Mode de constitution, rapports, anastomoses et distribution du plexus sacré.

Mode de constitution du plexus

  1. Le tronc lombo-sacré résulte de la fusion de la branche antérieure de la cinquième paire lombaire avec une branche anastomotique que lui envoie la quatrième. Il descend dans la cavité pelvienne en avant de l’aileron du sacrum et de l’articulation sacro-iliaque, en arrière des artère et veine iliaques internes, et se porte obliquement en bas et un peu en dehors vers la grande échancrure sciatique.
  2. La branche antérieure de la première paire sacrée glisse, après sa sortie du sacrum, dans la gouttière qui continue en dehors le tronc sacré antérieur correspondant. Elle se porte en bas et un peu en dehors, en longeant le bord supérieur du muscle pyramidal et se fusionne au niveau de la grande échancrure sciatique avec le nerf lombo-sacré. L’artère et les veines fessières se placent dans l’angle formé par la réunion du tronc lombo-sacré et de la première branche sacrée.
  3. La deuxième 'paire sacrée (nerf bijumeau de Jehring) apparaît à sa sortie du trou sacré dans l’intervalle des deux faisceaux d’insertion supérieure du pyramidal. Elle se partage en deux branches ; l’une supérieure, qui rejoint les branches précédentes, l’autre inferieure, qui se porte vers la troisième paire sacrée.
  4. La troisième 'paire sacrée. La branche antérieure de la troisième paire sacrée, à peu près transversale, chemine le long du bord inférieur du pyramidal. Elle s’accole presque tout entière à la branche de division inférieure de la deuxième paire sacrée (nerf bijumeau de Jehring).
  5. La branche antérieure de la quatrième paire sacrée se partage à sa sortie du trou sacré antérieur en deux rameaux : un rameau ascendant qui s’unit à angle aigu avec le troisième nerf sacré, un rameau descendant qui se porte vers le cinquième. Ce dernier rameau ne participe en rien à la constitution du plexus sacré, il appartient au plexus sacro-coccygien. De cette arcade part, en effet, le nerf ano-coccygien.

Les branches constitutives du plexus diminuent notablement de largeur de la partie supérieure à la partie inférieure.

Constitution du plexus sacré et du plexus honteux ( schématique ).

SI, SII, SIII, SIV, SV, première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième sacrées. — T. L. S., tronc lombo-sacré. — An. LIV, anastomose de la 4e lombaire avec le tronc lombo-sacré.

1, nerf fessier supérieur. — 2, artère fessière. — 3, nerf sciatique. — 4, plexus honteux. — 5, nerf honteux interne. — 6, artère honteuse interne. — 7, nerfs du releveur de l’anus. — 8, 8, nerf de l’obturateur interne. — 9, plexus coccygien. — 10, sympathique sacré. — 11, nerf présacré. — 12, 12, nerfs hypogastriques. — 13, ganglion hypogastrique. — 14, 14, nerfs pelviens provenant de SII et de SIV se rendant au ganglion hypogastrique. — 15, branches efférentes du ganglion hypogastrique. — 16, ganglion de Walter. — 17, artère ischiatique. — 18, rameaux du sympathique sacré allant constituer le nerf sinu-vertébral.

Remarquer les rami communicantes.

Dans son ensemble, le plexus sacré affecte la forme d’un vaste triangle, dont la base correspond à la ligne verticale qui unit le dernier trou de conjugaison de la colonne lombaire au quatrième trou sacré antérieur, et dont le sommet est placé en avant de la grande échancrure sciatique au-dessus de l’épine.

La constitution de ce plexus est particulièrement simple. La division en un plan ventral et un plan dorsal n’apparaît pas au premier abord. Cependant, dans les cas où le sciatique poplité interne et le sciatique poplité externe naissent isolément, le sciatique poplité interne naît du plan ventral du plexus, le sciatique poplité externe du plan dorsal.

Plexus honteux

Un grand nombre d’auteurs divisent le plexus sacré, tel que nous venons de le décrire, en deux parties, à savoir : le plexus sacré proprement dit, comprenant les nerfs se rendant au membre inférieur et à la ceinture pelvienne, et le plexus honteux destiné au périnée aux organes génitaux externes et aux viscères pelviens en s’associant au plexus hypogastrique (Voy Sympathique). Suivant cette conception, d’ailleurs très admissible, le plexus sacré est formé par le tronc lombo-sacré, la première sacrée, la plus grande partie de la deuxième sacrée et une très faible partie de la troisième sacrée ; tandis que le plexus honteux est constitué par une faible partie de la deuxième sacrée, la majeure partie de la troisième et de la totalité de la quatrième. De ces racines qu’on pourrait appeler les racines honteuses, se détachent les anastomoses destinées au plexus (Voy. ce plexus) dont l’ensemble constitue chez certains animaux un seul nerf, le nerf érecteur

Consulter : Constitution anatomica del plejo pulendo. — L.-A. Gonzalez Garcia, Thèse Bogota,

Rapports

Profondément situé dans le petit bassin, le plexus sacré repose en arrière sur le muscle pyramidal, qu’il déborde en haut par le tronc lombo-sacré. Il est recouvert en avant par l’aponévrose du pyramidal, prenant part à la constitution de l’aponévrose pelvienne, particulièrement mince à ce niveau. Par l’intermédiaire de cette aponévrose, le plexus sacré est en rapport en dedans avec le rectum, qui le recouvre plus ou moins, et avec le sympathique sacré, qui descend le long de son côté interne en dedans des trous sacrés. En dehors, le sommet du plexus touche à la partie basse du bord antérieur de la grande échancrure sciatique, doublée par le bord postérieur du muscle obturateur interne. Il est en rapport avec les vaisseaux hypogastriques et plus particulièrement avec certaines branches artérielles :

  1. l’artère fessière s’insinue entre le tronc lombo-sacré et la première paire sacrée et disparaît ensuite au-dessus du bord supérieur du muscle pyramidal ;
  2. l’artère sacrée, latérale supérieure, se portant en dedans, croise la première paire sacrée presque perpendiculairement et pénètre dans le premier trou sacré après avoir perforé l’aponévrose ;
  3. l’artère sacrée latérale inférieure descend sur la face antérieure des deuxième, troisième et quatrième) paires sacrées ;
  4. l’artère ischiatique croise les deuxième et troisième paires sacrées puis, perforant l’aponévrose, elle s’insinue entre la deuxième et la troisième, chemine derrière la troisième entre cette racine et le muscle pyramidal, et disparaît enfin au bord inférieur du pyramidal entre ce muscle et le petit ligament sacro-sciatique ;
  5. l’artère honteuse interne passe en avant de toutes les branches du plexus, près du bord antérieur

 

Artère iliaque interne droite. Ses rapports avec le plexus sacré et avec l’uretère (Grégoire).

Ur., uretère. — 1, aorte. — 2, artère iliaque primitive. — 3, artère iliaque externe. — 4, artère iliaque interne. — 5, artère fessière. — 6, artère ischiatique. — 7, artère honteuse interne. — 8, artère obturatrice. — fl, artère ombilicale. — 10, 11, artères viscérales. — 12, artère sacrée latérale. — 13, artère sacrée moyenne. — 14, artère iliolombaire. — 15, 15, 15, 15, plexus sacré. — 15', tronc lombo-sacré.

de la grande échancrure sciatique, et sort du bassin par la grande échancrure sciatique, au-dessous du pyramidal, immédiatement au-dessus de l’épine sciatique,

Anastomoses

Le plexus sacré est relié : 

  1. Au plexus lombaire, par la grosse branche qui descend du quatrième nerf lombaire vers le cinquième pour former le tronc lombo-sacré ;
  2. Au plexus sacro-coccygien, par le rameau descendant de la branche antérieure du quatrième nerf sacré ;
  3. Au grand sympathique, par de nombreux filets que nous retrouverons plus loin (Voy. Grand sympathique) et qui, des branches constitutives du plexus, se rendent aux ganglions sacrés.

Distribution

Le plexus sacré fournit :

  1. de nombreuses branches collatérales ;
  2. une seule branche terminale, qui est le nerf grand sciatique.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion