La psychologie contemporaine est un domaine diversifié qui est influencé par toutes les perspectives historiques décrites dans la section précédente. La diversité de la discipline est reflétée par la diversité observée au sein de l'American Psychological Association (APA).

L'APA est une organisation professionnelle représentant les psychologues aux États-Unis. L'APA est la plus grande organisation de psychologues au monde, et sa mission est de faire progresser et de diffuser les connaissances psychologiques pour le bien-être des personnes. L'APA compte 56 divisions, représentant une grande variété de spécialités qui vont des sociétés de psychologie de la religion et de la spiritualité à la psychologie de l'exercice et du sport en passant par les neurosciences comportementales et la psychologie comparative. Reflétant la diversité du domaine de la psychologie lui-même, les membres, les membres affiliés et les membres associés couvrent tout le spectre, des étudiants aux psychologues de niveau doctoral, et proviennent d'une variété d'endroits, y compris les milieux éducatifs, la justice pénale, les hôpitaux, les forces armées et l'industrie (American Psychological Association, 2014). L'Association for Psychological Science (APS) a été fondée en 1988 et cherche à faire progresser l'orientation scientifique de la psychologie. Sa création résulte de désaccords entre les membres des branches scientifiques et cliniques de la psychologie au sein de l'APA. L'APS publie cinq revues de recherche et s'engage dans l'éducation et la défense des intérêts auprès des organismes de financement.

Une proportion importante de ses membres sont internationaux, bien que la majorité soit située aux États-Unis. D'autres organisations offrent des possibilités de réseautage et de collaboration aux professionnels de plusieurs groupes ethniques ou raciaux travaillant en psychologie, comme la National Latina/o Psychological Association (NLPA), l'Asian American Psychological Association (AAPA), l'Association of Black Psychologists (ABPsi) et la Society of Indian Psychologists (SIP). La plupart de ces groupes se consacrent également à l'étude des questions psychologiques et sociales au sein de leurs communautés spécifiques.

Cette section donne un aperçu des principales subdivisions de la psychologie actuelle, dans l'ordre où elles sont présentées dans le reste de ce manuel. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive, mais elle donne un aperçu des principaux domaines de recherche et de pratique des psychologues d'aujourd'hui.

BiBiopsychologie et psychologie de l'évolution

Comme son nom l'indique, la biopsychologie explore la manière dont notre biologie influence notre comportement. Bien que la psychologie biologique soit un vaste domaine, de nombreux psychologues biologiques veulent comprendre comment la structure et le fonctionnement du système nerveux sont liés au comportement. C'est pourquoi ils combinent souvent les stratégies de recherche des psychologues et des physiologistes pour atteindre cet objectif (comme l'explique Carlson, 2013).

Les biopsychologues étudient comment la structure et le fonctionnement du système nerveux génèrent le comportement.

 

Les intérêts de recherche des psychologues biologiques couvrent un certain nombre de domaines, y compris, mais sans s'y limiter, les systèmes sensoriels et moteurs, le sommeil, la consommation et l'abus de drogues, le comportement ingestif, le comportement reproductif, le neurodéveloppement, la plasticité du système nerveux et les corrélats biologiques des troubles psychologiques. Étant donné les vastes domaines d'intérêt relevant de la psychologie biologique, il ne sera probablement pas surprenant que des personnes de toutes sortes d'horizons participent à ces recherches, notamment des biologistes, des professionnels de la médecine, des physiologistes et des chimistes. Cette approche interdisciplinaire est souvent appelée "neuroscience", dont la psychologie biologique est une composante (Carlson, 2013).

Alors que la biopsychologie se concentre généralement sur les causes immédiates du comportement basées sur la physiologie d'un humain ou d'un autre animal, la psychologie évolutionniste cherche à étudier les causes biologiques ultimes du comportement. Dans la mesure où un comportement est influencé par la génétique, un comportement, comme toute caractéristique anatomique d'un humain ou d'un animal, démontrera une adaptation à son environnement. Cet environnement comprend l'environnement physique et, puisque les interactions entre les organismes peuvent être importantes pour la survie et la reproduction, l'environnement social. L'étude du comportement dans le contexte de l'évolution trouve son origine chez Charles Darwin, le codécouvreur de la théorie de l'évolution par sélection naturelle. Darwin était bien conscient que les comportements doivent être adaptatifs et a écrit des livres intitulés The Descent of Man (1871) et The Expression of the Emotions in Man and Animals (1872), pour explorer ce domaine.

La psychologie de l'évolution, et plus particulièrement la psychologie de l'évolution des humains, a connu un regain d'intérêt au cours des dernières décennies. Pour être soumis à l'évolution par sélection naturelle, un comportement doit avoir une cause génétique significative. En général, nous attendons de toutes les cultures humaines qu'elles expriment un comportement si celui-ci est causé génétiquement, puisque les différences génétiques entre les groupes humains sont faibles. L'approche adoptée par la plupart des psychologues évolutionnistes consiste à prédire le résultat d'un comportement dans une situation particulière en se basant sur la théorie de l'évolution, puis à faire des observations, ou à mener des expériences, pour déterminer si les résultats correspondent à la théorie. Il est important de reconnaître que ces types d'études ne constituent pas une preuve solide qu'un comportement est adaptatif, car elles ne permettent pas de savoir si le comportement est en partie génétique et pas entièrement culturel (Endler, 1986). Il est extrêmement difficile de démontrer qu'un trait, en particulier chez l'homme, est naturellement sélectionné ; c'est peut-être pour cette raison que certains psychologues évolutionnistes se contentent de supposer que les comportements qu'ils étudient ont des déterminants génétiques (Confer et al., 2010).

Un autre inconvénient de la psychologie évolutionniste est que les traits que nous possédons aujourd'hui ont évolué dans des conditions environnementales et sociales très anciennes dans l'histoire de l'humanité, et nous comprenons mal quelles étaient ces conditions. Il est donc difficile de prédire ce qui est adaptatif pour un comportement. Les traits comportementaux ne doivent pas nécessairement être adaptatifs dans les conditions actuelles, mais seulement dans les conditions du passé lorsqu'ils ont évolué, sur lesquelles nous ne pouvons qu'émettre des hypothèses.

Il y a de nombreux domaines du comportement humain pour lesquels l'évolution peut faire des prédictions. Citons par exemple la mémoire, le choix du partenaire, les relations entre parents, l'amitié et la coopération, l'éducation des enfants, l'organisation sociale et le statut (Confer et al., 2010).

Les psychologues évolutionnistes ont réussi à trouver une correspondance expérimentale entre les observations et les attentes. Par exemple, dans une étude sur les différences de préférence pour le partenaire entre les hommes et les femmes dans 37 cultures, Buss (1989) a constaté que les femmes accordaient plus d'importance que les hommes aux facteurs de gain potentiel et que les hommes accordaient plus d'importance que les femmes aux facteurs de reproduction potentiels (jeunesse et attrait) dans leurs futurs partenaires. En général, les prévisions étaient conformes aux prévisions d'évolution, bien qu'il y ait eu des écarts dans certaines cultures.

Sensation et perception

Les scientifiques qui s'intéressent aux aspects physiologiques des systèmes sensoriels ainsi qu'à l'expérience psychologique de l'information sensorielle travaillent dans le domaine de la sensation et de la perception. En tant que telle, la recherche sur la sensation et la perception est également très interdisciplinaire. Imaginez que vous vous promenez entre les bâtiments en passant d'une classe à l'autre. Vous êtes inondé de vues, de sons, de sensations tactiles et d'odeurs. Vous faites également l'expérience de la température de l'air qui vous entoure et vous maintenez votre équilibre en vous déplaçant. Ce sont autant de facteurs qui intéressent une personne travaillant dans le domaine de la sensation et de la perception.

Lorsque vous regardez cette image, vous pouvez voir un canard ou un lapin. L'information sensorielle reste la même, mais votre perception peut varier considérablement.

Comme nous le verrons dans un chapitre ultérieur consacré aux résultats des études sur la sensation et la perception, notre expérience du monde n'est pas aussi simple que la somme de toutes les informations sensorielles (ou sensations) réunies. Notre expérience (ou perception) est plutôt complexe et est influencée par l'endroit où nous concentrons notre attention, nos expériences antérieures et même nos antécédents culturels.

Psychologie cognitive

Comme mentionné dans la section précédente, la révolution cognitive a incité les psychologues à se concentrer sur une meilleure compréhension de l'esprit et des processus mentaux qui sous-tendent le comportement. Ainsi, la psychologie cognitive est le domaine de la psychologie qui se concentre sur l'étude des cognitions, ou pensées, et leur relation avec nos expériences et nos actions. Tout comme la psychologie biologique, la psychologie cognitive a un champ d'application très large et implique souvent des collaborations entre des personnes issues d'horizons disciplinaires très divers. Cela a conduit certains à inventer le terme "science cognitive" pour décrire la nature interdisciplinaire de ce domaine de recherche (Miller, 2003).

Les psychologues cognitifs ont des intérêts de recherche qui couvrent un large éventail de sujets, allant de l'attention à la résolution de problèmes, du langage à la mémoire. Les approches utilisées dans l'étude de ces sujets sont tout aussi diverses.

Compte tenu de cette diversité, la psychologie cognitive n'est pas abordée dans un seul chapitre de ce texte en tant que tel. Au contraire, divers concepts liés à la psychologie cognitive seront abordés dans des parties pertinentes des chapitres de ce texte sur la sensation et la perception, la pensée et l'intelligence, la mémoire, le développement tout au long de la vie, la psychologie sociale et la thérapie.

Psychologie du développement

La psychologie du développement est l'étude scientifique du développement tout au long de la vie. Les psychologues du développement s'intéressent aux processus liés à la maturation physique. Toutefois, leur champ d'intérêt ne se limite pas aux changements physiques associés au vieillissement, car ils s'intéressent également aux changements dans les compétences cognitives, le raisonnement moral, le comportement social et d'autres attributs psychologiques.

Les psychologues du développement précoce se concentrent principalement sur les changements qui se sont produits en atteignant l'âge adulte, en apportant un énorme éclairage sur les différences de capacités physiques, cognitives et sociales qui existent entre les très jeunes enfants et les adultes. Par exemple, les recherches de Jean Piaget ont démontré que les très jeunes enfants ne démontrent pas la permanence des objets. La permanence des objets fait référence à la compréhension que les choses physiques continuent d'exister, même si elles nous sont cachées. Si vous montrez un jouet à un adulte, puis le cachez derrière un rideau, l'adulte sait que le jouet existe toujours. Cependant, les très jeunes enfants agissent comme si un objet caché n'existait plus. L'âge auquel un objet devient permanent est quelque peu controversé (Munakata, McClelland, Johnson et Siegler, 1997).

 

Jean Piaget est célèbre pour ses théories concernant les changements dans les capacités cognitives qui se produisent lorsque nous passons de la petite enfance à l'âge adulte.

Alors que Piaget se concentrait sur les changements cognitifs pendant la petite enfance et l'enfance, au moment où nous passons à l'âge adulte, on s'intéresse de plus en plus à l'extension de la recherche sur les changements qui se produisent beaucoup plus tard dans la vie. Cela peut refléter l'évolution de la démographie des populations des pays développés dans leur ensemble. Comme de plus en plus de personnes vivent plus longtemps, le nombre de personnes d'âge avancé continuera à augmenter. En effet, on estime qu'il y avait un peu plus de 40 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus vivant aux États-Unis en 2010. Toutefois, d'ici 2020, ce nombre devrait passer à environ 55 millions. D'ici 2050, on estime que près de 90 millions de personnes dans ce pays auront 65 ans ou plus (Department of Health and Human Services, s.d.).

Psychologie de la personnalité

La psychologie de la personnalité se concentre sur les schémas de pensées et de comportements qui rendent chaque individu unique. Plusieurs individus (par exemple Freud et Maslow) dont nous avons déjà parlé dans notre aperçu historique de la psychologie, ainsi que le psychologue américain Gordon Allport, ont contribué aux premières théories de la personnalité. Ces premiers théoriciens ont tenté d'expliquer comment la personnalité d'un individu se développe à partir de la perspective qui lui est donnée. Par exemple, Freud a proposé que la personnalité naît des conflits entre les parties consciente et inconsciente de l'esprit au cours de la vie. Plus précisément, Freud a théorisé qu'un individu passe par différents stades de développement psychosexuel. Selon Freud, la personnalité adulte résulterait de la résolution de divers conflits centrés sur la migration des zones érogènes (ou productrices de plaisir sexuel) de la bouche à l'anus, du phallus aux parties génitales. Comme beaucoup de théories de Freud, cette idée particulière était controversée et ne se prêtait pas à des tests expérimentaux (Person, 1980).

Plus récemment, l'étude de la personnalité a adopté une approche plus quantitative. Plutôt que d'expliquer comment naît la personnalité, la recherche se concentre sur l'identification des traits de personnalité, la mesure de ces traits et la détermination de leur interaction dans un contexte particulier afin de déterminer comment une personne se comportera dans une situation donnée. Les traits de personnalité sont des schémas de pensée et de comportement relativement cohérents, et beaucoup ont proposé que cinq dimensions de traits soient suffisantes pour saisir les variations de personnalité observées entre les individus. Ces cinq dimensions sont connues sous le nom de "Big Five" ou modèle des cinq facteurs, et comprennent des dimensions de conscience, d'agréabilité, de névrose, d'ouverture et d'extraversion. Il a été démontré que chacun de ces traits est relativement stable au cours de la vie (par exemple, Rantanen, Metsäpelto, Feldt, Pulkinnen et Kokko, 2007 ; Soldz & Vaillant, 1999 ; McCrae & Costa, 2008) et est influencé par la génétique (par exemple, Jang, Livesly et Vernon, 1996).

Chacune des dimensions du modèle à cinq facteurs est illustrée dans cette figure. La description fournie décrit une personne qui a obtenu un score élevé pour cette dimension donnée. Une personne ayant obtenu un score inférieur pour une dimension donnée pourrait être décrite en termes opposés.

Psychologie sociale

La psychologie sociale s'intéresse à la façon dont nous interagissons avec les autres et dont nous sommes en relation avec eux. Les psychologues sociaux mènent des recherches sur une grande variété de sujets qui comprennent les différences dans la façon dont nous expliquons notre propre comportement par rapport à la façon dont nous expliquons le comportement des autres, les préjugés et l'attirance, et la façon dont nous résolvons les conflits interpersonnels. Les psychologues sociaux ont également cherché à déterminer comment le fait d'être parmi d'autres personnes modifie notre propre comportement et nos schémas de pensée.

Il existe de nombreux exemples intéressants de recherche en psychologie sociale, et vous en lirez beaucoup dans un chapitre ultérieur de ce manuel. D'ici là, nous vous présenterons l'une des études psychologiques les plus controversées jamais menées. Stanley Milgram était un psychologue social américain qui est surtout connu pour les recherches qu'il a menées sur l'obéissance. Après l'holocauste, en 1961, un criminel de guerre nazi, Adolf Eichmann, qui était accusé d'avoir commis des atrocités de masse, a été jugé. Beaucoup de gens se demandaient comment les soldats allemands étaient capables de torturer des prisonniers dans les camps de concentration, et ils n'étaient pas satisfaits des excuses données par les soldats, selon lesquelles ils ne faisaient qu'obéir aux ordres. À l'époque, la plupart des psychologues étaient d'accord pour dire que peu de gens seraient prêts à infliger des douleurs et des souffrances aussi extraordinaires, simplement parce qu'ils obéissaient à des ordres. Milgram a décidé de mener des recherches pour déterminer si cela était vrai ou non. Comme vous le lirez plus loin dans le texte, Milgram a découvert que près des deux tiers de ses participants étaient prêts à administrer ce qu'ils croyaient être des chocs mortels à une autre personne, simplement parce qu'ils en avaient reçu l'ordre d'une figure d'autorité (dans ce cas, un homme vêtu d'une blouse de laboratoire). Et ce, malgré le fait que les participants ont été payés pour le simple fait de se présenter à l'étude et qu'ils auraient pu choisir de ne pas infliger de douleur ou de conséquences plus graves à une autre personne en se retirant de l'étude. Personne n'a été réellement blessé ou lésé de quelque manière que ce soit, l'expérience de Milgram était une ruse intelligente qui a profité aux participants à la recherche, ceux qui prétendent être des participants à une étude de recherche qui travaillent réellement pour le chercheur et qui ont des directives claires et spécifiques sur la manière de se comporter pendant l'étude de recherche (Hock, 2009). Les études de Milgram et d'autres chercheurs qui ont fait appel à la tromperie et à des préjudices émotionnels potentiels pour les participants à l'étude ont catalysé l'élaboration de directives éthiques pour la conduite de recherches psychologiques qui découragent le recours à la tromperie des sujets de recherche, à moins que l'on puisse soutenir qu'elle ne cause pas de préjudice et, en général, qu'elle exige le consentement éclairé des participants.

Les recherches de Stanley Milgram ont démontré jusqu'où les gens iront pour obéir aux ordres d'une figure d'autorité. Cette publicité a servi à recruter des sujets pour ses recherches.Industrial-Organizational Psychology

La psychologie industrielle et organisationnelle (psychologie I-O) est un sous-domaine de la psychologie qui applique les théories, les principes et les résultats de la recherche en psychologie dans des contextes industriels et organisationnels. Les psychologues I-O sont souvent impliqués dans des questions liées à la gestion du personnel, à la structure organisationnelle et à l'environnement de travail. Les entreprises recherchent souvent l'aide de ces psychologues pour prendre les meilleures décisions d'embauche et pour créer un environnement qui se traduit par des niveaux élevés de productivité et d'efficacité des employés. En plus de sa nature appliquée, la psychologie des entrées-sorties implique également la conduite de recherches scientifiques sur le comportement dans les environnements des entrées-sorties (Riggio, 2013).

Psychologie de la santé

La psychologie de la santé se concentre sur la manière dont la santé est affectée par l'interaction de facteurs biologiques, psychologiques et socioculturels. Cette approche particulière est connue sous le nom de modèle biopsychosocial. Les psychologues de la santé cherchent à aider les individus à améliorer leur santé par le biais de politiques publiques, d'éducation, d'intervention et de recherche. Les psychologues de la santé peuvent mener des recherches qui explorent la relation entre la constitution génétique d'une personne, ses modèles de comportement, ses relations, son stress psychologique et sa santé. Ils peuvent rechercher des moyens efficaces de motiver les gens à s'attaquer aux modèles de comportement qui contribuent à une mauvaise santé (MacDonald, 2013).

 

Le modèle biopsychosocial suggère que la santé/maladie est déterminée par une interaction de ces trois facteurs.

Psychologie du sport et de l'exercice

Les chercheurs en psychologie du sport et de l'exercice étudient les aspects psychologiques des performances sportives, notamment la motivation et l'anxiété liée à la performance, ainsi que les effets du sport sur le bien-être mental et émotionnel. Des recherches sont également menées sur des sujets similaires en rapport avec l'exercice physique en général. La discipline comprend également des sujets plus larges que le sport et l'exercice physique, mais qui sont liés aux interactions entre la performance mentale et physique dans des conditions exigeantes, comme la lutte contre le feu, les opérations militaires, la performance artistique et la chirurgie.

Psychologie clinique

La psychologie clinique est le domaine de la psychologie qui se concentre sur le diagnostic et le traitement des troubles psychologiques et d'autres modèles de comportement problématiques. En tant que telle, elle est généralement considérée comme un domaine plus appliqué de la psychologie ; cependant, certains cliniciens sont également activement engagés dans la recherche scientifique. La psychologie du conseil est une discipline similaire qui se concentre sur les résultats émotionnels, sociaux, professionnels et liés à la santé chez les individus considérés comme psychologiquement sains.

Comme nous l'avons déjà mentionné, Freud et Rogers ont tous deux apporté des perspectives qui ont influencé la manière dont les cliniciens interagissent avec les personnes en quête d'une psychothérapie. Si certains aspects de la théorie psychanalytique sont toujours présents chez les thérapeutes d'aujourd'hui qui sont formés dans une perspective psychodynamique, les idées de Roger sur la thérapie centrée sur le client ont été particulièrement influentes pour déterminer le nombre de cliniciens. En outre, le behaviorisme et la révolution cognitive ont tous deux façonné la pratique clinique sous les formes de la thérapie comportementale, de la thérapie cognitive et de la thérapie cognitivo-comportementale. Les questions liées au diagnostic et au traitement des troubles psychologiques et des modèles de comportement problématiques seront examinées en détail dans les chapitres suivants de ce manuel.

Les thérapeutes cognitivo-comportementaux tiennent compte des processus cognitifs et des comportements lorsqu'ils dispensent une psychothérapie. C'est l'une des nombreuses stratégies qui peuvent être utilisées par les psychologues cliniciens en exercice.

C'est de loin le domaine de la psychologie qui reçoit le plus d'attention dans les médias populaires, et beaucoup de gens supposent à tort que toute la psychologie est de la psychologie clinique.

Psychologie médico-légale

La psychologie médico-légale est une branche de la psychologie qui traite des questions de psychologie telles qu'elles se posent dans le contexte du système judiciaire. Par exemple, les psychologues légistes (et les psychiatres légistes) évalueront la capacité d'une personne à passer en jugement, évalueront l'état d'esprit d'un défendeur, agiront en tant que consultants dans les affaires de garde d'enfants, consulteront sur les recommandations en matière de peines et de traitements, et donneront des conseils sur des questions telles que les témoignages de témoins oculaires et les témoignages d'enfants (American Board of Forensic Psychology, 2014). À ce titre, ils agissent généralement comme témoins experts, appelés par l'une ou l'autre des parties à une affaire judiciaire pour fournir leurs avis fondés sur leurs recherches ou leur expérience. En tant que témoins experts, les psychologues légistes doivent avoir une bonne compréhension de la loi et fournir des informations dans le contexte du système juridique plutôt que dans le seul domaine de la psychologie. Les psychologues légistes sont également utilisés dans le processus de sélection du jury et de préparation des témoins. Ils peuvent également être impliqués dans le traitement psychologique au sein du système de justice pénale. Les établisseurs de profils criminels représentent une proportion relativement faible des psychologues qui agissent en tant que consultants auprès des services répressifs.

 

D'après : Contemporary Psychology

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion