Index de l'article

Vaisseaux et nerfs de la région sus-hyoïdienne latérale

Les vaisseaux sont l'artère et la veine faciales, l'artère et la veine linguales, avec leurs branches collatérales.

Les artères naissent parfois d'un tronc commun de même, les veines vont aboutir à la jugulaire interne par un tronc unique. Ce sont ces vaisseaux qui, dans l'extirpation des tumeurs de la région sus-hyoïdienne, constituent le pédicule sur lequel M. Verneuil jette une ligature pour prévenir toute hémorragie.

L'artère faciale passant au-dessus du ventre postérieur du digastrique et du muscle stylo-hyoïdien pénètre dans la région sus-hyoïdienne, où elle correspond à l'extrémité postérieure de la glande sous-maxillaire de là elle se porte en haut, puis devient horizontale au niveau de la face supérieure et interne de la glande sur laquelle elle se creuse une gouttière, et abandonne en ce point un grand nombre de branches collatérales qui pénètrent de suite dans le parenchyme glandulaire. Après avoir fourni une branche souvent volumineuse, la sous-mentale, l'artère faciale se redresse sur le bord de la mâchoire au-devant du masséter et suit le trajet incliné plus haut.

Quant à la veine faciale, elle accompagne l'artère, la croise et reste sur un plan plus superficiel.

La disposition de l'artère et de la veine linguales intéresse plus vivement le chirurgien. Remarquons d'abord que ces deux vaisseaux, tout en suivant une voie parallèle, ne sont pas contigus dans la région sus-hyoïdienne, mais séparés l'un de l'autre par le muscle hyoglosse. La veine, située sur un plan plus superficiel que l'artère, répond à la face externe du muscle elle est de plus côtoyée par un nerf volumineux, le grand hypoglosse.

Le bord postérieur du muscle mylo-hyoïdien en avant, le ventre postérieur du digastrique en arrière, et le nerf grand hypoglosse en haut, délimitent un petit triangle dont l'aire est occupée par le muscle hyoglosse. La base du triangle est en haut et correspond au nerf hypoglosse, le sommet est en bas et correspond à l'os hyoïde. Il peut donc être désigné sous le nom de triangle hypo-glosso-hyoïdien. L'artère linguale le traverse d'arrière en avant, et c'est là qu'il convient de la découvrir pour en faire la ligature.

Les détails anatomiques qui précèdent permettent de se rendre exactement compte du meilleur procédé opératoire à mettre en usage; il peut se résumer ainsi pratiquer une incision courbe à concavité supérieure au niveau de la grande corne de l'os hyoïde, de façon à encadrer le bord inférieur de la glande sous-maxillaire; relever la glande; chercher le tendon du muscle digastrique et le bord postérieur du muscle mylo-hyoïdien découvrir le nerf grand hypoglosse soulever doucement avec une pince le muscle hyoglosse; inciser ce muscle en dédollant. On trouve alors l'artère linguale, dont la direction est sensiblement parallèle à celle du nerf grand hypoglosse quelquefois, cependant, elle est située un peu au-dessus.

L'artère linguale fournit une branche collatérale importante, la sublinguale. Celle-ci peut naître dans le triangle hypo-glosso-hyoïdien, et l'on court risque alors de la prendre pour le tronc principal.

Outre le grand hypoglosse sur lequel je viens d'insister, la région sus-hyoïdienne contient le nerf lingual, auquel est annexé le ganglion sous-maxillaire. Situés tous deux à la face externe du muscle hyoglosse, le grand hypoglosse et le lingual forment en ce point un plexus anastomotique. Je mentionnerai encore le rameau mylo-hyoïdien du nerf dentaire inférieur, qui traverse obliquement la région pour se rendre au muscle mylo-hyoïdien et au ventre antérieur du digastrique, et enfin, tout à fait en haut et en arrière, le nerf glosso-pharyngien.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion