­Le muscle occipital est un muscle quadrilatère et fort mince, situé a la partie postérieure de tête. Il va de l'écaille occipitale à l'aponévrose épicrânienne.

 

Insertions­

Il prend naissance, en arrière, sur les deux tiers externes de la ligne occipitale supérieure, ainsi que sur la partie correspondante de l'apophyse mastoïde. Cette insertion se fait à l'aide de fibres aponévrotiques fort courtes, qui s'entrecroisent, en bas avec les faisceaux d'origine du trapèze et du sterno-cléido-mastoïdien. De cette longue ligne d'insertion, les faisceaux du muscle occipital se portent en haut et en avant et viennent, pour la plupart, se terminer sur le bord postérieur de l'aponévrose épicrânienne. Les faisceaux les plus externes se dirigent vers le pavillon de l'oreille et s'étendent parfois jusqu'à la face postérieure de la conque.

Rapports

Recouvert par la peau, qui lui adhère intimement, le muscle occipital recouvre à son tour le péricrâne, sur lequel il glisse, dans ses contractions, a l'aide d'un tissu cellulaire lâche. Il est séparé de son homologue du coté opposé par un espace triangulaire, dont le sommet tronqué correspond à la protubérance occipitale externe.

 
Muscle du crâne et de la face, couche superficielle.

1, muscle frontal. - 2, muscle orbiculaire des paupières. - 3. Pyramidal du nez. - 4, élévateur commun de l'aile du nez et de la lèvre supérieure. - 5, transverse du nez. - 6, élévaleur propre de la lèvre supérieure. - 7, canin. - 8, petit zygomalique. - 9, orbiculaire des lèvres. - 10, carré du menton. - 11, muscle de la houppe du menton. - 12, triangulaire des lèvres. - 13, peaucier du cou. - 14, risorius de Santorini. - 15, muscle occipital. - 16, auriculaire supérieur. - 17, auriculaire antérieur. - 18, auriculaire postérieur. - 19, masséter. - 20, grand zygomalique. - 21, complexus. - 22, splénius. - 23, angulaire de l'omoplate. - 24, sterno-cléido-mastoïdien. - 25, scalène postérieur. - 26, trapèze.

Innervation

Il est innervé par le rameau auriculaire postérieur du facial.

Action

Le muscle occipital, prenant son point fixe sur le crâne, attire en arrière l'aponévrose épicrânienne et les téguments qui la recouvrent; c'est donc un muscle tenseur de cette aponévrose, Par ses faisceaux externes, il peut porter le pavillon de l'oreille en arrière et en dedans devenant ainsi un congénère du muscle auriculaire postérieur.

Variétés

L'occipital peut manquer, disposition excessivement rare. Par contre il peut s'étendre du cote de la ligne médiane et s'entrecroiser même avec celui du coté opposé. Ses faisceaux externes ou auriculaires peuvent se séparer entièrement des faisceaux internes et constituer alors un petit muscle indépendant, plus ou moins confondu avec l'auriculaire supérieur ou l'auriculaire postérieur.

Muscle occipital transverse

Décrit pour la première fois par E. Schultze, de Rostock, qui l'a rencontre dix-huit fois sur vingt-cinq sujets, l'occipital transverse (transversus nuchae des auteurs anglais) est un muscle généralement très grêle, couché transversalement entre les insertions inférieures de l'occipital et les insertions supérieures du trapèze. Il s'insère, d'une part, sur la protubérance occipitale externe ou sur la partie la plus interne de la ligne courbe occipitale qui y aboutit. D’autre part, il se termine, suivant les cas sur la partie la plus externe de cette même ligne occipitale, sur le tendon du sterno-cléido-mastoïdien, ou même sur l'extrémité postérieure du muscle auriculaire postérieur, formant alors avec ce dernier un véritable muscle digastrique. Dans certains cas même, il y a continuité absolue entre les deux formations charnues, et l'auriculaire semble alors avoir reculé son origine postérieure jusqu'à la protubérance occipitale externe.

 

 

D'après L. Testut Traité d'anatomie humaine

­

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion