La première étape d'évaluation de la révolution cardiaque est clinique.

Etude clinique

 

Elle passe obligatoirement par l’inspection, la palpation et l’auscultation ; les deux dernières étapes étant fondamentales en cardiologie.

 

La palpation:

 

En plaçant la main sur l’espace inter costal gauche, au niveau de la ligne mammaire, on peut évaluer le “Choc de la pointe du cœur” (choc globuleux...).

 

L’auscultation

 

On va écouter le cœur. C’est à dire le bruit résultant des phénomènes vibratoires dus à la révolution cardiaque. La majorité de ces bruits sont dus aux valvules. On qualifie le bruit de normal ou anormal.

 
 
 

Avant, on réalisait une auscultation immédiate c’est à dire que l’oreille était en contact direct avec le cœur. Actuellement, l’auscultation est médiate: elle passe par l’intermédiaire d’un objet, le stéthoscope. il faut le placer où on entend le mieux les valvules.

 

Il existe 4 grand foyers:

 

.Le foyer mitral ou apexien, au niveau du 5ème espace inter costal gauche sur la ligne mammaire ; correspond à l’orifice auriculo-ventriculaire gauche

 
  • .Foyer tricuspidien ou apexien, au niveau de l’apophyse xiphoïde du sternum, correspon à l’orifice auriculo-ventriculaire droit.
  • Orifice sigmoide aortique, correspond à l’espace inter costal droit.Orifice sigmoide jm/moizaire:2ème espace inter costal gauche
 
 
 

Il existe deux sortes de bruits normaux:

 

.B1 dure 10/100ème de secondes. Il a une sonorité grave, et correspond à l’onomatopée TOUM. Bruit contemporain du début de la systole ventriculaire: fermeture des valves auriculo-ventriculaires mise en tension du ventricule, ouverture des sigmoïdes et début de l’éjection.

 

B2 dure 6/100ème de secondes. Il a une sonorité aigue. et correspond à l’onomatopée TAC. C’est la fin de la systole, fermeture des sigmoïdes

 

Entre B1 et B2. Il y a le petit silence qui correspond à la systole ventriculaire.

 

Entre la fin de B2 et le début de B1, on parle de grand silence. Il correspond à la diastole ventriculaire.

 

Les bruits anormaux:

 

Soit B1 etB2 sont modifiés (éclat, dédoublement, disparaît. etc ...).

 

Soit la fréquence est modifiée: si la fréquence est basse il ya roulement, si elle est haute souffle.

 

Il faut préciser si le bruit est systolique ou diastolique, indiquer sa durée.

 

Par exemple s’il dure toute la systole on parlera de bruit holosystolique.

 

S’il se produit au début de la systole on parlera debruit protosystolique.

 

S’il se produit au milieu de la systole on parlera de bruit mésosystolique.

 

S’il se produit a la fin de la systole on parlera de bruit télésystolique.

 

La présence de ces bruits signe une anomalie aux orifices:

 

.soit le sang passe dans un orifice ouvert en faisant du bruit (alors qu’il devrait être silencieux) et il y a un rétrécissement de l’orifice.

 

.soit le sang passe par un orifice, qui normalement devrait être fermé et il y a alors une insuffisance de l’orifice.

 

Sachant qu’il y a deux anomalies et quatre orifices, cela fait huit bruits anormaux possibles, que l’on peut diagnostiquer.

 

Dans le cas d’un rétrécissement mitral le sang passera pendant la diastole en émettant un roulement diastolique. Si l’orifice est insuffisant, il sera ouvert pendant la diastole et on entendra un souffle.

 

Etude para clinique

 

L’échocardiographie : des ultrasons sont émis sur la paroi du thorax. On enregistre sur papier ou écran l’écho du faisceau ultrasons envoyés, de façon externe, sur le cœur. On obtient alors les dimension du cœur, le jeu des valvules. Cette méthode est utile et présente l’avantage d’être non invasive (pas de cathéter).

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion