La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est une infection multi-systémique causée par le nouveau coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), qui est devenu une pandémie.

Même si ses symptômes dominants sont l'anosmie, l'ageusie, la sécheresse du divan, la fièvre, la brièveté du bref, l'arthralgie, la myalgie et la fatigue, les évaluations régionales et méthodologiques varient, ce qui conduit à des descriptions cliniques hétérogènes de la COVID-19. Le vieillissement, le diabète non contrôlé, l'hypertension, l'obésité et l'exposition aux androgènes ont été corrélés avec un pronostic plus défavorable pour COVID-19. Des anomalies du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA), de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ECA2) et de la sérine-protéase 2 transmembranaire pilotée par les androgènes (TMPRSS2) ont été mises en évidence en tant que modulateurs clés du SARS-CoV-2.

Même si des traitements sûrs et efficaces contre la COVID-19 font défaut, le moment actuel de la pandémie incite à trouver des options thérapeutiques. Les médicaments existants doivent être préférés aux nouveaux médicaments pour les essais cliniques en raison de quatre caractéristiques inhérentes : 1. Profil de sécurité à long terme bien établi, risques et contre-indications connus ; 2. prédictions plus précises des effets cliniques ; 3. familiarité avec la gestion clinique ; et 4. Coûts abordables pour les systèmes de santé publique. Dans le contexte des principaux modulateurs de l'infectiosité du SRAS-CoV-2, les cibles endocriniennes sont devenues centrales en tant que candidates pour COVID-19.

La seule classe de médicaments endocriniens ou liés aux endocriniens pour laquelle il existe déjà des preuves émergentes de l'existence de COVID-19 est celle des glucocorticoïdes, en particulier pour l'utilisation de la dexaméthasone chez les patients gravement atteints. Les autres médicaments qui sont plus susceptibles de présenter des effets cliniques malgré l'absence de preuves spécifiques pour COVID-19 comprennent les anti-androgènes (spironolactone, éplérénone, finastéride et dutastéride), les statines, la N-acétyl cystéine (NAC), les inhibiteurs de l'ECA (ACEi), les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA) et les inhibiteurs directs du TMPRSS-2 (nafamostat et camostat). Plusieurs autres candidats présentent une plausibilité moins constante. En général, à l'exception de la dexaméthasone, tous les candidats n'ont pas de preuve de l'existence de COVID-19, et des essais cliniques sont nécessaires.

Conclusion

Même si la dexaméthasone peut réduire la mortalité chez les patients gravement malades atteints de COVID-19, en l'absence de preuve d'un médicament spécifique pour la COVID-19 légère à modérée, les chercheurs devraient envisager de tester les médicaments existants en raison de leur sécurité favorable, de leur familiarité et de leur profil de coût. Toutefois, à l'exception de la dexaméthasone chez les patients atteints de COVID-19 grave, les traitements médicamenteux pour les patients atteints de COVID-19 doivent être limités aux études de recherche clinique jusqu'à ce que l'efficacité ait été largement prouvée, avec des résultats favorables en termes de réduction des hospitalisations, de ventilation mécanique et de décès.

Lire l'étude complète.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion