Muscle épais, prismatique et quadrangulaire, le brachial antérieur (latin : M. brachialis) engaine, à la façon d'un demi-cylindre, la partie inférieure de la diaphyse humérale d'où ses fibres convergent vers l'apophyse coronoïde du cubitus.

 

Le brachial antérieur prend naissance en haut : 1° sur les faces externe et interne de l'humérus dans leur moitié inférieure; - 2° sur les trois bords du même os; - 3° sur les deux cloisons intermusculaires du bras. - En liant, la zone d'origine confine aux empreintes humérales du deltoïde et du coraco-brachial. En bas, elle descend en avant jusqu'à l'insertion supérieure de l'appareil capsulaire du coude; mais, sur les parties latérales, elle s'arrête un peu au-dessus de l'épicondyle et de la trochlée. - Ces différentes insertions se font par implantation directe des fibres charnues. Il existe cependant quelques fibres tendineuses pour les faisceaux qui se détachent de la lèvre inférieure du V deltoïdien et du bord interne de l'humérus. Quel que soit d'ailleurs leur mode d'origine, les fibres du brachial antérieur descendent, les moyennes verticalement, les internes obliquement en bas et en dehors, les externes beaucoup pins obliquement encore en bas et en dedans. Le corps charnu, constitué par leur accolement. se rétrécit peu à peu. devient de plus en plus épais et atteint son maximum d'épaisseur un peu au-dessous (le la partie moyenne. - Le brachial antérieur constitue d'ordinaire une masse musculaire indivise ; assez souvent cependant, les fibres qui naissent des deux branches du V deltoïdien forment deux languettes distinctes sur une assez grande longueur. De même, les fibres les plus externes du muscle, qui se détachent de la cloison intermusculaire un peu au-dessus du long supinateur, constituent parfois un faisceau assez nettement isolé. - In peu au-dessous de la partie moyenne du muscle, apparaît sur la face antérieure de son corps charnu le tendon de terminaison. C'est en dehors que ce tendon présente son épaisseur maxima. En dedans, il se divise en deux lames secondaires : l'une antérieure plus épaisse, l'autre postérieure plus mince, formant ainsi une sorte de V à concavité regardant en haut et en dedans, V dans lequel viennent se terminer les fibres charnues. Puis le tendon modifie légèrement sa direction; ses fibres, d'abord verticales, se portent ensuite presque horizontalement en arrière et viennent s'implanter directement sur une empreinte rugueuse qui s'allonge sur la partie interne de la face inférieure de l'apophyse coronoïde. Les adhérences très nettes qui existent entre le tendon coronoïdien du rond pronateur et le tendon du brachial antérieur paraissent être la cause principale de ce changement de direction.

Le tendon principal du brachial antérieur ne résume cependant pas tontes les insertions du muscle. Quelques fibres venues de la cloison intermusculaire externe vont s'insérer directement sur l'apophyse coronoïde. De même, les fibres les plus profondes, c'est-à -dire celles dont l'insertion est la plus inférieure, vont s'insérer directement sur l'apophyse coronoïde par de petits tendons qui leur appartiennent en propre.

Rapports

Le muscle brachial antérieur est recouvert par le biceps dans la plus grande partie de son étendue ; cependant il le déborde latéralement, ce qui lui permet de se mettre en rapport eu dedans avec le paquet vasculo-nerveux du bras et le rond pronateur, en dehors avec le long supinateur et le premier radial. Le premier de ces muscles est intimement uni au brachial antérieur qui lui envoie même parfois quelques faisceaux. Tout au fond du sillon séparant les deux muscles, on trouve le radial et la récurrente radiale antérieure. - Par sa face postérieure, le Branchial antérieur répond au bord antérieur, aux faces interne et externe de l'humérus sur lesquelles il se moule, aux cloisons intermusculaires interne et externe qui le séparent du triceps, à la capsule de l'articulation du coude à laquelle il est uni par un tissu cellulaire très dense et parfois par quelques fibres charnues qu'il lui abandonne en passant.

Action

Le brachial antérieur fléchit l'avant-bras sur le bras, en laissant libre le mouvement de rotation du radius sur le cubitus, d'où possibilité des mouvements de pronation et de supination. c'est un fléchisseur plus énergique que le biceps, ce qui est dû, moins à la prédominance de son volume qu'au mode d'implantation de sou tendon sur l'apophyse coronoïde. Eu revanche ses fibres charnues, étant moins longues que celles du biceps, ont vite donné leur maximum de raccourcissement et le mouvement de flexion commencé par lui est le plus souvent terminé par le biceps.

Innervation

Les nerfs du Branchial antérieur viennent du musculo-cutané par un tronc commun qui se détache au-dessus du rameau du biceps, et qui se divise eu quatre ou cinq rameaux abordant le muscle par sa face antérieure; l'un d'eux, très long, peut être suivi dans l'épaisseur du corps charnu jusqu'au voisinage du tendon d'insertion. Il reçoit en outre habituellement un ou deux petits filets du radial qui l'abordent par son bord externe.

Variations et anomalies

Les anomalies du Brachial antérieur ont été très minutieusement étudiées par Gruber dans une monographie spéciale (Bulletin de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, t. XII, p. 250). On rencontre de nombreuses variétés dans l'origine humérale. Gruber l'a vu s'insérer à la cloison intermusculaire interne par une arcade aponévrotique sous laquelle passaient les vaisseaux huméraux; les deux languettes que nous avons signalées comme se détachant du V deltoïdien peuvent être très distinctes dans toute leur étendue, donnant au Brachial antérieur l'apparence d'un biceps ; d'autres fois, cette apparence est due à l'existence d'un faisceau surnuméraire, constituant un véritable Brachial antérieur accessoire (Wood, Gruber, Hildebrandt, Müller, Henle). Ces faisceaux surnuméraires sont remarquables par la variabilité de leur insertion inférieure qui contraste singulièrement avec la fixité de celle du muscle principal; on les a vus s'insérer sur le cubitus, le radius, l'aponévrose antibrachiale, la capsule de l'articulation du coude. Le Brachial antérieur peut s'unir avec les muscles voisins (muscle deltoïde, muscle coraco-huméral, etc.).

D'après Traité d'Anatomie par P. Poirier. 

 

 

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion