Le biceps fémoral (M. biceps femoris), long, volumineux, répond à la partie postéro-externe de la cuisse. Il est constitué par deux chefs : l'un, long, d'origine pelvienne ; l'autre, court, d'origine fémorale. Ces chefs se réunissent en bas sur un tendon unique allant à la tète du péroné et au tibia.

 

Le long chef (l. tête, l. portion, caput longum, portion ischiatique), naît de la tubérosité de l'ischion, par un tendon qui lui est commun avec le demi-tendineux. Ce tendon s'attache immédiatement en dehors et au-dessous de l'insertion du grand ligament sacro-sciatique, en arrière et en dehors de l'insertion du demi-membraneux, au-dessus du grand adducteur.
Large d'abord, il se rétrécit un peu et s'épanouit en gouttière ou cône aponévrotique, ouvert en dehors : les fibres charnues naissent à l'intérieur de ce cône, tandis que celles du demi-tendineux tirent leur origine de sa partie externe, de telle sorte que sur une longueur de 10 à 15 cm. à partir de l'ischion, les deux muscles, l'un charnu (demi-tendineux), l'autre tendineux (biceps) sont intimement soudés. Le tendon, bien que masqué en partie par la portion char- nue du demi-tendineux, reste visible sur la face interne du biceps, jusqu'au milieu de la cuisse. Les fibres charnues se rassemblent peu à peu en un ventre épais et prismatique, obliquement dirigé en bas et un peu en dehors. Elles se rendent successivement à une aponévrose qui apparaît, dès le milieu de la cuisse, sur la face postérieure du muscle; cette aponévrose se condense en un large tendon d'insertion qui descend vers la tête du péroné et la tubérosité externe du tibia.
La courte tête (caput breve, courte portion, chef fémoral) naît par de courtes fibres tendineuses de la lèvre externe de la ligne âpre du fémur, dans le tiers moyen de celle-ci, et de l'aponévrose intermusculaire externe : les fibres, parallèles, obliques eu bas, en arrière et en dehors, forment un corps charnu aplati, losangique; elles viennent successivement se terminer sur la face antérieure du tendon delà portion ischiatique; les supérieures succèdent immédiatement aux fibres inférieures de cette portion; les inférieures n'abordent le tendon que près de son insertion.
Ce tendon passe, élargi, sur le condyle externe et va s'insérer :

  • 1° par sa portion principale à l'extrémité supérieure ou tête du péroné, sur une facette en croissant entourant l'insertion du ligament latéral externe de l'articulation du genou ;
  • 2° à la tubérosité externe du tibia par ses faisceaux supérieurs, rassemblés en un fort trousseau qui englobe entre ses deux feuillets le ligament latéral externe;
  • 3' à l'aponévrose jambière par le faisceau inférieur.

 

Rapports

Recouvert à son origine par le grand fessier, le biceps s'applique par sa face antérieure au grand adducteur, au demi-membraneux et au vaste externe, séparé de ce dernier par la cloison intermusculaire externe. Contigu par sa face interne au demi-tendineux, puis au demi-membraneux, il s'écarte bientôt de ces muscles, formant ainsi avec eux le triangle supérieur du losange poplité. Près de sa terminaison, il répond au jumeau externe et au plantaire grêle. - Le nerf sciatique est placé d'abord en dehors, puis en avant, puis à la face interne du muscle; vertical, le nerf sciatique croise très obliquement le biceps ; sa branche externe de bifurcation, le sciatique poplité externe, soit le tendon d'insertion du muscle, jusqu'à la tête du péroné. - La courte ; portion du biceps répond en dedans aux vaisseaux poplités.

Variations et anomalies

Le biceps crural, muscle peu fixe, se fusionne parfois avec le demi-tendineux, le grand adducteur, le vaste externe. - Les deux chefs ne se réunissent que très bas, à leur insertion péronière. - Ils peuvent être distincts dans toute leur étendue (Macalister), indépendance normale chez les singes.
Longue portion. - Chudzinski a constaté, chez un boschiman, l'isolement complet du tendon ischiatique. - On a signalé des insertions iliaques accessoires (Wood), des insertions coccygiennes vestiges du chef caudal normal des mammifères.
Testut a vu une intersection tendineuse au milieu du corps charnu de la longue portion qui prenait ainsi le type digastrique. Parfois, cette longue portion présente un chef calcanéen en tout semblable à celui que Meckel a observé normalement chez la hyène : quelques-uns des faisceaux charnus le quittent au niveau de sa partie moyenne, pour se jeter sur un tendon grêle qui va se perdre dans le tendon d'Achille (Gruber-Kelsch). Parfois ce faisceau affecte la forme d'un muscle digastrique dont le ventre inférieur, logé dans l'interstice des jumeaux, aborde le tendon d'Achille par sa face antérieure (Halliburton).
Courte portion. - Son absence, signalée par Meckel, Budge, Theile, Knott, assez rare chez l'homme et les anthropoïdes, est fréquente dans la série.
Gruber, Meckel, Giacomini ont décrit un faisceau surnuméraire d'origine fémorale. Henle a vu un faisceau accessoire naître du tenseur du fascia lata.

D'après traité d'Anatomie par P. Poirier.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion