La cloison inter-auriculaire du cœur est une lame irrégulièrement quadrilatère, séparant l’une de l’autre les deux oreillettes et formant à la fois la face interne de l’oreillette droite et la face interne de l’oreillette gauche. Sur le cœur en place, son orientation est telle que,' de ses deux faces, l’une regarde à droite et en avant, l’autre à gauche et en arrière. Elle répond, sur la face extérieure du cœur, à ce sillon, vertical et légèrement curviligne, que nous présente la face postérieure de l’organe et que nous avons déjà étudié sous le nom de sillon inter-auriculaire.

L’épaisseur de la cloison interauriculaire, très variable suivant les points que l’on considère, oscille d’ordinaire entre 1 millimètre et demi et 4 millimètres. Elle est minima au niveau de la fosse ovale (11), maxima au niveau de l’anneau musculaire qui circonscrit cette fosse (12).

Paroi antérieure des deux oreillettes, cloison interauriculaire et vue postéro-supérieure. (La moitié postérieure des deux oreillettes a été enlevée.)

1, aorte. — 2, veine cave supérieure. — 3, artère pulmonaire droite. — 4, artère pulmonaire gauche. — 5, oreillette droite. — 6, muscles pectinés de l’oreillette droite. — 7, orifice d’entrée de l’auricule droite. — 8, oreillette gauche. 9, orifice d’entrée de l’auricule gauche. — 10, artère pulmonaire droite.  11, cloison inter-auriculaire (portion mince), érignée à gauche. — 12, anneau de Vieussens. 13, orifice interauriculaire. — 14, orifice auriculo-ventriculaire gauche, avec sa valvule tricuspide. — 15, orifice auriculo-ventriculaire gauche, avec sa valvule mitrale. — 16, sillon interventriculaire postérieur, avec ses vaisseaux.

Les détails morphologiques que nous présentent les deux faces de la cloison interauriculaire et, aussi, ceux relatifs à sa constitution anatomique ont été déjà décrits à propos des oreillettes, notamment à propos de l’oreillette droite. Nous ne saurions y revenir ici sans tomber dans des redites. Nous rappellerons, cependant, que cette cloison est très souvent percée d’un trou, le pertuis inter auriculaire, qui met en communication les deux oreillettes. Nous rappellerons aussi qu’elle descend dans l'oreillette droite, un peu plus bas que dans l’oreillette gauche, de telle sorte que, si l’on enfonce une aiguille à la partie la plus déclive de l’oreillette droite, cette aiguille pénètre, non pas dans l’oreillette opposée, mais dans le ventricule gauche (voir Cloison inter-ventriculaire du cœur).

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion