Les nerfs intercostaux présentent différentes particularités.

Premier nerf intercostal

Le premier nerf intercostal se distingue de tous les autres intercostaux par sa ténuité relative. Il ne présente, du reste, qu’une bien faible portion de la première branche dorsale, la plus grosse portion de cette branche se rendant, comme nous l’avons déjà vu, au plexus brachial.

Le premier nerf intercostal se caractérise encore par ce fait qu’il n’a pas de rameau perforant latéral.

L’équivalent de ce rameau doit être recherché (Schwalbe) dans une partie des fibres nerveuses qui sont apportées au plexus brachial par la branche antérieure de la première paire dorsale et qui viennent s’accoler ensuite au nerf brachial cutané interne ou à son accessoire.

Envisagé au point de vue de son trajet et de sa distribution, le premier nerf intercostal longe le bord externe de la première côte, s’étend ainsi jusqu’au sternum et là se distribue à la peau.

Deuxième nerf intercostal

Le deuxième nerf intercostal est remarquable en ce que son rameau perforant latéral, au lieu de se distribuer aux téguments du thorax, se porte en dehors, pénètre dans l’aisselle, donne des filets à la peau de cette région et de la face interne du bras, puis s’anastomose avec l’accessoire du brachial cutané interne et, finalement, s’épuise dans la peau de la région interne du bras. On donne parfois à cette branche perforante le nom de nerf intercosto-huméral de Hyrtl. Nous avons déjà vu que ce nerf envoyait ordinairement (Cunningham) un rameau anastomotique à la branche qui, de la première paire dorsale, se rend au plexus brachial.

Troisième et quatrième nerfs intercostaux

Leur rameau perforant latéral débouche, comme celui du nerf précédent, sur la paroi interne du creux de l’aisselle, Il abandonne un petit filet à la peau de la région mammaire et vient se distribuer ensuite à la peau de la face interne du bras, en s’anastomosant avec l’accessoire du brachial cutané interne.

Cinquième et sixième nerfs intercostaux

Ils fournissent un filet au petit dentelé postérieur et supérieur : 1° le filet postérieur de leur rameau perforant latéral se distribue à la face postérieure de l’épaule ; 2° le filet antérieur de ce même rameau est principalement destiné à la glande mammaire et au mamelon ; 3° leur extrémité antérieure, enfin, fournit, au voisinage du sternum, quelques filets moteurs au muscle triangulaire.

Septième nerf intercostal

Il donne des rameaux au grand oblique.

Huitième, neuvième, dixième et onzième, nerfs intercostaux

Leur terminaison est celle que nous avons décrite plus haut (voy. p. 316). De plus, le neuvième, le dixième et le onzième envoient un rameau au petit dentelé postérieur et inférieur et plusieurs filets au petit oblique et au transverse.

Quant aux rameaux perforants latéraux des huitième, neuvième, dixième et onzième nerfs intercostaux, ils perforent le grand oblique avant de se rendre au territoire cutané auquel ils sont destinés. Us suivent du reste, pour atteindre ce territoire, un trajet de plus en plus oblique en bas et en avant.

Les nerfs intercostaux inférieurs au niveau de la paroi abdominale antérieure (Hovelacque).

(Innervation des muscles de la paroi antéro-latérale.)

1, le 7e nerf intercostal. — 2, le grand oblique incisé et rabattu en dehors. — 3, le 8e nerf intercostal. — 4, le petit oblique incisé et rabattu. — 5, le feuillet antérieur de la gaine du droit incisé et rabattu en dehors. — 6, l’aponévrose, tendon du grand oblique. — 7, l’aponévrose, tendon du petit oblique. — 8, le 9e nerf intercostal divisé en deux branches terminales. — 9, le 10e nerf intercostal avec les filets qu’il donne au transverse et au petit oblique. — 10, le 11e nerf intercostal et ses filets collatéraux. — 11, le 12e nerf intercostal se divisant rapidement en deux branches. — 12 rameau du petit oblique. — 13, rameau cutané. — 14, filet du grand abdomino-génital allant innerver le pyramidal

Douzième nerf intercostal

Le douzième nerf intercostal chemine donc au-dessous de la douzième côte. Après avoir fourni au diaphragme (Félix), aux muscles de l’abdomen et parfois au pyramidal de l’abdomen, ses filets terminaux s’anastomosent avec la branche perforante latérale du grand abdomino-génital, première branche du plexus lombaire.

Le rameau perforant latéral du douzième nerf intercostal se distingue de tous les autres par son trajet et sa distribution. Après avoir perforé le muscle grand oblique, il se porte verticalement en bas dans le tissu cellulaire sous-cutané, croise la crête iliaque et s’épanouit alors en de nombreux et longs rameaux qui se perdent dans la peau de la région fessière : c’est le rameau cutané fessier du douzième nerf intercostal.

Résumé d’un nerf intercostal

Rameaux anastomotiques, pour

grand sympathique

 

nerfs intercostaux voisins

Rameaux sous-costaux, pour

périoste

 

os

 

plèvre costale

Rameaux musculaires, pour

intercostaux interne, moyen et externe

 

sous-costaux

 

surcostaux

 

petits dentelés postérieurs

 

muscles de l’abdomen

Rameaux cutanés

perforant antérieur

 

perforant postérieur

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion