L'entraînement mental vise à aider les athlètes à maîtriser les défis du sport. L'objectif de notre étude était d'étudier les effets différentiels et partagés de l'entraînement aux compétences psychologiques et de l'entraînement à la pleine conscience sur les variables psychologiques pertinentes pour la performance sportive (par exemple, la gestion des émotions ou le contrôle de l'attention).

Nous avons supposé que chaque approche a ses propres points forts (par exemple, la pleine conscience a un effet différentiel sur l'acceptation des émotions), mais pour certains objectifs (par exemple, le contrôle de l'attention), les deux formes d'entraînement devraient avoir le même succès (c'est-à-dire des effets partagés).

Méthodes

Au total, 95 athlètes (Mage = 24,43, SDage = 5,15 ; 49% de femmes) ont été répartis au hasard en trois groupes : intervention d'entraînement aux compétences psychologiques (PST), intervention d'entraînement à la pleine conscience (MT) et groupe témoin sur liste d'attente (WL). Les participants ont rempli une batterie de questionnaires avant et après la formation (pré-test et post-test). Nous avons évalué la pleine conscience, l'utilisation de stratégies mentales, la gestion des émotions, l'attention à l'entraînement et en compétition, ainsi que la gestion de l'échec. Les deux programmes d'intervention consistaient chacun en quatre ateliers de groupe de 90 minutes organisés sur une période de 4 semaines.

Résultats

Les deux interventions ont passé le test de la manipulation, c'est-à-dire que la TSP a conduit à l'utilisation d'un plus grand nombre de stratégies mentales (probabilités > 95%), et la TA a conduit à une augmentation de deux des trois aspects de la pleine conscience (probabilités > 98%) par rapport à la TA. Par rapport à la TA, les deux interventions ont également amélioré la capacité à ne pas laisser les émotions interférer avec la performance (probabilités > 99%) et à contrôler l'attention à l'entraînement et en compétition (probabilités > 89%). Dans une moindre mesure, les deux interventions ont montré des améliorations communes dans la gestion de l'échec, indiquées par une plus grande orientation vers l'action (probabilités > 82 %). Nous avons constaté un effet différentiel de la TA sur la diminution de l'évitement expérientiel : La TA a diminué par rapport à la FT et à la TSP (probabilités > 92 %), tandis que la TSP ne diffère pas de la FT.

Conclusion

Nous concluons que les deux formes d'entraînement mental conduisent à des améliorations des facteurs psychologiques liés à la performance, notamment en ce qui concerne la gestion des émotions et le contrôle de l'attention. Les résultats de notre étude suggèrent que différentes voies peuvent mener aux résultats souhaités et, par conséquent, les deux formes d'entraînement mental semblent justifiées.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion