On peut distinguer des branches collatérales courtes et des branches collatérales longues.

Branches collatérales courtes

Dans ce groupe, se rangent : les nerfs des intertransversales ; les nerfs du carré des lombes ; les nerfs du psoas.

  1. Les nerfs des intertransversaires naissent des branches antérieures des quatre premiers nerfs lombaires, tout près de leur origine, et se perdent presque aussitôt dans les muscles.
  2. Les nerfs du carré des lombes naissent en dehors des nerfs des intertransversaires, des deux ou trois premières branches antérieures du plexus, se portent en arrière, traversent la couche postérieure du psoas et pénètrent le muscle carré des lombes par sa face antérieure.
  3. Les nerfs du psoas, en nombre variable, trois ou quatre en général, tirent leur origine de la deuxième et de la troisième anse lombaire. Ils se portent en avant du plexus et se perdent presque aussitôt dans les masses musculaires du psoas.

Branches collatérales longues

Les branches collatérales longues sont au nombre de quatre, savoir : le nerf grand abdomino-génital, le nerf petit abdomino-génital, le nerf fémoro-cutané, le nerf génito-crural.

Nerf grand abdomino-génital

Le nerf grand abdomino-génital tire son origine du premier nerf lombaire. Il naît soit isolément, soit par un tronc commun avec le petit abdomino-génital. Il traverse le psoas à sa partie postérieure et supérieure. Se portant obliquement en bas et en dehors, il glisse tout d’abord en avant du carré des lombes, tapissé de son aponévrose de recouvrement (feuillet antérieur de trifurcation de l’aponévrose transverse). Il atteint la face antérieure de l’aponévrose du transverse, la

Plexus lombaire et ses branches (-schématique).

DXII, douzième nerf intercostal. — LI, LII, LIII, LIV, LV branches antérieures des, premier, deuxième, troisième, quatrième et cinquième, nerfs lombaires.

1, nerf grand abdomino-génital, avec : 1', son rameau fessier ; 1 son rameau abdominal ; 1", son rameau génital. — 2, nerf petit abdomino-génital. — 3, fémoro-cutané, avec : 3, son rameau fessier ; 3, son rameau fémoral. — 4, nerf génito-crural, avec : 4, son rameau génital ; 4, son rameau crural. — 5, nerf crural. — 6, nerf obturateur. — 7, nerf lombo-sacré. — 8, anastomose du douzième intercostal avec le premier nerf lombaire. — 9, 9, nerfs du carré des lombes. — 10, nerf du muscle iliaque. — 11, nerf du muscle psoas. — 12, nerf dorsal de la verge. — 13, portion lombaire du grand sympathique. — 14, 14, rami communicantes.

a, muscle grand oblique. — b, petit oblique. — e, transverse. — d, aponévrose du grand oblique, érignée en bas pour laisser voir le canal inguinal. — c, veine saphène interne. — f, rectum. — g, vessie. — h, h, piliers du diaphragme. — 1, cordon inguinal.

 

perfore de 3 ou 4 centimètres en dehors du bord externe du carré des lombes et s’engage entre le muscle transverse et le muscle petit oblique. Dans cette partie de son trajet, il répond en avant à la couche graisseuse pararénale de Gérota, située en arrière de la loge rénale ; puis, en dehors du rein, il répond au tissu cellulaire sous-péritonéal et au péritoine.

Après avoir fourni une branche collatérale, le rameau perforant, le nerf grand abdominal-génital se divise en deux branches terminales : un rameau abdominal, un rameau génital. Le point de division du nerf est variable.

Rameau perforant. — Le rameau perforant se détache d’ordinaire du grand abdomino-génital, dès que ce nerf est placé entre le transverse et le petit oblique. Il traverse d’avant en arrière le petit oblique, puis le grand oblique, et apparaît sur la crête iliaque entre les insertions de ce dernier et celles du grand fessier pour aller se perdre dans la peau de la fesse.

Le rameau abdominal naît soit en avant du transverse, soit dans l’interstice qui sépare le transverse du petit oblique, passe à 1 ou 2 centimètres au-dessus de la crête iliaque, puis il s’insinue entre les deux obliques. Continuant son trajet parallèlement à l’arcade crurale, il atteint la gaine du muscle grand droit et se divise d’une façon comparable à celle des derniers intercostaux, en fournissant deux filets :

  1. un filet cutané, qui se dirige d’arrière en avant et vient se distribuer à la peau qui répond au côté externe du grand droit;
  2. un filet musculo-cutané, qui s’engage dans l’épaisseur du muscle grand droit, lui abandonne un certain nombre de ramuscules et finalement le perfore d’arrière en avant au voisinage de son bord interne pour venir se terminer dans les téguments qui avoisinent la ligne médiane. Au cours de son trajet entre les muscles larges de l’abdomen, ce rameau abdominal reçoit une anastomose du douzième nerf intercostal. Il donne de petits rameaux aux muscles transverse, petit oblique et grand oblique.

Le rameau génital, continuant la direction du tronc dont il émane, se porte obliquement de haut en bas et de dehors en dedans. Comme le rameau abdominal, il traverse le petit oblique, chemine quelque temps entre le petit oblique et le grand oblique et s’engage ensuite dans le canal inguinal, qu’il parcourt dans toute son étendue. Au sortir de ce canal, il fournit : un filet pubien, qui se porte transversalement vers la peau du pubis; un filet génital, qui descend verticalement en bas et se perd, par plusieurs ramifications très déliées, dans la peau du scrotum chez l’homme, dans la peau des grandes lèvres chez la femme.

Nerf petit abdomino-génital

Le nerf petit abdomino-génital est quelquefois fort grêle. Il manque assez souvent. Il naît le plus souvent de la branche antérieure du premier nerf lombaire. Il est placé au-dessous du nerf grand abdomino-génital et chemine parallèlement à lui dans l’épaisseur de la paroi abdominale et, comme lui, se divise dans le voisinage de l’épine iliaque antéro-supérieure, en deux rameaux : un rameau abdominal et un rameau génital.

  1. Le rameau abdominal, destiné à la paroi abdominale, se réunit, dans la plupart des cas, avec le rameau abdominal de la branche précédente et en partage la distribution. Quand il reste indépendant, il envoie des filets moteurs aux muscles de l’abdomen et des filets cutanés aux téguments qui les recouvrent.
  2. Le rameau génital traversé le canal inguinal et se termine comme le rameau de même nom du nerf grand abdomino-génital, en fournissant un filet pubien pour la peau du pubis et un filet génital pour la peau du scrotum chez l’homme, de la grande lèvre chez la femme.
Nerf fémoro-cutané

Les variations d’origine de ce nerf sont grandes ; mais il se détache ordinairement de la branche antérieure de la deuxième paire lombaire.

Il traverse obliquement la partie postérieure du psoas. Le point d’émergence hors

Plexus lombaire (Pitres et Testut). 

de ce muscle est variable. Tantôt il apparaît derrière le bord externe du psoas ; tantôt et le plus souvent il émerge sur la face antéro-externe convexe du psoas. Il croise le muscle iliaque contre lequel l’applique le fascia iliaca et s’échappe du bassin par l’échancrure innommée, comprise entre les deux épines iliaques antérieures. A sa sortie du bassin, il s’engage dans l’épaisseur du fascia lata et ne s’en dégage qu’à 2 ou 3 centimètres plus bas, en dehors du couturier, pour devenir sous-cutané. Il se divise alors en ses branches terminales : un rameau fessier et un rameau fémoral (3' et 3").

  1. Rameau fessier. — Le rameau fessier, se portant en dehors et en arrière, croise le muscle tenseur du fascia lata et s’épanouit ensuite en plusieurs filets divergents, qui se distribuent à la peau de la région fessière.
  2. Rameau fémoral. — Le rameau fémoral, continuant le trajet vertical du nerf dont il émane, descend jusqu’au genou, en couvrant de ses ramifications la peau de la région antéro-externe de la cuisse.
Nerf génito-crural

Le nerf génito-crural tire son origine du deuxième nerf lombaire. Il s’engage immédiatement dans l’épaisseur du psoas, qu’il traverse obliquement d’arrière en avant et de haut en bas. Dégagé du psoas, il glisse quelque temps le long de la face antérieure de ce muscle, chemine ensuite en avant des artères iliaques primitive et iliaque externe et se partage, un peu au-dessus du ligament de Fallope, en deux rameaux terminaux : un rameau génital et un rameau crural.

  1. Rameau génital. — Le rameau génital se dirige vers l’orifice abdominal ou canal inguinal. Là, il abandonne quelques filets, toujours fort grêles, qui se perdent dans le muscle transverse, dans le petit oblique, jusque dans le crémaster. Puis il parcourt dans toute son étendue le canal inguinal, en sort par son orifice cutané et se distribue alors à la peau du scrotum chez l’homme, à la peau de la grande lèvre chez la femme.
  2. Rameau crural. — Le rameau crural se porte avec l’artère iliaque externe vers l’anneau crural. Il croise perpendiculairement l’artère circonflexe iliaque, sort du bassin par le côté externe de l’anneau crural et arrive dans le triangle de Scarpa. Dans ce triangle, il est situé au-devant de l’artère fémorale, immédiatement au-dessous de l’aponévrose superficielle, qui prend ici le nom de fascia cribriformis. Il descend ainsi jusqu’à 2 à 3 centimètres au-dessous de l’arcade fémorale. S’infléchissant alors d’arrière en avant, il perfore le fascia cribriformis et, arrivé dans le tissu cellulaire sous-cutané, se partage en plusieurs filets, qui se distribuent à Ta peau de la partie antérieure et supérieure de la cuisse.

 

Résumé du plexus lombaire

Branches collatérales

 

 

 

N. grand abdomino-génital

r. abdominal.

r. génital.

N. petit abdomino-génital

r. abdominal.

r. génital.

N. fémoro-cutané.

r. fessier.

r. fémoral.

N. génito-crural.

 

 

r. génital

r. crural.

Branches terminales

 

N. obturateur

 

N. crural

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion