L­e muscle petit oblique ou oblique interne est situé immédiatement au-dessous du précédent. Comme lui aplati et fort large, mais dirige en sens contraire, il s'étend de la région lombo-iliaque aux dernières cotes, a la ligne blanche et au pubis.

Insertions d'origine

 

Il prend naissance en bas, sur les points suivants : sur le tiers externe (quelquefois la moitie externe) de l'arcade crurale ; sur l'épine iliaque antéro-supérieure et sur l'interstice de la crête iliaque, dans ses deux tiers ou ses trois quarts antérieurs ; au-delà par un faisceau dont le développement est très variable sur une aponévrose (aponévrose postérieure du petit oblique) qui se fusionne avec l'aponévrose du grand dorsal et qui relie le muscle aux apophyses épineuses de la première vertèbre sacrée et de la dernière vertèbre lombaire. Le muscle a donc par ce dernier faisceau une insertion épineuse, et cette insertion, comme on le voit se fait a l'aide de longue fibres tendineuses, a direction obliques, qui se fusionnent avec l'aponévrose lombaire. Les insertions à l'arcade crurale et a la crête iliaque se font en partie par des fibres charnues en partie par de courtes fibres tendineuses.

Insertions postérieures du petit oblique, du transverse et du petit dentelé postéro-inférieur.
1, petit dentelé postéro-inférieur, avec : 1' fusion de son tendon avec l’aponévrose du grand dorsal. - 2. espace de Grinfell recouvert par l'aponévrose postérieure du transverse. - 3, fusion de l'aponévrose du transverse avec l'aponévrose du grand dorsal. - 4, petit oblique, avec 4', fusion de son aponévrose postérieure avec l'aponévrose du grand dorsal. - 5, grand oblique. - 6, grand dorsal, en place. - 6', 6 " le même et son aponévrose, sectionnés et érignés on dedans, - 7, aponévrose lombaire. - 8, grand fessier, avec 8', son insertion à l'aponévrose lombaire, - 9, moyen fessier. - 10, trapèze.

 

Insertion terminale aponévrose du petit oblique

 

De cette ligne d'insertion inferieure fort étendue comme on le voit, les faisceaux constitutifs du petit oblique, affectant une disposition divergente, s'étalent en vaste éventail, dont le bord évasé constituant la ligne d'insertion terminale du muscle, s'étend de la douzième cote a l'appendice xiphoide et de celui-ci au pubis. On examine séparément les faisceaux postérieurs, les faisceaux antérieurs, et les faisceaux moyens.

 

Faisceaux postérieurs

 

Les faisceaux les plus postérieurs, ceux qui proviennent de l'aponévrose lombaire et de la partie moyenne de la crete iliaque se portent se portent vers le thorax, en suivant un trajet plus ou moins oblique en haut et en avant. Ils viennent se terminer sur le bord inferieur et sur le sommet des trois ou quatre derniers cartilages costaux, en se continuant, dans l'intervalle de ses cartilages, avec les muscles intercostaux internes. Les intercostaux internes, représentent au thorax la lame musculaire indivise qui, à l'abdomen, constitue le muscle petit oblique.

 

Faisceaux antérieurs

 

Les faisceaux les plus antérieurs se dirigent obliquement en bas et en dedans et viennent se terminer sur l'épine pubienne et sur la symphyse, soit directement, soit par des fibres tendineuses très courtes. Quelques fibres directement appliquées sur le cordon spermatique, viennent le plus souvent renforcer le muscle crémaster. Mais il serait inexact de dire qu'elles forment en entier le crémaster. Ce muscle est, avant tout, constitué par deux faisceaux qui descendent, l'un de l'arcade crurale, l'autre de l'épine du pubis.

 

Faisceaux moyens

 

Tous les faisceaux moyens du petit oblique, les faisceaux compris entre ceux a insertion costale et ceux a insertion pubienne, viennent se terminer sur le bord externe d'une large aponévrose d'insertion qui porte le nom d'aponévrose antérieure du petit oblique (par opposition a son aponévrose postérieure) ou tout simplement d'aponévrose du petit oblique. Cette aponévrose, continuant la direction des faisceaux charnus auxquels elle fait suite, se porte vers le bord externe du muscle grand droit, l'atteint, et la se comporte différemment suivant qu'on l'examine en haut on en bas. En haut, dans les trois quarts supérieurs du muscle grand droit, l'aponévrose du petit oblique, jusque-là indivise, se partage en deux feuillets : un feuillet antérieur qui, passant en avant du muscle grand droit, se fusionne avec l'aponévrose du grand oblique et, comme cette dernière, va se terminer a la ligne blanche; un feuillet postérieur, qui passe en arrière du muscle grand droit, s'y fusionne de même avec l'aponévrose du transverse et, comme le feuillet précèdent, se rend a la ligne manche. En bas, dans le quart inférieur du muscle grand droit, l'aponévrose du petit oblique ne se dédouble pas et, toute entière, passe en avant de ce dernier muscle pour gagner la ligne blanche.

 

 

Muscle petit oblique de l’abdomen, vue antéro-latérale.
1, muscle grand droit, dont la gaine a été coupée sur les côtés. - 1', ses faisceaux d'insertion aux cinquième, sixième, et septième côtes. - 1", coupe du feuillet antérieur de sa gaine. - 2, muscle pyramidal. - .3, coupe du muscle grand oblique. - 4, muscle petit oblique. - .5, grand dentelé. - 6. intercostaux externes. - 7, intercostaux internes - 8, muscle couturier. - 9, ombilic. - 10, aponévrose du grand oblique, sectionnée et érignée en bas, pour laisser voir le cordon inguinal. - CVI, sixième côte.

Rapports

 

Recouvert en avant par le grand oblique et en arrière par le grand dorsal, le petit oblique recouvre a son tour le transverse. Il forme avec ce dernier muscle le fond du triangle de Petit et se met en rapport, a ce niveau avec l'aponévrose superficielle, le tissu cellulaire sous-cutané et la peau.

 

Innervation

 

Il est innervé comme le Grand oblique par les nerfs intercostaux inférieurs et par les deux branches abdomino-génitales du plexus lombaire.

 

Action

 

L'action du petit oblique diffère peu de celle du grand oblique le petit oblique, en effet, abaisse les cotes, fléchit le thorax, comprime les viscères abdominaux. Quand il se contracte d'un seul coti, il imprime en outre au thorax un mouvement de rotation qui le porte de son cote. Au point de vue des mouvements de rotation, le petit oblique est donc antagoniste du grand oblique du même côté, congénère du grand oblique du cote oppose.

 

Comme le grand oblique, le petit oblique peut prendre son point d'insertion fixe sur le thorax et, dans ce cas, il élève et fléchit le bassin.

 

Variétés

 

Des intersections aponévrotiques existent parfois dans la portion supérieure du muscle, en regard des dixième, onzième et deuxième côtes. En haut, sur les côtes, le muscle peut présenter une ou deux digitations en plus ou en moins. En bas, les faisceaux insérés sur l'arcade crurale peuvent faire défaut.

 

Le petit oblique, plus développé que d'ordinaire, peut-être traversé par le cordon spermatique.

 

Quelques faisceaux surnuméraires ont été décrits entre le grand et le petit oblique.

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.