D'après un article publié dans le numéro de novembre du Journal of Cell Biology, l'université du Maryland vient de découvrir un lien entre l'ubiquitine et l'Alzheimer.

Comme expliqué dans cet article de BioresearchOnline.com, l'ubiquitine est la seule molécule qui ait prouvé augmenter la quantité cellulaire de préséniline, une des protéines constituant les plaques séniles présentes dans le système nerveux des malades atteints de la maladie d'Alzheimer.

 

Des études précédentes avaient prouvé des liens entre la maladie d'Alzheimer et des mutations sur les gènes du précurseur amyloïde ou de la préséniline 1 ou 2, sans toutefois parvenir à une explication physiopathologique.

! Alors que l'ubiquitine est traditionnellement perçue comme un « marqueur poubelle » pour les molécules à renouveler, et pourrait donc être considéré comme un élément positif pour épurer les protéines en excès qui iraient constituer sinon les plaques séniles, elle n'aurait qu'un rôle dans l'agrégation de ces plaques, et aucun dans le renouvellement ou la dégradation de ces protéines.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion