Index de l'article

Trachée-artère

La trachée-artère fait immédiatement suite au cartilage cricoïde et se termine à l'origine des bronches. Elle commence à la sixième vertèbre cervicale et finit à la quatrième dorsale. La trachée a la forme d'un cylindre dont on aurait enlevé le cinquième postérieur environ.

Sa direction est verticale, mais il ne faut pas oublier que, dans ce plan vertical, elle se dirige obliquement d'avant en arrière et de haut en bas, en sorte qu'elle est d'autant plus superficielle, et partant plus accessible, qu'on se rapproche davantage de son origine.

La trachée est composée d'anneaux cartilagineux incomplets dont les deux extrémités dirigées en arrière sont reliées entre elles par des fibres musculaires lisses. Les anneaux sont unis les uns aux autres par une membrane fibreuse qui forme comme la charpente de la trachée. Cette membrane, très-résistante, est composée de fibres de tissu conjonctif et d'un grand nombre de fibres élastiques. Cette disposition permet de comprendre le développement bizarre de tumeurs gazeuses siégeant sur les côtés de la trachée et communiquant avec sa cavité véritables hernies de la membrane fibreuse produites en général sous l'influence de violents efforts d'expiration.

Grâce à sa structure, la trachée est douée d'une remarquable élasticité qui lui permet de se prêter à tous les mouvements du cou.

Lorsque la trachée a été divisée en travers, les deux bouts s'écartent l'un de l'autre en raison de cette élasticité si la section est complète, le bout inférieur est attiré vers la cavité thoracique et il faut passer un fil au-dessous de l'un des anneaux cartilagineux pour le ramener en haut et le fixer au bout supérieur. Si la plaie de la trachée est incomplète, la position fléchie de la tête et du cou suffira en général pour amener le rapprochement. Il ne faut, dans tous les cas, jamais suturer la peau, ce qui amènerait nécessairement de l'emphysème. Ce dernier accident se produira surtout dans le cas de plaie étroite de la trachée et des téguments qui la recouvrent. Il faudrait alors agrandir la plaie cutanée.

Lorsque les deux bouts de la trachée n'ont pas été rapprochés l'un de l'autre au moment de l'accident, ou qu'ils s'écartent malgré cette précaution, ils se cicatrisent isolément, diminuent de calibre et tendent à s'oblitérer. Cette tendance est surtout marquée pour le bout supérieur qui ne fonctionne plus. Ce dernier peut arriver rapidement jusqu'à l'oblitération complète. Il en résulte la production d'une fistule trachéale et la perte définitive de la voix. Dans un cas de ce genre, M. Dolbeau put, à l'aide de manœuvres ingénieuses et compliquées, obtenir le rétablissement normal de la respiration et de la voix (Thèse du Dr Planchon, 1869).

Une autre espèce de fistule trachéale est celle qui est consécutive à la trachéotomie, lorsque la canule est restée trop longtemps en place dans ce cas, qui est fort rare, la muqueuse trachéale et la peau sont réunies l'une à l'autre par une membrane cicatricielle. La guérison n'est obtenue qu'à l'aide d'une opération autoplastique, ainsi que Velpeau l'a fait le premier.

Le calibre de la trachée peut diminuer sous l'influence de causes organiques. Je signalerai surtout les rétrécissements d'origine syphilitique. Les mouvements de la trachée sont facilités par l'atmosphère celluleuse, constamment dépourvue de graisse, qui l'enveloppe de toutes parts; on pourrait presque dire qu'elle glisse dans une membrane séreuse. Aussi peut-elle se mouvoir dans le sens vertical et dans le sens latéral. Grâce à cette mobilité, elle échappe aisément à la compression exercée par une tumeur développée sur ses côtés. Mais par contre il en résulte pour l'opérateur une réelle difficulté à fixer l'organe dans la trachéotomie. On y arrive toutefois à l'aide des doigts, et je n'ai pour mon compte jamais eu recours aux nombreux instruments plus ou moins ingénieux qui ont été imaginés à cet effet.

M. Sappey donne à la trachée une longueur moyenne de 13 centimètres chez l'homme et de 11 chez la femme d'après le même auteur, le nombre des cerceaux cartilagineux chez l'homme varie de 12 à 16. Mais la véritable limite chirurgicale de la trachée est la fourchette du sternum, et ce sont les dimensions de cet organe dans la région sous-hyoïdienne qu'il est surtout intéressant de connaître. Un certain nombre de mensurations pratiquées dans ce but sur l'homme et la femme adultes et sur les enfants m'ont donné les résultats suivants :

 

Age

Taille

Distance de l'os hyoïde au sternum

Distance du cricoïde au sternum

Femmes

21

157

11

7

39

150

10,5

6,5

18

148

11,5

7

36

155 

9

6,5

39

154

10

7

70

147

11,5

7

47

152

10

6

38

154

9,5

6

27

157

10

5

67

150

12

7,5

17

184

12

7

21

150

10,5

5,5

Hommes

44

161

11,5

6,5

40

169

12,5

5,5

43

170

13

7

36

178

14

8,5

41

155

13

7

64

175

11,5

4,5

33

160

12,5

7

39

163

12

6

15,5

175

13

7,5

32

167

11

5,5

33

168

10,5

5,5

17

155

13

7,5

Age

Distance de l’os hyoïde à la fourchette du sternum

Distance du cartilage thyroïde à la fourchette du sternum

Distance du cricoïde à la fourchette du sternum

Filles

3,5

7

6,5

4

4

7

6

4,5

4

6

5,5

4,5

5

6

5

4

5

6,5

5,5

4

6

9

8

5,5

6

7,5

6,75

5

6

8

7,5

5

6,5

8

7

5,5

7

7,5

6,5

5

7

8

7,25

5

7

6,5

6

4

8,5

8,5

7,5

6

8,5

7

6

4,5

9

9

8

5,5

9

8,5

7,5

5

9,5

9

8,5

6,5

9,5

9,5

8,5

6,5

10,5

10,5

8,5

6,5

Garçons

2,5

5

4,5

3,5

5,5

6

5

3,5

3

7

6,5

4

3

4

3,5

2,75

4

6,5

5

3,5

4,5

6

5

4

5

8,5

7,5

5,5

6

7

5

4

7

8,5

8

6,25

7,5

6

5,5

4,5

8

7,5

6,5

5

10

8,5

8

6,5

 

Ces mensurations témoignent des nombreuses variétés qui existent suivant les sujets, même chez les enfants d'âge égal une courte distance entre le cricoïde et la fourchette du sternum augmente singulièrement les difficultés de la trachéotomie et autorise à pratiquer la crico-trachéotomie.

Les dimensions de la trachée aux différents âges ne manquent pas non plus d'intérêt au point de vue de la trachéotomie elles ont été étudiées avec soin par M. André dans sa thèse en 1857.

J'ai dans le même but représenté un certain nombre de trachées que le Dr Pasturaud, alors interne à Sainte-Eugénie, voulut bien m'apporter à Clamart. Sur toutes ces trachées, la coupe porte au niveau du deuxième anneau, c'est-à-dire dans le point où l'on fait pénétrer la canule après la trachéotomie.

Il est remarquable de voir combien la forme et les dimensions du tube trachéal sont variables non-seulement suivant l'âge, mais sur les sujets du même âge.

Connexion