­

On désigne sous ce nom une lame fibreuse remplissant exactement l'angle aigu que forme la portion interne de l'arcade crurale avec la crête pectinéale.

­

­Le mot de ligament appliqué à cette lame fibreuse consacre une erreur. Le pseudo-ligame­nt de Gimbernat, en effet, n'est autre que la portion réfléchie de l'aponévrose du grand oblique, qui, de verticale, est devenue horizontale ou même légèrement ascendante, pour aller chercher insertion sur la crête pectinéale c'est, pour employer une expression fort juste de Nicaise, le faisceau pectinéal du grand oblique.

Ainsi entendu, le ligament de Gimbernat revêt la forme d'un triangle, a base dirigée en dehors. Nous pouvons donc lui considérer : un sommet ; deux faces, l'une supérieure, l'autre inférieure ; trois bords, que l'on distingue en antérieur, postérieur et externe. Son sommet, constituant la partie la plus interne du ligament, répond à l'épine du pubis, autrement dit, l'angle d'union de l'arcade crurale avec la crête pectinéale. Sa face supérieure ou abdominale regarde l'abdomen. Sur elle s'étale, comme pour renforcer le ligament, un prolongement du fascia transversalis et un certain nombre de fibres provenant du ligament de Colles.

La partie interne de l'arcade crurale érignée en haut pour montrer la partie réfléchie de cette arcade ou ligament de Gimbernat.

1, 1, arcade crurale. 2, sa portion réfléchie ou ligament de Gimbernat. 3, pectiné, avec 3', son aponévrose. 4. ligament de Cooper. 5, psoas iliaque, avec 5', son aponévrose 5", partie de son aponévrose fermant en dehors l'anneau crural et constituant la bandelette ilio-pectinée. 6. moyen adducteur. 7, artère fémorale. 8, veine fémorale. 9. ganglion de Cloquet. 10, nerf crural, séparé de l'artère par la bandelette ilio-pectinée, 11, anneau inguinal externe, avec 11' cordon spermatique. 12, épine du pubis. 13, ligament de Colles. 

Elle répond aux viscères abdominaux. Sa face inferieure ou crurale regarde la cuisse. Elle repose sur la face antérieure du muscle pectiné, à laquelle elle est unie seulement par une couche de tissu cellulaire tache, facile à enlever. Son bord antérieur répond à l'arcade crurale, dont le ligament de Gimbernat n'est que la continuation. Son bord postérieur s'étend depuis l'épine du pubis jusqu'à 15 ou 18 millimètres en dehors de cette épine. Il se fixe à la fois sur la crête pectinéale et sur l'aponévrose du pectiné. Son bord externe (base du ligament), libre, tranchant, affecte la forme d'un croissant dont l­a concavité est dirigée en dehors. Il forme le coté interne de l'anneau crural a ce titre, il répond aux vaisseaux fémoraux et plus spécialement aux lymphatiques. Un ganglion, le ganglion de Cloquet, est à cheval sur ce bord.

 

Le ligament de Gimbernat, comme l'aponévrose du grand oblique, dont il n'est qu'une dépendance, est formé par une série de petites bandelettes tendineuses juxtaposées par leurs bords. Il est très dense, très résistant. Il nous présente parfois, principalement au voisinage de son bord externe, quelques éraillures à travers lesquelles peut s'échapper l'intestin pour former hernie.

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion