À ce jour, très peu d'études nationales ont été publiées sur la manière dont les services de santé mentale font face aux pandémies actuelles. Le présent document fait état des données obtenues dans le cadre d'une enquête relative au système italien de santé mentale menée pendant la première phase de l'épidémie de Covid-19.

Méthodes

Deux questionnaires en ligne concernant respectivement les centres de santé mentale communautaires (CMHC) et les services psychiatriques des hôpitaux généraux (GHPW) ont été envoyés aux chefs de tous les services de santé mentale italiens (MHD). L'analyse statistique a été effectuée au moyen du test du Chi carré avec correction de Yates ou du test de Fisher Exact, selon les besoins.

Résultats

Soixante et onze (52,9 %) des 134 MHD et 107 (32,6 %) des 318 GHPW ont renvoyé des questionnaires remplis. Moins de 20 % des MHD étaient fermées et environ 25 % avaient instauré des heures d'accès restreint. Un changement substantiel dans le mode de fonctionnement standard des CSCOM a été signalé, seules les interventions psychiatriques urgentes, les traitements obligatoires et les consultations pour les personnes emprisonnées restant inchangés. Toutes les autres activités ont été réduites dans une certaine mesure. Des contacts à distance avec les usagers ont été mis en place dans environ 75% des cas. Des cas de positivité COVID ont été signalés tant pour les membres du personnel (environ 50% des CHMC) que pour les usagers (52% des CHMC). 20 % des CHMC ont signalé des cas d'agressivité ou de violence accrue chez les patients de la communauté, bien que seulement 8,6 % concernent des cas graves. Des problèmes importants sont apparus en ce qui concerne la disponibilité des équipements de protection individuelle (EPI) pour les membres du personnel. Un nombre réduit de BPCP (- 12 %), de lits (environ - 30 %) et d'admissions a été enregistré (87 % des BPCP). Une augmentation des admissions obligatoires et du taux de violence envers soi-même ou envers les autres chez les patients hospitalisés a été signalée par 8 % des BPBP. Des prélèvements sur les patients ont été effectués dans 50 % des BPBH. 60 % des BPBH ont enregistré l'admission dans les unités générales COVID-19 de patients psychiatriques symptomatiques COVID+ non sévères, tandis que les patients psychiatriques sévères COVID+ non coopératifs ont été admis dans des BPBH "COVID-19" spécialement mises en place ou dans des zones isolées des services adaptés à cette fin.

Conclusions

La pandémie a entraîné une réduction drastique des niveaux de soins, ce qui pourrait avoir un impact grave sur la santé mentale de la population par rapport aux conséquences de la crise économique attendue et de la deuxième vague de la pandémie en cours.

Lire l'intégralité de l'étude

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion