Des femmes enceintes consomment de la caféine chaque jour. Le but de cette étude était d'examiner l'association entre la consommation maternelle de caféine provenant de différentes sources et la durée de gestation

, en particulier le risque d'accouchement prématuré spontané, et le poids à la naissance et la petite taille du bébé pour l'âge gestationnel (PAG).

Méthodes

Cette étude est basée sur la cohorte « Mother and Child Cohort Study » menée par l'Institut norvégien de santé publique. Un total de 59 123 femmes ayant des grossesses sans complication donnant naissance à un enfant unique a été identifié. La consommation de caféine provenant de différentes sources a été auto-rapportée à 17 semaines de gestation, 22 et 30. Le risque d'accouchement prématuré spontané a été défini comme l'apparition spontanée d’accouchement entre 22 + 0 et 36 + 6 semaines (n = 1451). Comme il n'y a pas de consensus, la petite taille du bébé pour l'âge gestationnel a été définie en fonction des ultrasons (Marsal, n = 856), basée sur la population (Skjærven, n = 4503) et les courbes (= Gardosi n 4733) de croissance personnalisées.

Résultats

La source principale de caféine était le café, mais le thé et le chocolat étaient les principales sources chez les femmes à faible consommation de caféine. La consommation médiane de caféine avant la grossesse était de 126 mg / jour (IQR 40-254), 44 mg / jour (13 à 104) à 17 semaines de gestation et 62 mg / jour (21 à 130) à 30ème semaine. La caféine du café, a été associée à une gestation prolongée (8 h / 100 mg / jour, P <10-7) mais pas la caféine provenant d'autres sources. Ni la caféine totale, ni la caféine du café n‘a été associée à un risque de risque d'accouchement prématuré spontané. La consommation de caféine provenant de sources différentes, mesurées à maintes reprises pendant la grossesse, a été associée à un faible poids à la naissance (Marsal-28 g, Skjærven-25 g, Gardosi-21 g par 100 mg / jour de caféine totale supplémentaire pour un bébé avec un poids à la naissance attendu de 3600 g, P < 10-25). La consommation de caféine de 200 à 300 mg/jour a augmenté la probabilité de petite taille du bébé pour l'âge gestationnel (OR 1,62 Marsal, Skjærven 1,44, Gardosi 1,27, P <0,05), comparativement à 0-50 mg/jour.

Conclusions

La consommation de café, mais pas de celle de la caféine a été associée à une augmentation marginale de la durée de gestation, mais pas à un risque d'accouchement prématuré spontané. La consommation de caféine a été constamment associée à une diminution de poids à la naissance et la probabilité de petite taille du bébé pour l'âge gestationnel a augmenté. L'association a été renforcée par des résultats concordants pour les sources de caféine, le moment de l'enquête et  différentes définitions de la petite taille du bébé pour l'âge gestationnel (PAG). Cela pourrait avoir des implications cliniques dans la mesure où même la consommation de caféine en dessous de la valeur maximale recommandée (200 mg/jour dans les pays nordiques et les Etats-Unis, 300 mg/jour, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)) a été associée à un risque accru de petite taille du bébé pour l'âge gestationnel (PAG).

Cet article est une traduction du résumé de "Maternal caffeine intake during pregnancy is associated with birth weight but not with gestational length: results from a large prospective observational cohort study"

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion