La rétrocolite hémorragique (RCH) est une maladie chronique, ou de longue durée, qui provoque une inflammation - une irritation ou un gonflement - et des plaies appelées ulcères sur la paroi interne du gros intestin.

La RCH est une maladie inflammatoire chronique du tractus gastro-intestinal (GI), appelée maladie inflammatoire de l'intestin (MICI). La maladie de Crohn et la colite microscopique sont les autres MICI courantes.

La RCH commence le plus souvent graduellement et peut s'aggraver avec le temps. Les symptômes peuvent être légers à sévères. La plupart des gens ont des périodes de rémission - des moments où les symptômes disparaissent - qui peuvent durer des semaines ou des années. Le but des soins est de garder les gens en rémission à long terme.

La plupart des personnes atteintes de rétrocolite hémorragique reçoivent des soins d'un gastroentérologue, un médecin spécialisé dans les maladies digestives.

Qu'est-ce que le gros intestin ou colon ?

Le gros intestin ou colon fait partie du tractus gastro-intestinal, une série d'organes creux réunis dans un long tube tordu de la bouche à l'anus, l'orifice par lequel les selles quittent le corps. La dernière partie du tractus gastro-intestinal, appelée tractus gastro-intestinal inférieur, comprend le gros intestin - qui comprend l'appendice, le caecum, le côlon, le rectum et l'anus. Les intestins sont parfois appelés boyaux.

Dessin du tractus gastro-intestinal, avec l'intestin grêle, le gros intestin, le côlon, le côlon sigmoïde, le caecum, l'appendice, le rectum et l'anus étiquetés.

Le gros intestin fait partie du tractus gastro-intestinal.

Le gros intestin mesure 1,5 m de longueur chez les adultes et absorbe l'eau et tous les nutriments restants provenant des aliments partiellement digérés qui proviennent de l'intestin grêle. Le gros intestin modifie les déchets liquides en une matière solide appelée selles. Les selles passent du côlon au rectum. Le rectum est situé entre le côlon descendant, ou sigmoïde, et l'anus. Le rectum stocke les selles avant le mouvement de l'intestin, qui permettra d'expulser les selles du rectum à l'anus et à l'extérieur du corps d'une personne.

Quelles sont les causes de la RCH ?

La cause exacte de la rétrocolite hémorragique est inconnue. Les chercheurs pensent que les facteurs suivants peuvent jouer un rôle dans la cause de la rétrocolite hémorragique :

  • un système immunitaire intestinal hyperactif
  • les gènes
  • l'environnement

Un système immunitaire intestinal hyperactif

Les scientifiques pensent que l'une des causes de la rétrocolite hémorragique peut être une réaction immunitaire anormale dans l'intestin. Normalement, le système immunitaire protège le corps contre l'infection en identifiant et en détruisant les bactéries, les virus et d'autres substances étrangères potentiellement dangereuses. Les chercheurs pensent que des bactéries ou des virus peuvent déclencher par erreur le système immunitaire pour attaquer la paroi interne du gros intestin. Cette réponse du système immunitaire provoque l'inflammation, conduisant à ces symptômes.

Les gènes

La rétrocolite hémorragique sévit parfois au sein d'une famille. Des études ont montré que certains gènes anormaux peuvent apparaître chez les personnes atteintes de rétrocolite hémorragique. Cependant, les chercheurs n'ont pas été en mesure de montrer un lien clair entre les gènes anormaux et la rétrocolite hémorragique.

L'environnement.

Certaines études suggèrent que certains éléments de l'environnement peuvent augmenter la probabilité pour une personne d'être atteinte d'une rétrocolite hémorragique, bien que la probabilité globale soit faible. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antibiotiques, et les contraceptifs oraux peuvent augmenter légèrement le risque de développer une rétrocolite hémorragique. Un régime riche en graisses peut également augmenter légèrement les chances d'obtenir une rétrocolite hémorragique.

Certaines personnes pensent que manger certains aliments, le stress ou la détresse émotionnelle peut causer une rétrocolite hémorragique. La détresse émotionnelle ne semble pas causer de rétrocolite hémorragique. Quelques études suggèrent que le stress peut augmenter les chances d'une personne d'avoir une poussée de la rétrocolite hémorragique. En outre, certaines personnes ont l'impression que certains aliments peuvent déclencher ou aggraver les symptômes.

Qui est le plus susceptible de développer une rétrocolite hémorragique ?

La rétrocolite hémorragique peut survenir chez les personnes de tous âges. Cependant, elle est susceptible de se développer plus chez les personnes

  • entre 15 et 30 ans
  • après 60ans
  • qui a un membre de la famille avec RCH
  • d'origine juive

Quels sont les signes et les symptômes de la RCH ?

Les signes et les symptômes les plus communs de la rétrocolite hémorragique sont la diarrhée avec du sang ou le pus et l'inconfort abdominal. D'autres signes et symptômes incluent

  • un besoin urgent d'aller à la selle
  • une sensation de fatigue
  • des nausées ou une perte d'appétit
  • une perte de poids
  • de la fièvre
  • une anémie - un état dans lequel le corps a moins de globules rouges que la normale

Les symptômes moins courants comprennent

  • une douleur articulaire
  • une irritation oculaire grave
  • certaines éruptions

Les symptômes qu'une personne éprouve peuvent varier en fonction de la gravité de l'inflammation et de l'endroit où elle se manifeste dans l'intestin. Lorsque les symptômes apparaissent, la plupart des personnes atteintes de rétrocolite hémorragique ont des symptômes légers à modérés environ 10 pour cent des personnes peuvent avoir des symptômes sévères, tels que des mouvements intestinaux fréquents et sanglants ; de la fièvre ; et des crampes abdominales sévères.

Comment la rétrocolite hémorragique est-elle diagnostiquée ?

Un médecin diagnostique la rétrocolite hémorragique par le biais :

  • des antécédents médicaux et familiaux
  • de l'examen cliniquerétrocolite hémorragique
  • d'analyse de laboratoire
  • d'endoscopies du gros intestin

Le médecin peut effectuer une série d'examens médicaux pour exclure d'autres troubles intestinaux, tels que le syndrome du côlon irritable, la maladie de Crohn, ou la maladie coeliaque, qui peuvent causer des symptômes similaires à ceux de la rétrocolite hémorragique.

Les antécédents médicaux et familiaux

Les antécédents médicaux et familiaux peuvent aider le médecin à diagnostiquer la rétrocolite hémorragique (RCH) et à comprendre les symptômes d'un patient. Le médecin demandera également au patient ses antécédents médicaux et les médicaments actuels qu'il utilise actuellement et ceux qu'il a utilisé par le passé.

Examen physique

Un examen physique peut aider à diagnostiquer la rétrocolit hémmoragique. Lors d'un examen physique, le médecin le plus souvent

  • vérifie la distension abdominale ou le gonflement
  • écoute les sons dans l'abdomen à l'aide d'un stéthoscope
  • tapote sur l'abdomen pour vérifier la sensibilité et la douleur

Analyse de laboratoire

Un médecin peut commander des tests de laboratoire pour aider à diagnostiquer la rétrocolite hémorragique, y compris des tests du sang et des selles.

Examens sanguins Un test sanguin consiste à prélever du sang au cabinet médical ou dans un laboratoire. Un technicien de laboratoire analysera l'échantillon de sang. Un médecin peut utiliser des analyses de sang pour rechercher

  • une anémie
  • une inflammation ou une infection quelque part dans le corps
  • des marqueurs qui montrent une inflammation continue
  • une albumine ou des protéines en faibles quantités qui sont courantes chez les patients atteints de rétrcolite hémmoragique sévère

Examen des selles

Un examen des selles est l'analyse d'un échantillon de selles. Un médecin donnera au patient un récipient pour prélever et stocker les selles à la maison. Le patient renvoie l'échantillon au médecin ou à un laboratoire. Un technicien de laboratoire analysera l'échantillon de selles. Les médecin prescrivent couramment des tests de selles pour exclure d'autres causes de maladies gastro-intestinales, telles que l'infection.

Endoscopies du gros intestin

Les endoscopies du colon sont les méthodes les plus précises pour diagnostiquer la rétrocolite hémmoragique et éliminer d'autres pathologies possibles, telles que la maladie de Crohn, la diverticulose colique ou le cancer. L'endoscopie du colon comprend

La coloscopie

La coloscopie est un examen qui utilise un tube long, flexible et étroit avec une caméra légère et minuscule à une extrémité, appelée un colonoscope ou coloscope, pour regarder à l'intérieur du rectum et du colon dans son intégralité. Dans la plupart des cas, une légère anesthésie et les analgésiques aident les patients à se détendre pour l'examen. Le personnel médical surveillera les signes vitaux du patient et tentera de rendre l'examen aussi confortable que possible. Une infirmière ou un technicien place une aiguille intraveineuse (IV) dans une veine du bras ou de la main du patient pour effectuer une anesthésie.

Pour l'examen, le patient sera allongé sur une table ou une civière pendant que le gastroentérologue insère un coloscope dans l'anus du patient et le guide lentement à travers le rectum et dans le côlon. Le coloscope gonfle le gros intestin avec de l'air pour donner au gastro-entérologue une meilleure vision. La caméra envoie une image vidéo de la muqueuse intestinale à un moniteur, ce qui permet au gastroentérologue d'examiner attentivement les tissus qui tapissent le côlon et le rectum. Le gastroentérologue peut déplacer le patient plusieurs fois et ajuster la portée pour une meilleure visualisation. Une fois que le coloscope a atteint l'ouverture de l'intestin grêle, le gastro-entérologue le retire lentement et examine de nouveau la paroi du côlon et du rectum.

Une coloscopie peut montrer des tissus irrités et enflés, des ulcères et des excroissances anormales telles que des polypes (des morceaux de tissu supplémentaires qui poussent sur la paroi interne de l'intestin). Si le gastroentérologue soupçonne une rétrocolite hémmoragique, il pratique une biopsie du côlon et du rectum du patient. Une biopsie est une procédure qui consiste à prendre de petits morceaux de tissu pour les examiner avec un microscope.

Un médecin donnera aux patients des instructions écrites de préparation intestinale à suivre à la maison avant le test. Le médecin donnera également aux patients des informations sur la façon de procéder après l'intervention.

Sigmoïdoscopie flexible

La sigmoïdoscopie flexible est un test qui utilise un tube étroit et flexible avec une caméra légère et minuscule à une extrémité, appelée sigmoïdoscope, pour regarder à l'intérieur du rectum, du côlon sigmoïde et parfois du côlon descendant. Dans la plupart des cas, un patient n'a pas besoin d'anesthésie.

Pour le test, le patient sera allongé sur une table ou une civière pendant que le médecin insère le sigmoïdoscope dans l'anus du patient et le guide lentement à travers le rectum, le côlon sigmoïde et parfois le côlon descendant. Le sigmoidoscope gonfle le gros intestin avec de l'air pour donner une meilleure vue au médecin. La caméra envoie une image vidéo de la muqueuse intestinale à un moniteur, ce qui permet au gastroentérologue d'examiner attentivement les tissus qui tapissent le côlon et le rectum. Le médecin peut demander au patient de bouger plusieurs fois et ajuster l'appareil pour obtenir une faciliter l'observation. Une fois que la sigmoidoscope atteint la fin du côlon sigmoïde, le médecin le retire lentement tout en examinant à nouveau la paroi du côlon et du rectum.

Le médecin recherchera des signes de maladies et d'affections intestinales telles que des tissus irrités et enflés, des ulcères et des polypes.

Si le gastroentérologue soupçonne une rétrocolite hémmoragique, il pratique une biopsie du côlon et du rectum du patient.

Un médecin donnera aux patients des instructions écrites de préparation intestinale à suivre à la maison avant le test. Le médecin donnera également aux patients des informations sur la façon de procéder après l'intervention.

Comment la rérocolite hémorragique est-elle traitée ?

Un médecin traite la rétrocolite hémmoragique avec

  • des médicaments
  • par opération chirurgicale

Le traitement dont une personne a besoin dépend de la gravité de la maladie et des symptômes. Chaque personne présente une rétrocolite hémmoragique différemment, de sorte que les médecins ajustent les traitements pour diminuer les symptômes de la personne et induire ou provoquer une rémission.

Médicaments

Bien qu'aucun médicament ne guérit la rétrocolite hémmoragique, beaucoup peuvent réduire les symptômes. Les objectifs de la thérapie médicamenteuse sont

  • d'induire et maintenir la rémission
  • améliorer la qualité de vie de la personne

De nombreuses personnes atteintes de rétrocolite hémmoragique ont besoin d'un traitement médicamenteux indéfiniment, à moins d'avoir subi une ablation chirurgicale du côlon et du rectum.

Les médecins prescriront les médicaments qui traitent le mieux les symptômes d'une personne :

  • aminosalicylates
  • corticostéroïdes
  • immunomodulateurs
  • des produits biologiques, également appelés anti-TNF
  • autres Traitements

Selon l'emplacement des symptômes dans le côlon, les médecins peuvent recommander à une personne de prendre des médicaments de différents types par différentes voies

  • par lavement, qui consiste à injecter des médicaments liquides dans le rectum à l'aide d'un flacon de lavage spécial. Le médicament traite directement l'inflammation du gros intestin.
  • par mousse rectale : une substance mousseuse que la personne met dans le rectum comme un lavement. Le médicament traite directement l'inflammation du gros intestin.
  • des suppositoire : un médicament solide que la personne insère dans le rectum et qui s'y dissous. La muqueuse intestinale absorbe le médicament.
  • par la bouche

Les aminosalicylates sont des médicaments qui contiennent de l'acide 5-aminosalicylique (5-ASA), qui aide à contrôler l'inflammation. Les médecins utilisent généralement des aminosalicylates pour traiter les personnes présentant des symptômes légers ou modérés ou pour aider les personnes à rester en rémission. Les aminosalicylates peuvent être prescrits comme médicament oral ou médicament topique (par lavement ou suppositoire). La thérapie combinée (orale et rectale) est la plus efficace, même chez les personnes atteintes de rétrocolite hémmoragique étendue.5 Les aminosalicylates sont généralement bien tolérés.

Les aminosalicylates comprennent

  • le balsalazide
  • L'acide 5-amino-salicylique ou mésalamine
  • l'olsalazine
  • la sulfasalazine - une combinaison de sulfapyridine et de 5-ASA

Certains des effets secondaires communs des aminosalicylates comprennent

  • une douleur abdominale
  • la diarrhée
  • Les maux de tête
  • la nausée

Les médecins peuvent prescrire des examens sanguins de routine pour la fonction rénale, car les aminosalicylates peuvent provoquer une réaction allergique rare dans les reins.

Les corticostéroïdes, également connus sous le nom de stéroïdes, aident à réduire l'activité du système immunitaire et à diminuer l'inflammation. Les médecins prescrivent des corticostéroïdes aux personnes présentant des symptômes plus graves et aux personnes qui ne répondent pas aux aminosalicylates. Les médecins ne prescrivent généralement pas de corticostéroïdes pour une utilisation au long cours.

Les corticostéroïdes sont efficaces pour éntrainer une rémission ; mais, les études n'ont pas montré que les médicaments aident à maintenir une rémission à long terme. Les corticostéroïdes comprennent

  • Budésonide
  • hydrocortisone
  • méthylprednisone
  • Prednisone

Les effets secondaires des corticostéroïdes comprennent

  • acné
  • une plus grande chance de développer des infections
  • une perte de densité osseuse
  • la mort du tissu osseux
  • l'hyperglycémie
  • l'hypertension artérielle
  • l'altération de l'humeur
  • le gain de poids

Les personnes qui prennent du budésonide peuvent avoir moins d'effets secondaires que les autres stéroïdes.

Les immunomodulateurs réduisent l'activité du système immunitaire, entraînant moins d'inflammation dans le côlon. Ces médicaments peuvent prendre plusieurs semaines à trois mois pour commencer à faire effet. Les immunomodulateurs comprennent

  • Azathioprine
  • 6-mercaptopurine, ou 6-MP

Les médecins prescrivent ces médicaments aux personnes qui ne répondent pas aux 5-ASA. Les personnes prenant ces médicaments peuvent présenterles effets secondaires suivants :

  • Anomalies des tests fonctionnels hépatiques
  • une sensation de fatigue
  • une infection
  • faible numération des globules blancs, ce qui peut conduire à une plus grande chance d'infection
  • nausées et vomissements
  • pancréatite
  • augmentation légère du risque de lymphome
  • légère augmentation des risques de cancers non mélaniques de la peau

Les médecins évaluent régulièrement la numération globulaire et la fonction hépatique des personnes qui prennent des immunomodulateurs. Les personnes qui prennent ces médicaments doivent également effectuer des examens annuels du cancer de la peau.

Il est important de discuter avec son médecin des risques et des avantages des immunomodulateurs.

Les produits biologiques - y compris l'adalimumab, le golimumab et l'infliximab - sont des médicaments qui ciblent une protéine produite par le système immunitaire, appelée facteur de nécrose tumorale (TNF). Ces médicaments diminuent l'inflammation dans le gros intestin en neutralisant le TNF. Les thérapies anti-TNF agissent rapidement pour provoquer une rémission, en particulier chez les personnes qui ne répondent pas à d'autres médicaments. L'infliximab est administré par voie intraveineuse ; l'adalimumab et le golimumab sont administrés par injection.

Les médecins testeront les patients pour la tuberculose et l'hépatite B avant de commencer le traitement par des anti-TNF.

Les effets secondaires des médicaments anti-TNF peuvent inclure

  • une plus grande chance de développer des infections, en particulier la tuberculose ou une infection fongique
  • mélanome cancer de la peau
  • psoriasis

Les médecins peuvent traiter les patients avec du vedolizumab quand ils ne répondent pas ou ne peuvent pas tolérer d'autres médicaments. Le védolizumab agit en bloquant les cellules qui causent l'inflammation.

Les effets secondaires du vedolizumab peuvent inclure

  • infections - rhume, grippe, bronchite, infection de la gorge ou infection des sinus
  • céphalée
  • douleur dans le dos, les bras, les jambes ou les articulations
  • éruption cutanée ou démangeaisons

D'autres médicaments pour traiter les symptômes ou les complications peuvent inclure

  • l'acétaminophène pour la douleur légère. Les personnes atteintes de rétrocolite hémorragique devraient éviter d'utiliser l'ibuprofène, le naproxène et l'aspirine, car ces médicaments peuvent aggraver les symptômes.
  • des antibiotiques pour prévenir ou traiter les infections.
  • loperamide pour aider à ralentir ou arrêter la diarrhée. Dans la plupart des cas, les patients ne prennent ce médicament que pendant de courtes périodes, car cela peut augmenter le risque de développer un mégacôlon. Il est conseillé de consulter un médecin avant de prendre du lopéramide, car ceux qui ont une rétrocolite hémorragique significativement active ne devraient pas prendre ce médicament.6
  • la cyclosporine : les médecins prescrivent ce médicament uniquement pour les personnes atteintes de rétrocolite hémorragique sévère en raison des effets secondaires. Il est important de discuter avec son médecin des risques et des avantages des immunomodulateurs.

Chirurgie

Certaines personnes auront besoin d'une chirurgie pour traiter leur rétrocolite hémmoragique lorsqu'elles sont atteintes

  • d'un cancer du colon
  • d'une dysplasie, ou ont des cellules précancéreuses dans le côlon
  • des complications qui mettent la vie en danger, comme le mégacôlon ou des saignements
  • aucune amélioration des symptômes ou de la maladie malgré le traitement
  • une dépendance continue aux stéroïdes
  • des effets secondaires aux médicaments qui menacent leur santé

L'abaltion de tout le côlon, y compris du rectum, "guérit" la rétrocolite hémmoragique. Un chirurgien effectue la procédure dans un hôpital. Un chirurgien peut effectuer deux types différents de chirurgie pour retirer le côlon d'un patient et traiter la rétrocolite hémmoragique :

  • proctocolectomie et iléostomie
  • proctocolectomie et réservoir ileoanal

La récupération complète des deux opérations peut prendre de 4 à 6 semaines.

Proctocolectomie et iléostomie Une proctocolectomie est une intervention chirurgicale visant à retirer l'ensemble du côlon et du rectum d'un patient. Une iléostomie est une stomie, ou une ouverture dans l'abdomen, qu'un chirurgien crée à partir d'une partie de l'iléon - la dernière section de l'intestin grêle. Le chirurgien introduit l'extrémité de l'iléon à travers une ouverture dans l'abdomen du patient et l'attache à la peau, créant ainsi une ouverture à l'extérieur du corps du patient. La stomie est le plus souvent située dans la partie inférieure de l'abdomen du patient, juste en dessous de la ligne de la ceinture.

Une poche de prélèvement externe amovible, appelée poche de stomie ou appareil de stomie, se connecte à la stomie et recueille le contenu intestinal à l'extérieur du corps du patient. Le contenu intestinal traverse la stomie au lieu de passer à travers l'anus. La stomie n'a pas de muscle, donc elle ne peut pas contrôler le flux du contenu intestinal, et le flux se produit chaque fois que le péristaltisme se produit. Le péristaltisme est le mouvement des parois de l'organe qui propulse la nourriture et le liquide à travers le tractus gastro-intestinal.

Les personnes qui ont ce type de chirurgie auront l'iléostomie pour le reste de leur vie.

Iléostomie

Proctocolectomie et réservoir iléoanal Un réservoir iléoanal est une poche interne faite à partir de l'iléon du patient. Cette chirurgie est une alternative commune à une iléostomie et n'a pas de stomie permanente. Le réservoir Iléoanal est également connu sous le nom de poche J, poche pelvienne ou anastomose de poche iléo-anale. Le réservoir iléo-nasal relie l'iléon à l'anus. Le chirurgien préserve les muscles externes du rectum du patient pendant la proctocolectomie. Ensuite, le chirurgien crée la poche iléale et l'attache à la fin du rectum. Les déchets sont stockés dans la poche et passent à travers l'anus.

Après la chirurgie, les selles peuvent être plus fréquentes et aqueuses qu'avant la procédure. Les patients peuvent avoir une incontinence fécale - le passage accidentel de selles solides ou liquides ou de mucus du rectum. Des médicaments peuvent être utilisés pour contrôler la fonction de la poche. Les femmes peuvent devenir stériles après l'opération.

Beaucoup de patients développent une pouchite dans le réservoir iléo-anale. La pouchite est une irritation ou une inflammation de la muqueuse du réservoir iléo-nasal. Un médecin traite la pouchite avec des antibiotiques. Rarement, la pouchite peut devenir chronique et nécessiter des antibiotiques à long terme ou d'autres médicaments.

Le chirurgien recommandera l'une des interventions en fonction des symptômes, de la gravité de la maladie, des attentes, de l'âge et du mode de vie d'une personne. Avant de prendre une décision, la personne devrait obtenir autant d'informations que possible en parlant avec des médecins, stomothérapeutes, infirmières qui travaillent avec des patients opérés du côlon, des gens qui ont eu l'une des chirurgies

Les organisations de défense des patients peuvent fournir des informations sur les groupes de soutien et d'autres ressources.

Manger, l'alimentation et la nutrition

Les chercheurs n'ont pas trouvé que l'alimentation, l'alimentation et la nutrition jouent un rôle dans les symptômes de la rétrocolite hémorragique. Cependant, une bonne nutrition est importante dans la prise en charge de la rétrocolite hémmoragique. Les changements alimentaires peuvent aider à réduire les symptômes. Un médecin peut recommander des changements alimentaires tels que

  • éviter les boissons gazeuses
  • éviter le maïs soufflé, les peaux de légumes, les noix et d'autres aliments riches en fibres tant qu'une personne présente des symptômes
  • boire plus de liquides
  • manger de plus petits repas plus souvent
  • tenir un journal alimentaire pour aider à identifier les aliments problématiques

Les médecins peuvent recommander des suppléments nutritionnels et des vitamines pour les personnes qui n'absorbent pas suffisamment de nutriments.

Pour aider à assurer des soins coordonnés et en toute sécurtité, les patients devraient discuter de leur usage de pratiques médicales complémentaires et alternatives, y compris leur utilisation de suppléments diététiques et de probiotiques, avec leur médecin. En savoir plus sur nccih.nih.gov/health/probiotics.

Selon les symptômes ou les médicaments d'une personne, un médecin peut recommander un régime spécifique, tel qu'un

  • Régime riche en calories
  • Régime sans lactose
  • Régime alimentaire pauvre en graisses
  • Régime pauvre en fibres
  • Régime alimentaire pauvre en sel

Il est recommandé aux patients de discuter avec un médecin de recommandations et de changements alimentaires particuliers.

Quelles sont les complications de la rétrocolite hémmoragique ?

Les complications de la rétrocolite hémorragique peuvent inclure

  • saignement rectal - lorsque les ulcères de la muqueuse intestinale s'ouvrent et saignent. Les saignements rectaux peuvent causer l'anémie, que les médecins peuvent traiter avec des changements de régime et des suppléments de fer. Les personnes qui ont une grande quantité de saignement dans l'intestin sur une courte période de temps peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour arrêter le saignement. Les saignements graves sont une complication rare de la rétrocolite hémmoragique.
  • la déshydratation et la malabsorption, qui se produisent lorsque le gros intestin est incapable d'absorber les liquides et les nutriments à cause de la diarrhée et de l'inflammation. Certaines personnes peuvent avoir besoin de solutions intraveineuses pour remplacer les nutriments et les liquides perdus.
  • changements dans les os. Certains médicaments corticostéroïdes pris pour traiter les symptômes de la rétrocolite hémmoragique peuvent causer
  • l'ostéoporose, la perte d'os
  • ostéopénie-faible densité osseuse

Les médecins surveilleront la perte osseuse et pourront recommander des suppléments de calcium et de vitamine D ainsi que des médicaments pour prévenir ou ralentir la perte osseuse.

Inflammation dans d'autres parties du corps.

Le système immunitaire peut déclencher une inflammation dans

  • les articulations
  • les yeux
  • la peau
  • le foie

Les médecins peuvent traiter l'inflammation en ajustant les médicaments ou en prescrivant de nouveaux médicaments.

mégacôlon-une complication grave qui se produit lorsque l'inflammation se propage aux couches profondes du gros intestin. Le gros intestin gonfle et cesse de fonctionner. Le méegacolon peut être une complication potentiellement mortelle et nécessite le plus souvent une intervention chirurgicale. Le mégacôlon est une complication rare de la rétrocolite hémmoragique.

Rétrocolite hémmoragique et cancer du côlon

Les personnes atteintes de rétrocolite hémmoragique peuvent être plus susceptibles de développer un cancer du côlon si

  • la rétrocolite hémmoragique affecte tout le côlon
  • une personne a une rétrocolite hémmoragique depuis au moins 8 ans
  • l'inflammation est en cours
  • les gens ont aussi une cholangite sclérosante primaire, une affection qui affecte le foie
  • une personne est de sexe masculin

Les personnes qui reçoivent un traitement continu et restent en rémission peuvent réduire leurs risques de développer un cancer du côlon.

Les personnes atteintes de rétrocolite hémmoragique devraient discuter avec leur médecin de la fréquence à laquelle elles devraient effectuer un dépistage du cancer du côlon. Le dépistage peut inclure une coloscopie avec des biopsies ou un spray spécial de colorant appelé chromoendoscopie.

Les médecins peuvent recommander une coloscopie tous les 1 à 3 ans aux personnes atteintes de rétrocolite hémmoragique qui ont

  • la maladie dans un tiers ou plus ou de leur côlon
  • eu une rétrocolite hémorragiquee pendant 8 ans

Un tel dépistage ne réduit pas les chances de développer un cancer du côlon. Au lieu de cela, le dépistage peut aider à diagnostiquer le cancer tôt et améliorer les chances de guérison.

La chirurgie pour enlever tout le côlon élimine le risque de cancer du côlon.

Connexion