Aplati et quadrilatère, l'accessoire du long fléchisseur (m. quadratus plantae) ou chair carrée naît par deux chefs distincts.

 

Le chef externe naît par un tendon allongé : de la petite tubérosité du calcanéum, et de la partie externe du ligament calcanéo-cuboïdien, jusqu'à la crête du cuboïde.

Le chef interne s'attache par implantation directe des fibres charnues :

  • 1° à la partie inférieure de la face interne du calcanéum, dans le canal calcanéen ;
  • 2° à la grosse tubérosité du même os ;
  • 3° à une lame fibreuse qui s'étend de la face profonde du ligament annulaire interne à la gouttière osseuse du canal calcanéen et sépare les vaisseaux plantaires du long fléchisseur propre du gros orteil ;
  • 4° au ligament calcanéo-scaphoïdien inférieur.

Les deux faisceaux, d'abord séparés par un espace angulaire à sommet antérieur, dans lequel on aperçoit le ligament calcanéo-cuboïdien inférieur, se fusionnent bientôt en un corps musculaire unique.
Dans le voisinage de sa terminaison, l'accessoire est formé de deux plans : un plan superficiel, constitué par un tendon assez étroit, qui succède à une partie du plan charnu du chef interne et va se perdre à la face profonde du tendon commun du long fléchisseur; un plan profond, exclusivement charnu, formé par la totalité du chef externe et les fibres restantes du chef interne, qui va s'attacher :

  • 1° aux tendons terminaux du long fléchisseur commun, et plus spécialement, au tendon du petit orteil ;
  • 2°' à l'anastomose que le long fléchisseur propre du gros orteil envoie au long fléchisseur commun ;
  • 3° quelquefois au tendon du long fléchisseur propre lui-même.

La terminaison de l'accessoire du long fléchisseur présente d"assez grandes variétés, comme on peut s'en rendre compte par l'examen d'un certain nombre de sujets, et par la lecture des auteurs. J'ai décrit la disposition qui m'a paru être la plus fréquente. Il m'a semblé que le volume de l'anastomose avec le long fléchisseur propre avait une certaine importance au point de vue de ces variétés. Lorsque l'anastomose est considérable, elle reçoit la presque totalité des fibres de l'accessoire.


Rapports

Par sa face inférieure, l'accessoire du long fléchisseur répond au court fléchisseur commun dont il est séparé par une couche de tissu cellulaire lâche, dans laquelle se trouvent les vaisseaux et nerfs plantaires externes.
La face supérieure recouvre le grand ligament calcanéo-cuboïdien qui le sépare du calcanéum et du cuboïde.

Action

Lorsque le muscle se contracte isolément, il produit, sans aucune énergie, la flexion des troisièmes phalanges. Son vrai rôle est de corriger l'obliquité du tendon du long extenseur commun et de s'opposer ainsi à la torsion des orteils produite par ce muscle, lorsqu'il se contracte isolément.
Innervation - Le court fléchisseur commun des, orteils est innervé par un filet, né du nerf plantaire interne à la sortie de la gouttière calcanéenne; ce filet se porte transversalement en dehors et pénètre la face supérieure du muscle. - Le nerf de l'accessoire du long fléchisseur commun des orteils vient du plantaire interne, dont il se détache au niveau de la bifurcation du tibial postérieur.

Variations et anomalies

On a signalé l'absence du muscle accessoire du long fléchisseur, sa réduction extrême (Wood). On a noté l'absence de l'un de ses deux chefs d'origine, l'externe le plus souvent. Morestin (Bull. Soc. Anat., 1895) a observé la disparition du chef interne. Cette réduction, sous ses modalités les plus diverses, est la régie chez les singes (Champneys, Humphry). L'absence est fréquente chez nombre d'anthropoïdes (Duvernoy, Bischoff).
D'autre part, ce muscle présente parfois une extension considérable de ses insertions qui peuvent, par l'intermédiaire d'un chef accessoire, s'étendre jusqu'à la jambe. Ce faisceau, constituant le long accessoire, accessorius ad accessorium de Turner, peroneo-calcaneus internus de Macalister, se détache le plus souvent du péroné, parfois du tibia, parfois encore de ces deux os. Il peut encore naître, mais plus rarement, de la face profonde du soléaire, de l'aponévrose recouvrant le fléchisseur tibial, de l'aponévrose jambière, du court péronier latéral. Suivant Wood, ce muscle existerait une fois sur cent cadavres. - Ce long accessoire est constant chez les cryptobranches où Humphry l'a décrit sous le nom de pronator tibiae.

d'après traité d'anatomie par P. Poirier.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion