Le muscle palmaire cutané est un muscle peaucier qui devrait être décrit à part; mais, comme il répond à la partie supérieure de l'éminence hypothénar, l'habitude est de le décrire avec les muscles de cette région.

Aplati, trapézoïde, il est composé habituellement de faisceaux transversaux distincts et parallèles, plus ou moins isoles, ces faisceaux naissent de fibres aponévrotiques tissées avec la partie antérieure et interne de l'aponévrose palmaire. Parfois, on peut les suivre profondément dans le ligament annulaire. jusqu'au crochet du scaphoïde et à la cvèUi du trapèze. Les faisceaux charnus qui font suite à ces fibres aponévrotiques se dirigent l'u dedans, un peu en bas; ils vont se terminer par des tendons longs et grêles à la face pro- fonde du derme au niveau du bord cubital de l'éminence hypothénar. Là , ces insertions sont étayées suivant une ligne verticale légèrement concave en arrière.
Lorsque le muscle est bien développé. il présente, en outre de ces fibres, un autre faisceau inférieur, grêle et plus oblique, qui descend en dedans jusqu'à peu de distance de l'articulation carpo-métacarpienne du cinquième doigt et donne ainsi au muscle une forme franchement triangulaire (Cannieu). Fréquemment (14 des cas) on peut voir des faisceaux musculaires assez importants venant du pisiforme et s'unissant à la partie supérieure du muscle (Cannieu).
Ce muscle, traversant l'épaisseur du pannicule adipeux, est situé entre deux couches graisseuses : l'une le sépare de la peau, l'autre le sépare de l'artère cubitale. Ce dernier rapport est important : en effet, sur le bord radial de la base de l'éminence hypothénar, l'artère cubitale, qui repose sur le ligament annulaire et. plus bas. sur le court fléchisseur du petit doigt, n'est recouverte que par le palmaire cutané et la peau; elle bat et se meut dans une sorte de canal dont la paroi interne est formée par le pisiforme et le court abducteur du petit doigt.
Action. - Il fronce en un gros pli vertical les téguments qui recouvrent la moitié supérieure de l'éminence hypothénar; pendant sa contraction, ses insertions cutanées dépriment la peau en lui sillon vertical, facile à voir sur le bord cubital de la main. Quelques auteurs lui ont fait jouer le rôle de tenseur de l'aponévrose palmaire, Henle montre, avec plus de raison, comment l'artère et le nerf cubital sont protégés contre les pressions par la contraction du palmaire cutané, quand, le poing fermé, nous serrons fortement un objet dans la main.

 

 

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion