Index de l'article

Syndromes neurologiques paranéoplasiques avec auto-anticorps anti-Hu

L'Ab onconeural le plus courant lié au PNS est l'Ab anti-Hu [13]. Son spectre clinique est très large, allant des manifestations périphériques (par exemple, la neuronopathie sensorielle) aux syndromes centraux (par exemple, l'encéphalite limbique). De plus, l'implication multifocale sous forme d'encéphalomyélite n'est pas rare [14]. Les anti-Hu Ab réagissent contre les protéines de liaison à l'ARN situées dans le noyau, et on ne pense pas qu'elles soient pathogènes [15]. Inversement, la présence de lymphocytes T CD8 anti-Hu spécifiques a été démontrée chez des patients atteints de SNP avec des anti-Hu Ab, ce qui suggère une pathogenèse à médiation cellulaire [16]. Néanmoins, les anti-Hu Ab sont des marqueurs fiables du cancer, en particulier du cancer du poumon à petites cellules (SCLC), ce dernier étant présent chez plus de 70% des patients [14]. Cependant, des cas non paranéoplasiques ont été signalés chez des enfants et des adolescents, ce qui suggère que l'auto-immunité anti-Hu peut également apparaître comme une condition dysimmunitaire pure [17]. De plus, des anticorps anti-Hu Ab peuvent être détectés chez 15 % des patients neurologiquement asymptomatiques atteints de SCLC [18]. Il est probable que le développement de la réponse anti-Hu et son expression phénotypique soient liés au bagage génétique des patients.

Initialement, deux petites études (n = 17 et n = 5 patients) avec un génotypage HLA incomplet n'ont pas trouvé d'association entre HLA et SNP avec l'anti-Hu Ab [19, 20]. Plus tard, une association avec le supertype HLA B*7, qui comprend plusieurs allèles HLA-B différents avec des spécificités de liaison peptidique qui se chevauchent [21], a été signalée dans une petite série de sept patients ; ainsi qu'une réactivité des lymphocytes T CD8 contre les peptides Hu chez trois patients seulement [22]. Ces résultats sont en accord avec la pathogénèse mentionnée précédemment, médiée par les cellules T CD8. Plus récemment, il a été montré que les HLA de classe II DQB1*02 et DRB1*03 sont plus fréquents chez les patients d'origine caucasienne atteints de SNP anti-Hu (62 et 47 % des 53 patients étudiés) que chez les témoins, donneurs de sang, en bonne santé (37 % étaient porteurs de DQB1*02, p < 0.005 ; et 25 % de DRB1*03, p < 0,01) ; les fréquences de porteurs étaient plus faibles chez les patients atteints de SCLC neurologiquement asymptomatiques ne présentant pas d'anticorps anti-Hu Ab (29 % étaient porteurs de DQB1*02 et 21 % de DRB1*03), mais n'ont pas atteint la signification, probablement en raison de la petite taille de l'échantillon (n = 26) [23]. Ces résultats suggèrent que les lymphocytes T CD4 peuvent également jouer un rôle dans le SNP anti-Hu, et montrent comment il est possible que différents profils immunogénétiques chez les patients atteints de SCLC puissent être associés à la présence ou non de SNP. Il est probable que la présentation par des molécules HLA spécifiques de certains antigènes dérivés de cellules tumorales soit impliquée dans la pathogénèse du SNP. L'interaction entre les peptides Hu et le HLA devrait donc être étudiée plus en détail, ainsi que celles entre le HLA et le TCR des cellules T réactives Hu.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion