pression sur les nerfs.    

La discectomie et la microdiscectomie consistent à enlever une hernie discale par une incision dans le dos (la microdiscectomie utilise une incision beaucoup plus petite dans le dos et permet une récupération plus rapide). La laminectomie et la discectomie sont souvent pratiquées ensemble et cette combinaison est l'un des moyens les plus courants d'éliminer la pression sur une racine nerveuse d'une hernie discale ou d'un éperon osseux.   

La foraminotomie est une opération qui "nettoie" ou élargit le trou osseux (foramen) où une racine nerveuse sort du canal rachidien. Les disques bombés ou les articulations épaissies avec l'âge peuvent rétrécir l'espace où le nerf spinal sort et appuyer sur le nerf. De petits morceaux d'os situés au-dessus du nerf sont retirés par une petite fente, ce qui permet au chirurgien de couper le blocage et de soulager la pression sur le nerf.

La nucléoplastie, également appelée décompression discale plasmatique (DDP), est un type de chirurgie au laser qui utilise l'énergie des radiofréquences pour traiter les personnes souffrant de lombalgies associées à une légère hernie discale. Sous guidage radiologique, une aiguille est insérée dans le disque. Un dispositif laser à plasma est ensuite inséré dans l'aiguille et la pointe est chauffée à 40-70 degrés Celsius, créant un champ qui vaporise le tissu dans le disque, réduisant sa taille et soulageant la pression sur les nerfs.  

La dénervation par radiofréquence utilise des impulsions électriques pour interrompre la conduction nerveuse (y compris la signalisation de la douleur). Grâce à un guidage par rayons X, une aiguille est insérée dans une zone cible des nerfs et la région est chauffée, ce qui détruit une partie des nerfs cibles et offre un soulagement temporaire de la douleur. 

La fusion spinale est utilisée pour renforcer la colonne vertébrale et prévenir les mouvements douloureux chez les personnes atteintes de discopathie dégénérative ou de spondylolisthésis (à la suite d'une laminectomie). Le disque intervertébral entre deux ou plusieurs vertèbres est enlevé et les vertèbres adjacentes sont "fusionnées" par des greffes osseuses et/ou des dispositifs métalliques fixés par des vis. La fusion vertébrale peut entraîner une certaine perte de flexibilité de la colonne vertébrale et nécessite une longue période de récupération pour permettre aux greffons osseux de se développer et de fusionner les vertèbres entre elles. La fusion vertébrale a été associée à une accélération de la dégénérescence discale aux niveaux adjacents de la colonne vertébrale.    

Le remplacement artificiel des disques est une alternative à la fusion vertébrale pour traiter les disques gravement endommagés. La procédure consiste à retirer le disque et à le remplacer par un disque synthétique qui aide à rétablir la hauteur et le mouvement entre les vertèbres. 

Les intercalaires sont de petits dispositifs qui sont insérés dans la colonne vertébrale pour maintenir le canal rachidien ouvert et éviter de pincer les nerfs. Il est utilisé pour traiter les personnes souffrant de sténose vertébrale.

Stimulateurs de nerfs implantés

La stimulation de la moelle épinière utilise des impulsions électriques à basse tension provenant d'un petit dispositif implanté qui est connecté à un fil qui court le long de la moelle épinière. Ces impulsions sont conçues pour bloquer les signaux de douleur qui sont normalement envoyés au cerveau.

La stimulation des ganglions de la racine dorsale implique également des signaux électriques envoyés le long d'un fil relié à un petit dispositif implanté dans le bas du dos. Elle cible spécifiquement les fibres nerveuses qui transmettent les signaux de douleur. Les impulsions sont conçues pour remplacer les signaux de douleur par une sensation d'engourdissement ou de picotement moins douloureuse.

La stimulation des nerfs périphériques utilise également un petit dispositif implanté et une électrode pour générer et envoyer des impulsions électriques qui créent une sensation de picotement pour soulager la douleur.

Programmes de réhabilitation

Les équipes de réadaptation font appel à un mélange de professionnels de la santé de différentes spécialités et disciplines pour élaborer des programmes de soins qui aident les personnes à vivre avec des douleurs chroniques. Ces programmes sont conçus pour aider l'individu à réduire sa douleur et sa dépendance aux médicaments opioïdes contre la douleur. Les programmes durent généralement deux à trois semaines et peuvent être dispensés en hospitalisation ou en consultation externe.

Peut-on prévenir le mal de dos ?

Les douleurs dorsales récurrentes résultant d'une mauvaise mécanique corporelle peuvent être évitées en évitant les mouvements qui secouent ou tendent le dos, en maintenant une posture correcte et en soulevant correctement les objets. De nombreuses blessures liées au travail sont causées ou aggravées par des facteurs de stress tels que le fait de soulever des objets lourds, les contraintes de contact (contact répété ou constant entre les tissus mous du corps et un objet dur ou pointu), les vibrations, les mouvements répétitifs et les postures contraignantes.

Recommandations pour garder son dos en bonne santé

  • Faites régulièrement de l'exercice pour garder vos muscles forts et souples. Consultez un médecin pour obtenir une liste d'exercices à faible impact, adaptés à l'âge, qui visent spécifiquement à renforcer les muscles lombaires et abdominaux.
  • Maintenez un poids sain et adoptez un régime alimentaire nutritif avec un apport quotidien suffisant de calcium, de phosphore et de vitamine D pour favoriser la croissance de nouveaux os.
  • Utiliser des meubles et des équipements ergonomiques à la maison et au travail. Veillez à ce que les surfaces de travail soient à une hauteur confortable.
  • Changez souvent de position assise et faites périodiquement le tour du bureau ou étirez doucement vos muscles pour soulager la tension. Un oreiller ou une serviette enroulée placée derrière le bas du dos peut fournir un certain soutien lombaire. Placez vos pieds sur un tabouret bas ou une pile de livres lorsque vous restez assis longtemps.
  • Portez des chaussures confortables à talons bas.
  • Dormir sur le côté avec les genoux relevés en position fœtale peut aider à ouvrir les articulations de la colonne vertébrale et à soulager la pression en réduisant la courbure de la colonne. Dormez toujours sur une surface ferme.
  • N'essayez pas de soulever des objets trop lourds. Soulevez à partir des genoux, rentrez les muscles du ventre et gardez la tête baissée et alignée avec un dos droit. Lorsque vous soulevez des objets, gardez-les près du corps. Ne vous tordez pas lorsque vous soulevez des objets.
  • Arrêtez de fumer. Le tabagisme réduit le flux sanguin vers le bas de la colonne vertébrale, ce qui peut contribuer à la dégénérescence des disques vertébraux. Le tabagisme augmente également le risque d'ostéoporose et entrave la guérison. La toux due à un tabagisme intense peut également provoquer des douleurs dorsales.

 

Forum sémiologie

Aucune discussion encore créée

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion