Imaginez toutes vos pensées comme si elles étaient des entités physiques, tourbillonnant rapidement dans votre esprit.

Comment est-il possible que le cerveau soit capable de passer d'une pensée à l'autre de manière organisée et ordonnée ? Le cerveau perçoit, traite, planifie, organise et se souvient sans cesse - il est toujours actif. Pourtant, vous ne remarquez pas l'essentiel de l'activité de votre cerveau lorsque vous vous déplacez dans votre routine quotidienne. Il ne s'agit là que d'une facette des processus complexes qui interviennent dans la cognition. En termes simples, la cognition est la pensée, et elle englobe les processus associés à la perception, la connaissance, la résolution de problèmes, le jugement, le langage et la mémoire. Les scientifiques qui étudient la cognition cherchent des moyens de comprendre comment nous intégrons, organisons et utilisons nos expériences cognitives conscientes sans être conscients de tout le travail inconscient que notre cerveau effectue (par exemple, Kahneman, 2011).

Cognition

Au réveil chaque matin, vous commencez à réfléchir et à contempler les tâches que vous devez accomplir ce jour-là. Dans quel ordre devez-vous faire vos courses ? Devriez-vous d'abord aller à la banque, au pressing ou à l'épicerie ? Peux-tu faire ces choses avant d'aller en classe ou devront-elles attendre que l'école soit terminée ? Ces réflexions sont un exemple de la cognition au travail. Exceptionnellement complexe, la cognition est une caractéristique essentielle de la conscience humaine, mais tous les aspects de la cognition ne sont pas consciemment vécus.

La psychologie cognitive est le domaine de la psychologie consacré à l'examen de la façon dont les gens pensent. Elle tente d'expliquer comment et pourquoi nous pensons comme nous le faisons en étudiant les interactions entre la pensée humaine, l'émotion, la créativité, le langage et la résolution de problèmes, en plus d'autres processus cognitifs. Les psychologues cognitifs s'efforcent de déterminer et de mesurer différents types d'intelligence, pourquoi certaines personnes sont meilleures que d'autres dans la résolution de problèmes et comment l'intelligence émotionnelle affecte la réussite sur le lieu de travail, parmi d'innombrables autres sujets. Ils s'intéressent aussi parfois à la façon dont nous organisons les pensées et les informations recueillies dans notre environnement en catégories de pensée significatives, qui seront abordées plus loin.

Concepts et prototypes

Le système nerveux humain est capable de gérer des flux d'informations sans fin. Les sens servent d'interface entre l'esprit et l'environnement extérieur, recevant des stimuli et les traduisant en impulsions nerveuses qui sont transmises au cerveau. Le cerveau traite ensuite ces informations et utilise les éléments pertinents pour créer des pensées, qui peuvent ensuite être exprimées par le biais du langage ou stockées dans la mémoire pour un usage futur. Pour rendre ce processus plus complexe, le cerveau ne recueille pas uniquement des informations provenant d'environnements externes. Lorsque les pensées sont formées, le cerveau tire également des informations des émotions et des souvenirs. Les émotions et la mémoire ont une influence considérable sur nos pensées et nos comportements.

Les sensations et les informations sont reçues par notre cerveau, filtrées par les émotions et les souvenirs, et traitées pour devenir des pensées.

Afin d'organiser cette quantité stupéfiante d'informations, le cerveau a développé une sorte de classeur dans l'esprit. Les différents fichiers stockés dans l'armoire sont appelés des concepts. Les concepts sont des catégories ou des regroupements d'informations linguistiques, d'images, d'idées ou de souvenirs, tels que des expériences de vie. Les concepts sont, à bien des égards, de grandes idées qui sont générées par l'observation de détails, la catégorisation et la combinaison de ces détails en structures cognitives. Vous utilisez les concepts pour voir les relations entre les différents éléments de vos expériences et pour garder les informations dans votre esprit organisées et accessibles.

Les concepts sont informés par notre mémoire sémantique (vous en apprendrez plus sur la mémoire sémantique dans un chapitre ultérieur) et sont présents dans tous les aspects de notre vie ; cependant, l'un des endroits les plus faciles pour remarquer les concepts est l'intérieur d'une classe, où ils sont discutés explicitement. Lorsque vous étudiez l'histoire des États-Unis, par exemple, vous apprenez plus que des événements individuels qui se sont produits dans le passé de l'Amérique. Vous absorbez une grande quantité d'informations en écoutant et en participant à des discussions, en examinant des cartes et en lisant des récits de première main sur la vie des gens. Votre cerveau analyse ces détails et développe une compréhension globale de l'histoire américaine. Ce faisant, votre cerveau recueille des détails qui informent et affinent votre compréhension de concepts connexes tels que la démocratie, le pouvoir et la liberté.

Les concepts peuvent être complexes et abstraits, comme la justice, ou plus concrets, comme les types d'oiseaux. En psychologie, par exemple, les stades de développement de Piaget sont des concepts abstraits. Certains concepts, comme la tolérance, sont acceptés par de nombreuses personnes, parce qu'ils ont été utilisés de diverses manières pendant de nombreuses années. D'autres concepts, comme les caractéristiques de votre ami idéal ou les traditions d'anniversaire de votre famille, sont personnels et individualisés. De cette façon, les concepts touchent tous les aspects de notre vie, de nos nombreuses routines quotidiennes aux principes directeurs qui sous-tendent le fonctionnement des gouvernements.

Une autre technique utilisée par votre cerveau pour organiser l'information est l'identification de prototypes pour les concepts que vous avez développés. Un prototype est le meilleur exemple ou la meilleure représentation d'un concept. Par exemple, pour la catégorie de la désobéissance civile, votre prototype pourrait être Rosa Parks. Sa résistance pacifique à la ségrégation dans un bus de la ville de Montgomery, en Alabama, est un exemple reconnaissable de désobéissance civile. Ou votre prototype pourrait être Mohandas Gandhi, parfois appelé Mahatma Gandhi ("Mahatma" est un titre honorifique)

.

En 1930, Mohandas Gandhi a dirigé un groupe de protestation pacifique contre une taxe britannique sur le sel en Inde.

Mohandas Gandhi a servi de force non violente pour l'indépendance de l'Inde tout en exigeant que les chefs bouddhistes, hindous, musulmans et chrétiens - tant indiens que britanniques - collaborent pacifiquement. Bien qu'il n'ait pas toujours réussi à prévenir la violence autour de lui, sa vie fournit un exemple constant du prototype de désobéissance civile (Fondation des droits constitutionnels, 2013). Tout comme les concepts peuvent être abstraits ou concrets, nous pouvons faire une distinction entre les concepts qui sont fonction de notre expérience directe avec le monde et ceux qui sont de nature plus artificielle.

Concepts naturels et artificiels

En psychologie, les concepts peuvent être divisés en deux catégories, naturelle et artificielle. Les concepts naturels sont créés "naturellement" par vos expériences et peuvent être développés à partir d'expériences directes ou indirectes. Par exemple, si vous vivez à Essex Junction, dans le Vermont, vous avez probablement eu beaucoup d'expériences directes avec la neige. Vous l'avez vue tomber du ciel, vous avez vu la neige tomber légèrement qui couvre à peine le pare-brise de votre voiture, et vous avez pelleté 18 pouces de neige blanche et pelucheuse en pensant : "C'est parfait pour le ski". Vous avez lancé des boules de neige à votre meilleur ami et vous êtes allé faire de la luge sur la colline la plus raide de la ville. En bref, vous connaissez la neige. Vous savez à quoi elle ressemble, sent, goûte et ressent. Mais si vous avez vécu toute votre vie sur l'île de Saint-Vincent dans les Caraïbes, vous n'avez peut-être jamais vu la neige, et encore moins goûté, senti ou touché la neige. Vous connaissez la neige grâce à l'expérience indirecte que vous avez acquise en voyant des images de neige qui tombe ou en regardant des films où la neige fait partie du décor. Quoi qu'il en soit, la neige est un concept naturel, car vous pouvez la comprendre par des observations ou des expériences directes de la neige.

(a) Notre concept de la neige est un exemple de concept naturel, que nous comprenons par l'observation directe et l'expérience. (b) En revanche, les concepts artificiels sont ceux que nous connaissons grâce à un ensemble spécifique de caractéristiques qu'ils présentent toujours, comme par exemple ce qui définit les différentes formes de base. (crédit a : modification de l'œuvre de Maarten Takens ; crédit b : modification de l'œuvre de "Shayan (USA)"/Flickr)

Un concept artificiel, en revanche, est un concept qui est défini par un ensemble spécifique de caractéristiques. Les diverses propriétés des formes géométriques, comme les carrés et les triangles, servent d'exemples utiles de concepts artificiels. Un triangle a toujours trois angles et trois côtés. Un carré a toujours quatre côtés égaux et quatre angles droits. Les formules mathématiques, comme l'équation pour la surface (longueur × largeur) sont des concepts artificiels définis par des ensembles spécifiques de caractéristiques qui sont toujours les mêmes. Les concepts artificiels peuvent améliorer la compréhension d'un sujet en s'appuyant les uns sur les autres. Par exemple, avant d'apprendre le concept de "surface d'un carré" (et la formule pour le trouver), vous devez comprendre ce qu'est un carré. Une fois que le concept d'"aire d'un carré" est compris, la compréhension de l'aire pour d'autres formes géométriques peut être construite sur la compréhension originale de l'aire. L'utilisation de concepts artificiels pour définir une idée est cruciale pour communiquer avec les autres et s'engager dans une réflexion complexe. Selon Goldstone et Kersten (2003), les concepts agissent comme des blocs de construction et peuvent être reliés dans d'innombrables combinaisons pour créer des pensées complexes.

Schéma

Un schéma est une construction mentale constituée d'un groupe ou d'une collection de concepts connexes (Bartlett, 1932). Il existe de nombreux types de schémas différents, et ils ont tous un point commun : les schémas sont une méthode d'organisation de l'information qui permet au cerveau de travailler plus efficacement. Lorsqu'un schéma est activé, le cerveau fait des suppositions immédiates sur la personne ou l'objet observé.

Il existe plusieurs types de schémas. Un schéma de rôle émet des hypothèses sur la façon dont les individus dans certains rôles se comporteront (Callero, 1994). Par exemple, imaginez que vous rencontrez quelqu'un qui se présente comme un pompier. Lorsque cela se produit, votre cerveau active automatiquement le "schéma du pompier" et commence à supposer que cette personne est courageuse, désintéressée et orientée vers la communauté. Bien que vous ne connaissiez pas cette personne, vous avez déjà porté des jugements sur elle sans le savoir. Les schémas vous aident également à combler les lacunes dans les informations que vous recevez du monde qui vous entoure. Si les schémas permettent un traitement plus efficace de l'information, ils peuvent poser des problèmes, qu'ils soient exacts ou non : Ce pompier n'est peut-être pas courageux, il travaille juste comme pompier pour payer les factures tout en étudiant pour devenir bibliothécaire pour enfants.

Un schéma d'événement, également connu sous le nom de script cognitif, est un ensemble de comportements qui peuvent ressembler à une routine. Pensez à ce que vous faites lorsque vous entrez dans un ascenseur. Tout d'abord, les portes s'ouvrent et vous attendez que les passagers sortent de la cabine d'ascenseur. Ensuite, vous entrez dans l'ascenseur et vous vous retournez pour faire face aux portes, en cherchant le bon bouton à enfoncer. Vous ne faites jamais face à l'arrière de l'ascenseur, n'est-ce pas ? Et lorsque vous êtes dans un ascenseur bondé et que vous ne pouvez pas faire face à l'avant, vous vous sentez mal à l'aise, n'est-ce pas ? Il est intéressant de noter que les schémas des événements peuvent varier considérablement d'une culture et d'un pays à l'autre. Par exemple, alors qu'il est assez courant de se saluer avec une poignée de main aux États-Unis, au Tibet, on salue quelqu'un en lui tirant la langue et au Belize, on lui tape sur les poings (Conseil régional de Cairns, s.d.)

Quel schéma d'événement effectuez-vous lorsque vous prenez l'ascenseur ? (crédit : "Gideon"/Flickr)

Comme les schémas des événements sont automatiques, ils peuvent être difficiles à modifier. Imaginez que vous rentrez chez vous en voiture après le travail ou l'école. Ce schéma d'événement implique de monter dans la voiture, de fermer la porte et de boucler votre ceinture de sécurité avant de mettre la clé dans le contact. Vous pourriez jouer ce scénario deux ou trois fois par jour. En rentrant chez vous, vous entendez la sonnerie de votre téléphone. Généralement, le schéma de l'événement qui se produit lorsque vous entendez votre téléphone sonner consiste à localiser le téléphone et à y répondre ou à répondre à votre dernier message texte. Ainsi, sans réfléchir, vous prenez votre téléphone, qui peut se trouver dans votre poche, dans votre sac ou sur le siège passager de la voiture. Ce puissant schéma événementiel est informé par votre comportement et la stimulation agréable qu'un appel téléphonique ou un SMS procure à votre cerveau. Comme il s'agit d'un schéma, il est extrêmement difficile pour nous d'arrêter de tendre la main vers le téléphone, même si nous savons que nous mettons en danger notre propre vie et celle des autres pendant que nous le faisons (Neyfakh, 2013).

Envoyer des SMS en conduisant est dangereux, mais il est difficile pour certaines personnes de résister à ce schéma d'événements.

Vous vous souvenez de l'ascenseur ? Il semble presque impossible d'y entrer sans se trouver face à la porte. Notre puissant schéma d'événements dicte notre comportement dans l'ascenseur, et il n'en va pas autrement avec nos téléphones. Les recherches actuelles suggèrent que c'est l'habitude, ou le schéma des événements, de vérifier nos téléphones dans de nombreuses situations différentes qui rend particulièrement difficile le fait de s'abstenir de les vérifier en conduisant (Bayer & Campbell, 2012). Les SMS et la conduite automobile étant devenus une dangereuse épidémie ces dernières années, les psychologues cherchent des moyens d'aider les gens à interrompre le "schéma du téléphone" pendant qu'ils conduisent. De tels schémas sont la raison pour laquelle de nombreuses habitudes sont difficiles à rompre une fois qu'elles ont été acquises. Alors que nous continuons à examiner la pensée, n'oubliez pas à quel point les forces des concepts et des schémas sont puissantes pour notre compréhension du monde.

D'après What Is Cognition?

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion