Le plus troublant dans la maladie d'Alzheimer est le fait qu'il n'existe pas de remède. Ce qui est encore plus troublant, c'est qu'on ne sait pas pourquoi l'accumulation de plaques et d'enchevêtrements dans le cerveau provoque en fait des lésions cérébrales au niveau cellulaire.

En termes simples, la réponse à la guérison de la maladie d'Alzheimer réside dans la compréhension de l'impact que ces dépôts de protéines ont sur les cellules du cerveau, d'autant plus qu'il a été observé que ces dépôts se produisent même dans le cerveau d'une personne normale.

Malgré l'absence de progrès dans la recherche d'un remède, il existe des médicaments approuvés par l'USDA qui traitent les symptômes, ne serait-ce que pour ralentir les effets de la maladie mais, comme vous le savez déjà, pas pour l'arrêter complètement.

Le symptôme le plus important de la maladie d'Alzheimer est la perte de mémoire et de raisonnement et de jugement. Ces symptômes s'aggravent avec le temps, et c'est à ce moment-là que les patients passent du stade léger au stade modéré de la maladie d'Alzheimer.

La capacité du patient à effectuer des fonctions de base commence à diminuer considérablement et, grâce à ces médicaments qui ralentissent cette diminution continue de la capacité de se souvenir ou de penser, le patient pourra rester indépendant pendant une période beaucoup plus longue.

Presque tous ces médicaments prescrits pendant les stades léger et modéré de la maladie d'Alzheimer sont des inhibiteurs de la cholinestérase, et sont connus pour améliorer la mémoire et la pensée en raison de leur fonction qui empêche la dégradation de l'acétylcholine.

Malheureusement, ce type de médicament perd de son effet puisque le cerveau produit de l'acétylcholine en quantité moindre au fur et à mesure que la maladie évolue du stade léger au stade modéré. Certains de ces médicaments sont Razadyne® (galantamine), Exelon® (rivastigmine), et Aricept® (donépézil) et Cognex® (tacrine) dont le dernier du lot est rarement administré aux patients en raison des préoccupations de sécurité liées aux effets secondaires impliqués.

Passer d'un médicament à l'autre n'améliorera pas nécessairement les choses car, comme nous l'avons déjà mentionné, ils agissent pour empêcher la dégradation de l'acétylcholine. Cependant, on a observé que les patients, dans la plupart des cas, ont tendance à mieux répondre à un médicament qu'à un autre.

Inévitablement, le patient "progressera" vers le stade modéré ou grave de la maladie d'Alzheimer. Ce faisant, il aura des difficultés à se souvenir, à penser, à juger et à accomplir ses tâches quotidiennes, mais dans le pire des cas, il restera alité jusqu'à sa mort.

Pour cela, on administre aux patients pendant ce stade du Namenda® (mémantine) ou de l'Aricept® récemment approuvé, qui sont des antagonistes du N-méthyl D-aspartate (NMDA). Il a été constaté que la capacité du patient à maintenir ses fonctions quotidiennes se maintient beaucoup plus longtemps que chez ceux qui sont dans la même phase mais qui ne sont pas traités avec ce médicament.

La raison en est que le médicament régule la production de glutamate en grande quantité afin d'éviter la mort de certaines cellules du cerveau pendant un peu plus longtemps.

Habituellement, les patients reçoivent une combinaison d'inhibiteurs de la cholinestérase et d'antagonistes du N-méthyl D-aspartate (NMDA) pendant cette phase, avec une augmentation prudente des doses selon qu'il y a ou non des effets secondaires.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion