• Les prélèvements sanguins : on peut travailler sur du plasma ou du sérum.


Plasma : sang débarrassé des éléments figurés (GR, GB...).

On parle de plasma lorsqu'on on a utilisé un anticoagulant : on maintient ainsi le fibrinogène en solution en empêchant sa transformation en fibrine.

Attention il faut utiliser un anticoagulant qui n'interfère pas avec le bilan. Le plus souvent, on utilise l'héparinate de lithium.

C'est la solution la plus employée en ville et à la campagne car les prélèvements sont propres et le transport plus facile.

  • En milieu hospitalier, on autorise la coagulation : on obtient ainsi du sérum. Pour cela , on utilise un tube sec ou un tube " gélosé " (qui contient un gel accélérant la coagulation. Ainsi les plaquettes s'activent puis les facteurs de la coagulation entrent en jeu : le fibrinogène devient fibrine puis caillot.


Le surnageant restant constitue le sérum. La séparation se fait par centrifugation à 1000g. Actuellement les dosages ne se font plus sur sérum.

  • Précautions à prendre : éviter l'hémolyse à tous prix (ne pas secouer les prélèvements, éviter les différences de températures), le dosage doit être analysé dans la journée, il ne faut pas mettre l'échantillon au frigo.

 

  • Les prélèvements urinaires : il faut prélever l'intégralité de la diurèse des 24h., noter le volume total de la diurèse mais on envoi un petit échantillon au labo. Le prélèvement se fait sur antiseptique.

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.