La révolution cardiaque est la séquence des phénomènes liés à l’activation cardiaque et qui se reproduisent identiques à eux-mêmes, de façon cyclique. Elle est synonyme de cycle cardiaque. Le fonctionnement du coeur est continu et périodique. Les périodes regroupent des phénomènes de contraction, les systoles. et des phénomènes de relâchement, les diastoles.

Schéma général des phénomènes mécaniques

  • Contactions relâchement des différentes parties du cœur.
  • Modifications de pression dans les cavités.
  • Ouverture des valvules.
  • Mouvements de sang.
  • Modifications des volumes de sang intra cavitaires.

Quand il y a une augmentation de pression dans une cavité, le sang en est chassé, quand il y a une diminution de pression dans une cavité, il y est aspiré.

Le coeur fonctionne comme une pompe aspirante foulante.

Tous les phénomènes mis en évidence dans le schéma général sont plus ou moins simultanés.

Mouvements du sang

On étudie les mouvements donc sang pour un cœur physiologique donné (cœur droit ou cœur gauche) les mouvements étant identiques pour les deux cœurs.

Il y a trois repères au niveau du cœur :

  • la base.
  • la pointe.
  • le plancher atrio-ventriculaire.

Diastole générale

L'atrium et le ventricule sont entièrement relâchés. Le sang s'écoule des veines de retour dans l'atrium et dans le ventricule, puisque rien n'étant contracté, les valves atrio-ventriculaires sont ouvertes. Du sang arrive dans l'atrium, la pression atriale augmente et il y a donc passage de sang dans le ventricule.

Au cours de la diastole générale, 80% du 'remplissage" du ventricule sont assurés.

Quand la diastole générale a commencé, le ventricule n'était pas totalement vide, il n'est jamais vide.

Les valvules sigmoïdes donc l'artère sont fermées car la pression artérielle est supérieure à la pression ventriculaire.

L'atrium se dépolarise avant le ventricule.

Systole atriale

Le ventricule est toujours en diastole.

Quand l'atrium se contracte, il y a raccourcissement des fibres musculaires. mais ce raccourcissement ne peut pas se faire au niveau donc la base du coeur. puisqu'elle est fixée anatomiquement. il se fait donc à partir du plancher qui se retrouve attiré vers la base.

Le sang voudrait repartir vers les veines de retour. il ne peut pas car il y a des fibres disposées de façon circulaire qui. se contractant, entrainent une striction de l'orifice veineux.

Le sang ne peut donc aller que dans le ventricule (la pression atriale est toujours supérieure à la pression ventriculaire).

Le remplissage ventriculaire se termine, le ventricule plein contient le volume de fin (le diastole ventriculaire ou volume télé diastolique, ce qui représente environ 150 ml de sang.

Les valves sigmoïdes sont toujours fermées car la pression artérielle est toujours supérieure à la pression ventriculaire.

L'atrium se repolarise alors que le ventricule se dépolarise.

Systole ventriculaire

Elle se divise en deux parties

Systole iso-volumétrique:

Le ventricule se contracte, la pression ventriculaire augmente et devient supérieure à celle de l'atrium. Cela entraîne la fermeture des valvules atrio-ventriculaires qui viennent bomber dans l'atrium.

Au cours de cette phase, la pression ventriculaire demeure inférieure à la pression artérielle, il n'y a donc pas ouverture des valvules sigmoïdes.

Le ventricule est alors une cavité close contenant 150 ml de sang. Les fibres se contractent mais ne peuvent pas se raccourcir.

Au cours de cette première phase, la pression augmente car les fibres se contractent.

Phase d'éjection

Au bout d'un moment les valvules sigmoïdes s'ouvrent car la pression ventriculaire devient supérieure à la pression artérielle. Une partie du sang est alors éjectée. c'est le volume d'éjection systolique (VES). il est égal à 80 ml de sang.

La quantité de sang dans le ventricule diminue donc les fibres musculaires peuvent se raccourcir.

Elles ne peuvent pas tirer vers le bas car la base est anatomiquement fixée, ni vers le haut car la pointe est fixée par le recul balistique du cœur.

Le ventricule, en chassant le sang. lui confère une certaine vitesse et la pointe reçoit un phénomène identique au recul du fusil quand le chasseur tire.

La sensation du cœur qui tape au niveau du 2ème espace intercostal correspond à ce recul balistique donc la pointe.

Seul le plancher atrio-ventriculaire peut bouger. le ventricule se raccourcit donc par abaissement de ce plancher.

Il reste alors dans le cœur, le résidu post-systolique qui est de 70 ml de sang.

La descente du plancher entraine un étirement de l'atrium et clone une baisse de pression dans cet atrium. Il y a alors aspiration de sang, on retrouve le rôle de pompe aspirante foulante du cœur.

Diastole iso volumétrique du ventricule

Le ventricule va se repolariser et donc se relâcher.

Pour que ce relâchement ait lieu la pression ventriculaire doit diminuer, les valvules sigmoïdes vont alors se fermer et il n'y aura plus de communication entre artère et ventricule.

La pression ventriculaire demeure supérieure à la pression atriale, les valves atrio-ventriculaire ne sont donc pas encore ouvertes. On est donc dans une situation où le ventricule ne peut pas se remplir et les fibres musculaires ventriculaires ne peuvent pas se rallonger, c'est pourquoi on parle de diastole iso volumétrique.

De plus en plus de sang vient dans l'atrium parce qu'il est étiré, la pression y augmente et finit par devenir supérieure à celle du ventricule. Il y aura donc ouverture des valvules atrio-ventriculaires et un nouveau cycle pourra recommencer...

Le cœur peut être comparé à un cylindre dont le plancher joue le rôle de piston.

Le déplacement (du sang est toujours orienté dans le même sens atrium ventricule artère)

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion