Le muscle abducteur du gros orteil (M. abductor hallucis) est le plus superficiel et le plus volumineux des muscles du groupe interne.

 

Il parait au premier abord avoir des insertions multiples, et s'attacher :

  • 1° à la tubérosité interne du calcanéum ;
  • 2° au ligament annulaire interne du cou-de-pied ;
  • 3° à la face profonde de l'aponévrose plantaire ;
  • 4° à la cloison qui le sépare du court fléchisseur commun ;
  • 5° à la gaine du long fléchisseur commun par une expansion qui cloisonne le canal calcanéen et sépare la loge vasculaire de ce canal de la loge tendineuse.

En réalité, l'insertion calcanéenni est l'insertion principale. En effet, lorsqu'on détache les fibres charnues les plus superficielles du muscle, et qu'on met ainsi à nu le tendon d'origine, on voit que les fibres de ce tendon se rendent toutes à la tubérosité interne du calcanéum. Les fibres inférieures s'y rendent directement ; les supérieures s'y rendent en décrivant une courbe plus ou moins marquée, suivant qu'elles sont plus ou moins élevées. Ces fibres, ainsi réfléchies, prennent une part importante à la constitution de la partie inférieure du ligament annulaire. De la convexité de ces courbes tendineuses se détachent des trousseaux fibreux qui vont se fixer à la malléole interne, à la petite apophyse du calcanéum, au col de l'astragale et à la tubérosité du scaphoïde, et permettent la réflexion des fibres du tendon calcanéen, sans constituer pour le muscle des insertions au sens rigoureux du mot.

J'ai bien souvent vu se détacher du bord supérieur du muscle une expansion aponévrotique très solide, qui va se continuer avec le faisceau inférieur du ligament annulaire antérieur. J'ai rencontré une fois un petit sésamoïde dans l'épaisseur de cette expansion qui ne paraît pas avoir été signalée, bien qu'elle soit, je le répète, très fréquente.

Le tendon d'origine suit la face profonde ou externe du muscle. Il donne attache aux fibres charnues qui vont se jeter, à la façon des barbes d'une plume, sur les parties latérales de petits faisceaux tendineux; ceux-ci apparaissent très tôt et se fusionnent, à la partie moyenne du muscle, en un tendon unique répondant à la face superficielle ou interne du corps charnu. - Ce tendon se dirige en avant, subit un léger mouvement de torsion qui, du bord interne du pied, le porte insensiblement sur sa face plantaire, et se termine sur le sésamoïde interne et sur la partie externe de l'extrémité postérieure de la première phalange, après avoir envoyé une expansion au tendon de l'extenseur.
Très souvent le muscle est renforce par quelques fibres qui se détachent de la tubérosité du scaphoïde et d'une bandelette allant du bord interne de l'aponévrose plantaire moyenne au bord interne du pied. sous la face profonde du muscle. - C'est là un véritable chef accessoire, chef interne de quelques anatomistes. A propos de cette division en deux chefs de l'abducteur, il est bon de rappeler la division de quelques auteurs (Theile: Courcelles, Icon. musc, plantée pedis, Lugd. Bat. 1739). (qui appellent chef postérieur l'ensemble des fibres à insertion calcanéenne, et chef antérieur les fibres venant du ligament annulaire. Comme nous l'avons vu. toutes les fibres aboutissent en dernière analyse au calcanéum; cette division ne peut donc être acceptée.

Rapports

Par sa face interne, le muscle répond à l'aponévrose qui le sépare île la peau. - Sa face externe, séparée des muscles et des tendons de la région moyenne par une cloison fibreuse, répond : en arrière, à la chair carrée, aux tendons des fléchisseurs et du jambier postérieur, aux vaisseaux et nerfs plantaires passant dans la gouttière calcanéenne ; en avant, au court fléchisseur du gros orteil. - Le bord inférieur, libre, répond à l'aponévrose plantaire; le bord supérieur répond successivement à la tête de l'astragale, au tuber- cule du scaphoïde, au premier cunéiforme et au premier métatarsien, il adhère intimement à l'aponévrose profonde qui recouvre ces os ; mais, en dépit de f apparence, il n'y prend aucune insertion. - Au niveau de l'interligne métatarso-phalangien, le tendon, devenu franchement plantaire, chemine en dedans du tendon du long fléchisseur propre du gros orteil.

Variations et anomalies

Les variations du court abducteur sont insignifiantes. Ce muscle reçoit parfois un faisceau supplémentaire venu du bord interne du pied (Lépine. Dict. an. des progrès des sciences médicales, 1864, p. 33). Chudzinski a vu le tendon terminal envoyer une expansion tendineuse à la première phalange du deuxième orteil.

d'après traité d'anatomie par P. Poirier.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion