Les altérations morphologiques et fonctionnelles de la barrière épithéliale intestinale ont été régulièrement signalées dans les troubles digestifs tels que le syndrome du côlon irritable et la maladie intestinale inflammatoire. On constate de plus que la maladie de Parkinson n’est pas seulement une maladie du cerveau, mais aussi un trouble digestif.

L’atteinte gastro-intestinale est un événement fréquent et précoce au cours de la maladie de Parkinson, et il peut avoir un rôle crucial dans le développement précoce de la maladie. Nous avons donc entrepris la présente étude afin de déterminer si des changements dans la fonction et/ou la morphologie de la barrière épithéliale intestinale se produisent dans la maladie de Parkinson.

Méthodologie

Des biopsies du colon ont été effectuées chez 31 patients parkinsoniens et 11 témoins sains appariés selon l'âge. Les perméabilités para et transcellulaire ont été évaluées en mesurant l'acide sulfonique et la peroxydase de raifort flux respectivement, dans des biopsies coliques montés dans des chambres d'Ussing. L'expression et la localisation des deux jonctions serrées protéines ZO-1 et occludines ont été analysés respectivement par Western blot et immunofluorescence. Les perméabilités para et transcellulaire n’étaient pas différentes entre les patients parkinsoniens et de contrôle. L'expression de l'occludine, mais pas celle du ZO-1, était significativement plus faible dans les échantillons de côlon de patients parkinsoniens par rapport aux témoins et la distribution cellulaire des deux protéines a été modifiée dans les échantillons de la muqueuse du côlon de patients parkinsoniens. Nos résultats fournissent la preuve que la barrière épithéliale intestinale est morphologiquement modifiée dans la maladie de Parkinson et renforce davantage le potentiel rôle du tractus gastro-intestinal dans l'initiation et/ou de la progression de la maladie.

Conclusions

En conclusion, nous apportons la preuve pour la première fois que des changements morphologiques dans la barrière épithéliale intestinale se produisent chez les patients parkinsoniens. Nos résultats renforcent davantage le rôle possible du tractus gastro-intestinal dans la physiopathologie de la maladie de Parkinson. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si la régulation de l’occludine dans l'intestin pourrait faciliter la propagation de la pathologie Parkinsonienne dans le système nerveux entérique et dans le cerveau.

Cet article est une traduction du résumé de "Structural alterations of the intestinal epithelial barrier in Parkinson's disease" sous licence CCA.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion