La recherche scientifique est un outil essentiel pour naviguer avec succès dans notre monde complexe. Sans elle, nous serions contraints de nous fier uniquement à l'intuition, à l'autorité des autres et à la chance aveugle.

Si beaucoup d'entre nous ont confiance en leur capacité à déchiffrer le monde qui nous entoure et à interagir avec lui, l'histoire est remplie d'exemples qui montrent à quel point nous pouvons nous tromper lorsque nous ne reconnaissons pas la nécessité d'apporter des preuves à l'appui de nos affirmations. À différentes époques de l'histoire, nous aurions été certains que le soleil tournait autour d'une terre plate, que les continents de la terre ne bougeaient pas et que les maladies mentales étaient causées par la possession. C'est par une recherche scientifique systématique que nous nous débarrassons de nos idées préconçues et de nos superstitions et que nous acquérons une compréhension objective de nous-mêmes et de notre monde.

Certains de nos ancêtres, à travers le monde et au fil des siècles, croyaient que la tréphination - la pratique consistant à faire un trou dans le crâne, comme on le voit ici - permettait aux mauvais esprits de quitter le corps, guérissant ainsi les maladies mentales et autres troubles. (crédit : "taiproject"/Flickr)

L'objectif de tous les scientifiques est de mieux comprendre le monde qui les entoure. Les psychologues s'attachent à comprendre le comportement, ainsi que les processus cognitifs (mentaux) et physiologiques (corporels) qui sous-tendent le comportement. Contrairement aux autres méthodes utilisées par les gens pour comprendre le comportement des autres, comme l'intuition et l'expérience personnelle, la marque de la recherche scientifique est qu'il existe des preuves pour étayer une affirmation. La connaissance scientifique est empirique : elle est fondée sur des preuves objectives et tangibles qui peuvent être observées à maintes reprises, indépendamment de la personne qui les observe.

Si le comportement est observable, l'esprit ne l'est pas. Si quelqu'un pleure, nous pouvons voir son comportement. Cependant, la raison de ce comportement est plus difficile à déterminer. La personne pleure-t-elle parce qu'elle est triste, qu'elle souffre ou qu'elle est heureuse ? Parfois, nous pouvons connaître la raison du comportement d'une personne en lui posant simplement une question, comme "Pourquoi pleurez-vous ? Cependant, il existe des situations dans lesquelles une personne est soit mal à l'aise, soit réticente à répondre honnêtement à la question, soit incapable de répondre. Par exemple, les nourrissons ne seraient pas en mesure d'expliquer pourquoi ils pleurent. Dans de telles circonstances, le psychologue doit faire preuve de créativité pour trouver des moyens de mieux comprendre le comportement. Ce chapitre explore la manière dont les connaissances scientifiques sont générées et l'importance de ces connaissances pour la prise de décisions dans notre vie personnelle et dans le domaine public.

UTILISATION DES INFORMATIONS ISSUES DE LA RECHERCHE

Essayer de déterminer quelles théories sont et ne sont pas acceptées par la communauté scientifique peut être difficile, surtout dans un domaine de recherche aussi vaste que la psychologie. Plus que jamais, nous avons une quantité incroyable d'informations à portée de main, et une simple recherche sur Internet sur un sujet de recherche donné peut aboutir à un certain nombre d'études contradictoires. Dans ces cas, nous assistons à un processus de consensus au sein de la communauté scientifique, et il pourrait s'écouler un certain temps avant qu'un consensus ne se dégage. Par exemple, l'hypothèse d'un lien entre l'exposition à la violence dans les médias et l'agression qui s'ensuit est débattue dans la communauté scientifique depuis environ 60 ans. Aujourd'hui encore, nous trouverons des détracteurs, mais un consensus est en train de se former. Plusieurs organisations professionnelles considèrent l'exposition à la violence dans les médias comme un facteur de risque de violence réelle, notamment l'American Medical Association, l'American Psychiatric Association et l'American Psychological Association (American Academy of Pediatrics, American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, American Psychological Association, American Medical Association, American Academy of Family Physicians, American Psychiatric Association, 2000).

En attendant, nous devrions nous efforcer de réfléchir de manière critique aux informations que nous rencontrons en faisant preuve d'un certain scepticisme sain. Lorsqu'une personne présente une allégation, nous devrions l'examiner sous différents angles : quelle est l'expertise de la personne qui présente l'allégation, que pourrait-elle gagner si l'allégation est valable, l'allégation semble-t-elle justifiée au vu des preuves et que pensent les autres chercheurs de l'allégation ? Cela est particulièrement important lorsque l'on considère la quantité d'informations qui, dans les campagnes publicitaires et sur Internet, prétendent être fondées sur des "preuves scientifiques" alors qu'en réalité, il s'agit d'une croyance ou d'un point de vue de quelques personnes seulement qui essaient de vendre un produit ou d'attirer l'attention sur leurs points de vue.

Nous devons informer les consommateurs des informations mises à notre disposition, car les décisions fondées sur ces informations ont des conséquences importantes. L'une de ces conséquences peut être observée dans le domaine de la politique et des politiques publiques. Imaginez que vous ayez été élu au poste de gouverneur de votre État. L'une de vos responsabilités consiste à gérer le budget de l'État et à déterminer la meilleure façon de dépenser l'argent des impôts de vos électeurs. En tant que nouveau gouverneur, vous devez décider si vous voulez continuer à financer le programme D.A.R.E. (Drug Abuse Resistance Education) dans les écoles publiques. Ce programme implique généralement que des policiers viennent en classe pour sensibiliser les élèves aux dangers de l'alcool et des autres drogues. Selon le site web de D.A.R.E. (www.dare.org), ce programme a été très populaire depuis sa création en 1983, et il est actuellement mis en œuvre dans 75% des districts scolaires aux États-Unis et dans plus de 40 pays dans le monde. Cela semble être une décision facile, n'est-ce pas ? Cependant, en y regardant de plus près, on découvre que la grande majorité des recherches sur ce programme suggère invariablement que la participation a peu ou pas d'effet sur la consommation d'alcool ou d'autres drogues (Clayton, Cattarello, & Johnstone, 1996 ; Ennett, Tobler, Ringwalt, & Flewelling, 1994 ; Lynam et al, 1999 ; Ringwalt, Ennett, & Holt, 1991). Si vous vous engagez à être un bon gestionnaire de l'argent des contribuables, allez-vous financer ce programme particulier, ou essaierez-vous de trouver d'autres programmes dont l'efficacité a été régulièrement démontrée par la recherche ?

Le programme D.A.R.E. continue d'être populaire dans les écoles du monde entier malgré les recherches suggérant qu'il est inefficace.

En fin de compte, ce ne sont pas seulement les hommes politiques qui peuvent bénéficier de l'utilisation de la recherche pour guider leurs décisions. Nous pouvons tous nous tourner de temps en temps vers la recherche lorsque nous prenons des décisions dans notre vie. Imaginez que vous venez d'apprendre qu'une amie proche a un cancer du sein ou qu'un de vos jeunes parents a récemment été diagnostiqué autiste. Dans les deux cas, vous voulez savoir quelles sont les options de traitement les plus efficaces avec le moins d'effets secondaires possible. Comment pourriez-vous le savoir ? Vous parlerez probablement avec votre médecin et passerez personnellement en revue les recherches effectuées sur les différentes options de traitement, toujours avec un œil critique pour vous assurer d'être aussi bien informé que possible.

En fin de compte, c'est la recherche qui fait la différence entre les faits et les opinions. Les faits sont des réalités observables, et les opinions sont des jugements, des conclusions ou des attitudes personnelles qui peuvent être ou ne pas être exactes. Dans la communauté scientifique, les faits ne peuvent être établis qu'à l'aide de preuves recueillies par le biais de recherches empiriques.

LE PROCESSUS DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

La connaissance scientifique est avancée par un processus connu sous le nom de méthode scientifique. Fondamentalement, les idées (sous forme de théories et d'hypothèses) sont testées par rapport au monde réel (sous forme d'observations empiriques), et ces observations empiriques conduisent à un plus grand nombre d'idées qui sont testées par rapport au monde réel, et ainsi de suite. En ce sens, le processus scientifique est circulaire. Les types de raisonnement à l'intérieur du cercle sont appelés déductifs et inductifs. Dans le raisonnement déductif, les idées sont testées par rapport au monde empirique ; dans le raisonnement inductif, les observations empiriques conduisent à de nouvelles idées. Ces processus sont indissociables, comme l'inspiration et l'expiration, mais différentes approches de recherche mettent l'accent sur les aspects déductifs et inductifs.

La recherche psychologique repose sur le raisonnement inductif et déductif.

Dans le contexte scientifique, le raisonnement déductif commence par une généralisation - une hypothèse - qui est ensuite utilisée pour parvenir à des conclusions logiques sur le monde réel. Si l'hypothèse est correcte, alors les conclusions logiques atteintes par le raisonnement déductif doivent également être correctes. Un argument de raisonnement déductif peut se présenter comme suit : Tous les êtres vivants ont besoin d'énergie pour survivre (ce serait votre hypothèse). Les canards sont des êtres vivants. Par conséquent, les canards ont besoin d'énergie pour survivre (conclusion logique). Dans cet exemple, l'hypothèse est correcte ; par conséquent, la conclusion est également correcte. Cependant, il arrive parfois qu'une hypothèse incorrecte conduise à une conclusion logique mais incorrecte. Considérez cet argument : tous les canards naissent avec la capacité de voir. Quackers est un canard. C'est pourquoi le canard est né avec la capacité de voir. Les scientifiques utilisent le raisonnement déductif pour tester empiriquement leurs hypothèses. Pour revenir à l'exemple des canards, les chercheurs pourraient concevoir une étude pour tester l'hypothèse selon laquelle si tous les êtres vivants ont besoin d'énergie pour survivre, alors les canards auront besoin d'énergie pour survivre.

Le raisonnement déductif commence par une généralisation qui est testée par rapport aux observations du monde réel ; cependant, le raisonnement inductif va dans la direction opposée. Le raisonnement inductif utilise des observations empiriques pour construire des généralisations générales. Contrairement au raisonnement déductif, les conclusions tirées du raisonnement inductif peuvent être correctes ou non, indépendamment des observations sur lesquelles elles sont basées. Par exemple, vous pouvez remarquer que vos fruits préférés - les pommes, les bananes et les oranges - poussent tous sur les arbres ; vous supposez donc que tous les fruits doivent pousser sur les arbres. Ce serait un exemple de raisonnement inductif et, de toute évidence, l'existence des fraises, des myrtilles et des kiwis démontre que cette généralisation n'est pas correcte, même si elle est basée sur un certain nombre d'observations directes. Les scientifiques utilisent le raisonnement inductif pour formuler des théories, qui à leur tour génèrent des hypothèses qui sont testées par un raisonnement déductif. En fin de compte, la science implique à la fois des processus déductifs et inductifs.

Par exemple, les études de cas, que vous lirez dans la section suivante, sont fortement pondérées du côté des observations empiriques. Ainsi, les études de cas sont étroitement associées aux processus inductifs, car les chercheurs recueillent des quantités massives d'observations et recherchent des modèles intéressants (nouvelles idées) dans les données. La recherche expérimentale, en revanche, met fortement l'accent sur le raisonnement déductif.

Nous avons déclaré que les théories et les hypothèses sont des idées, mais de quel type d'idées s'agit-il exactement ? Une théorie est un ensemble d'idées bien développées qui proposent une explication aux phénomènes observés. Les théories sont constamment comparées au monde, mais elles ont tendance à être trop complexes pour être testées d'un seul coup ; au lieu de cela, les chercheurs créent des hypothèses pour tester des aspects spécifiques d'une théorie.

Une hypothèse est une prédiction vérifiable sur la façon dont le monde se comportera si notre idée est correcte, et elle est souvent formulée sous la forme d'une déclaration "si et ensuite" (par exemple, si j'étudie toute la nuit, j'obtiendrai la note de passage au test). L'hypothèse est extrêmement importante car elle comble le fossé entre le domaine des idées et le monde réel. Au fur et à mesure que des hypothèses spécifiques sont testées, les théories sont modifiées et affinées pour refléter et intégrer le résultat de ces tests.

La méthode scientifique de recherche comprend la proposition d'hypothèses, la conduite de recherches et la création ou la modification de théories basées sur les résultats.

Pour voir comment ce processus fonctionne, considérons une théorie spécifique et une hypothèse qui pourrait être générée à partir de cette théorie. Comme vous l'apprendrez dans un chapitre ultérieur, la théorie de l'émotion de James-Lange affirme que l'expérience émotionnelle repose sur l'éveil physiologique associé à l'état émotionnel. Si vous sortiez de chez vous et découvriez un serpent très agressif qui vous attend sur le pas de votre porte, votre cœur se mettrait à battre la chamade et votre estomac à se retourner. Selon la théorie de James-Lange, ces changements physiologiques provoqueraient un sentiment de peur. Une hypothèse qui pourrait être déduite de cette théorie est qu'une personne qui n'est pas consciente de l'excitation physiologique que provoque la vue du serpent ne ressentira pas de peur.

Une hypothèse scientifique est également falsifiable, ou susceptible de se révéler incorrecte. Rappelez-vous du chapitre d'introduction que Sigmund Freud avait beaucoup d'idées intéressantes pour expliquer les différents comportements humains. Cependant, une critique majeure des théories de Freud est que beaucoup de ses idées ne sont pas falsifiables ; par exemple, il est impossible d'imaginer des observations empiriques qui réfuteraient l'existence du ça, de l'ego et du surmoi - les trois éléments de la personnalité décrits dans les théories de Freud. Malgré cela, les théories de Freud sont largement enseignées dans les textes d'introduction à la psychologie en raison de leur importance historique pour la psychologie de la personnalité et la psychothérapie, et elles restent à la base de toutes les formes modernes de thérapie.

De nombreux éléments spécifiques des théories de Freud, comme la division de l'esprit en id, ego et surmoi, ont perdu de leur popularité au cours des dernières décennies parce qu'ils ne sont pas falsifiables. De manière plus générale, ses vues ont ouvert la voie à une grande partie de la pensée psychologique actuelle, comme la nature inconsciente de la majorité des processus psychologiques.

En revanche, la théorie de James-Lange génère des hypothèses falsifiables, comme celle décrite ci-dessus. Certaines personnes qui souffrent de blessures importantes à la colonne vertébrale sont incapables de ressentir les changements corporels qui accompagnent souvent les expériences émotionnelles. Par conséquent, nous pourrions tester l'hypothèse en déterminant comment les expériences émotionnelles diffèrent entre les individus qui ont la capacité de détecter ces changements dans leur excitation physiologique et ceux qui ne l'ont pas. En fait, cette recherche a été menée et, bien que les expériences émotionnelles des personnes privées de la conscience de leur excitation physiologique puissent être moins intenses, elles ressentent toujours une émotion (Chwalisz, Diener et Gallagher, 1988).

La dépendance de la recherche scientifique à la falsification permet une grande confiance dans les informations qu'elle produit. Généralement, au moment où l'information est acceptée par la communauté scientifique, elle a été testée à plusieurs reprises.

Source : Why is Psychological Research Important?

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion