Le muscle court fléchisseur plantaire (M. flexor digitorum brevis) est un muscle allongé et aplati, étroit et simple en arrière, divisé en avant en quatre faisceaux.

 

Il naît :

  • 1° de la grosse tubérosité de la face inférieure du calcanéum et de l'échancrure qui sépare cette tubérosité de la petite ;
  • 2° de la partie la plus reculée de la face inférieure de l'os ;
  • 3° du tiers postérieur de l'aponévrose plantaire ;
  • 4° des cloisons intermusculaires interne et externe.

Il forme un corps charnu étroit et épais, qui s'étale peu à peu et se divise en quatre faisceaux penniformes, dont les tendons se rendent aux quatre derniers orteils. Les faisceaux du deuxième et du troisième orteil sont de beau- coup les plus gros, et occupent un plan plus superficiel; le faisceau du cinquième orteil est très grêle; il peut même manquer. Les tendons du court fléchisseur se superposent à ceux du long fléchisseur, et pénètrent avec eux dans les gaines ostéo-fibreuses des orteils.

Au niveau des articulations métatarso-phalangiennes, les tendons du court fléchisseur forment une gouttière à concavité antérieure qui reçoit le tendon du long fléchisseur. Chaque tendon se divise ensuite en deux bandelettes qui s'écartent pour laisser passer le tendon du long fléchisseur, et se rapprochent ensuite, pour aller s'insérer à côté l'une de l'autre, sur les côtés de la face inférieure de la deuxième phalange. En un mot, le court fléchisseur commun des orteils se comporte vis-à -vis du long fléchisseur comme le long fléchisseur commun superficiel des doigts se comporte vis-à -vis du long fléchisseur commun profond.


Rapports

Par sa face inférieure, le court fléchisseur commun répond à l'aponévrose plantaire et à la peau. Sa face supérieure recouvre le long fléchisseur commun, son accessoire, les lombricaux, les vaisseaux et nerfs plantaires externes.

Action

Le court fléchisseur commun fléchit énergiquement les deuxièmes phalanges ; il agit très faiblement sur les troisièmes que fléchit le long fléchisseur commun, et est presque sans action sur les premières qui sont fléchies par les interosseux. Il rappelle donc complètement, au point de vue physiologique, le fléchisseur commun superficiel des doigts.

Variations et Anomalies

Homologue du fléchisseur commun superficiel des doigts, il semble être un muscle en voie de régression. - La plupart des anomalies de ce muscle accusent sa tendance à l'atrophie. Dans la plupart des cas il s'agit de l'absence de quelques-uns de ses faisceaux constituants. L'absence totale a été signalée par Chudzinsky et Ledouble. D'après Wood, le chef allant au petit doigt manquerait 13 fois sur 100. Les autres chefs manquent plus rarement. Il faut d'ailleurs faire observer que les chefs absents sont souvent suppléés par des chefs anormaux; ceux-ci peuvent avoir les origines les plus différentes. - Il n'est pas rare de les voir naître du tendon du long fléchisseur. - La tendance à la fusion du court fléchisseur plantaire avec le long fléchisseur commun accuse la même tendance régressive du muscle; cette fusion peut se faire, soit par l'union des tendons qui vont prendre une insertion commune sur les phalanges, soit par l'adjonction aux faisceaux calcanéens du court fléchisseur, de faisceaux supplémentaires naissant du tendon du long fléchisseur.

d'après traité d'anatomie par P. Poirier.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion