La PSA est la pression du sang dans les artères de la grande circulation en amont des artérioles. C'est un paramètre facile à mesurer . C'est la grandeur réglée du système cardiovasculaire. Le but est de maintenir une perfusion adéquat.

Les facteurs de PSA

 

Débit cardiaque

 

Le cœur envoie le sang sous pression. Donc c'est le cœur qui crée la PSA. Si tous les autres facteurs sont constants une augmentation du débit cardiaque entraîne une augmentation de la PSA. Et inversement pour la diminution.

 

Les résistances périphériques totales

 

Ce sont les résistances de la grande circulation.

 

En physiologie, le rayon est le facteur qui influence le plus les résistances donc la PSA.

 

Si tous les autres facteurs sont constants, une augmentation des résistances correspondant à une diminution de rayon au niveau des artères même entraîne une augmentation de la PSA. Et inversement.

 

Volémie

 

C'est le volume de sang contenu dans les vaisseaux. Dans un organisme, il y a environ 80 ml de sang/Kg.

 

Une augmentation de la volémie entraîne une augmentation de la PSA. Et inversement si diminution.

 

C'est pourquoi dans le cas d'une hémorragie, on « remplit » le patient avec du liquide physiologique pour augmenter la volémie donc la PSA.

 

Mesure de la PSA

 

Méthode de mesure

 

La mesure directe par cathétérisme et dite méthode sanglante

 

La mesure indirecte est l'étude en aval d'un segment d'artère des effets d'une contre-pression exercée sur ce segment d'artère. On utilise un sphygmomanomètre Vasquez-Laubry. C'est la méthode auscultatoire. On mesure la PSA en auscultant l'artère numérale.

 

On gonfle le brassard la contre pression exercée par le brassard est supérieure aux pressions minimales et maximales exercées par le sang sur le vaisseau l'artère est fermée.

 

Puis on dégonfle lentement le brassard. Dans l'artère il y a une alternance d'ouvertures et de fermetures : on entend un claquement. La pressions maximale exerce par le sang est supérieure à la pression exercée par le brassard.

 

On continue à dégonfler, donc l'artère est ouverte en permanence. Dès que le claquement disparaît, on a la pression minimale.

 

II existe aussi une méthode palpatoire. On peut avoir une idée de la PSA par la prise du pouls radial mais c'est peu précis.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.