Le muscle stylo-hyoïdien est un muscle fort grêle, fusiforme, qui s'étend obliquement de l'apophyse styloïde a t'os hyoïde, en dedans et au-dessus du ventre postérieur du digastrique.

Insertions

Il prend naissance, en dehors, sur le coté externe de l'apophyse styloïde, tout près de la base de cette apophyse. De là, il se porte obliquement en dedans et en avant vers l'os hyoïde. Un peu avant d'atteindre cet os, il se divise en deux faisceaux, pour laisser passer le digastrique (boutonnière du digastrique). Puis, il se reconstitue et vient se fixer, à l'aide d'une languette aponévrotique fort mince, sur la face antérieure du corps de l'os hyoïde, au voisinage de la grande corne.

Rapports

Le stylo-hyoïdien accompagne, dans presque toute son étendue, le ventre postérieur du digastrique, en avant duquel il est placé. II présente les mêmes rapports que ce dernier muscle.

Innervation du muscle stylo-hyoïdien

Il est innervé par un rameau particulier, issu du facial au-dessous du trou stylo-mastoïdien.

Action

Le muscle stylo-hyoïdien est élévateur de l'os hyoïde.

Variétés

Le stylo-hyoïdien peut faire défaut (une fois sur deux cents, d'après Hallet). Dans un cas de Mac Whinnie, l'absence du stylo-hyoïdien coïncidait avec un ventre postérieur du digastrique considérablement grossi. La, boutonnière pour le digastrique manque aussi quelquefois, mais bien rarement cette boutonnière peut, d'autre part, se prolonger jusqu'à l'os hyoïde, transformant ainsi le stylo-hyoïdien en un muscle biceps. Il n'est pas très rare de rencontrer, en arrière du stylo-hyoïdien normal, un faisceau surnuméraire (stylo-hyoïdeus alter d'Albinus, petit stylo-hyoïdien de Gavard, stylo-hyoïdien profond de Sappey), qui s'insère d'une part dans le voisinage du sommet de l'apophyse styloïde, d autre part sur la petite corne de l'os hyoïde. Des cas de triple stylo-hyoïdien ont été rapportés par Hyrtl et par Gruber.

Chudzinsky a observé, sur un individu d'origine Africaine, un stylo-hyoïdien qui s'insérait dans la région sus-hyoïdienne par trois faisceaux distincts.

Parmi les muscles surnuméraires qui se rattachent au stylo-hyoïdien, il convient de mentionner (Voy. pour plus de détails, Testut, Anomalies musculaires, p. 288) :

Le stylo-maxillaire, signalé pour la première fois par Calori (Bologne, 1868), qui se rend de l'apophyse styloïde à l'angle du maxillaire ;

Le hyo-maxillaire (hyo-angularis de Macalister), qui va de l'os hyoïde a l'angle du maxillaire ; le stylo-maxillaire et l'hyo-maxillaire sont deux formes incompletos du stylo hyoïdien ordinaire (Voy., a ce sujet, Macalister, The varieties of styloid muscles, in Journ. Of Anat. And Phys., nov. 1870).

L'occipito-hyoïdien, qui se détache de l'occipital, au dessous de l'insertion du trapèze, et qui se rend de là a l'os hyoïde ; ce muscle, signalé pour la première fois par Perrin (Journ. Of Anat. and Phys., 1871, p. 231), a été retrouvé depuis par West (Ibid., 1873 p. 150), par Curnow (Ibid. 1874, p. 379) et par M. Flesh (Varietaten Beobachtungen, etc., Wurzbourg, 1879)

Le pétro-hyoïdien, signalé par Calori, dont le nom seul indique suffisamment les insertions.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion