Les processus généraux de l’ossification se réduisent à deux : un processus constructeur, un processus destructeur.

Processus constructeur

L’agent actif du processus constructeur est l’ostéoblaste. L’ostéoblaste est l’homologue d’une cellule conjonctive fixe (fibroblaste) C’est une cellule polyédrique à protoplasma assez abondant, pourvu d’un noyau sphérique ou ovoïde. On trouve les ostéoblastes à la surface des jeunes travées d’osséine, rangés les uns à côté des autres en une couche régulière, on disait jadis « rangés en ordre épithélioïde ». Ces cellules échangent entre elles de nombreuses anastomoses protoplasmiques, comme les cellules conjonctives fixes, mais ces anastomoses sont courtes, peu visibles’ parce que les plans cotes cellulaires sont rapprochés.

Les ostéoblastes secrètent l’osséine qui se dépose à la surface des supports voisins : fibres, conjonctives ou élastiques, travées cartilagineuses, lamelles osseuses déjà formées, et lorsque la couche d’osséine a atteint une certaine épaisseur, elle englobe progressive- ment les ostéoblastes qui deviennent alors cellules osseuses, tandis que les prolongements protoplasmiques successivement englobés, continuent à relier les cellules entre elles par les canalicules osseux. L’osséine acquiert la dureté caractéristique de l’os par une calcification secondaire (combinaison des sels calciques avec l’osséine préformée).

Processus destructeur

L’agent actif du processus destructeur est l’ostéoclaste. Cette cellule apparaît en général, comme une grosse masse protoplasmique ronde ou munie de prolongements en massue, possédant un, deux, dix et même parfois cinquante a cent noyaux (fig. 16). Elle est appliquée à la surface d’une travée osseuse ou même d’une travée cartilagineuse. Cette cellule secrète des substances, des diastases sans doute, qui attaquent les substances fondamentales de l’os et du cartilage : celles-ci disparaissent, fondent progressivement par érosion lente. La tâche dévolue à ces ostéoclastes est considérable : ce sont eux qui sont chargés en effet de résorber l’os enchondral, de l’os périostique, de creuser les lacunes de « Howship » dans lesquelles se formera l’os haversien. On voit quel rôle important il joue pour agrandir le canal médullaire ou pour modeler la forme extérieure de l’os.

Ces deux sortes de cellules, ostéoblastes constructeurs, ostéoclastes destructeurs, travaillent toujours en milieu conjonctif et habituellement dans des zones richement vascularisées. L’édification d’une pièce osseuse est au total le résultat des actions combinées édificatrices et destructrices qui s’accomplissent soit dans une lame conjonctive, soit dans une pièce cartilagineuse qui subit, à cet effet, de profondes modifications.

On distinguera donc de ce fait les os précédés d’un modèle cartilagineux (os longs, os de la base du crâne) et

Premier développement d'un point d ossification en sujet conjonctif. (Processus édificateur, d’après Dubreuil.)

 

A. Début du dépôt d’osséine en lames ou flaques entre es ostéoblastes. — 1, ostéoblaste. — 2, osséine (en noir). — 3, faisceau conjonctif en voie d’osséanisation. — 4, celle connective. — 5, lymphocyte.

B. Point d’ossification plus développé que le précédent. : eux ostéoblastes ont été englobés dans l’osséine et sont avenus cellules osseuses. Le dépôt d’osséine se fait toujours avec prédilection sur les faisceaux conjonctifs qui servent de point d’appui. (Même légende que point A.)

 

Ostéoclastes et lacunes de Howship, vue sur une coupe transversale d humérus de chat (d’après Stöhr).

1, un canal de Havers, renfermant deux vaisseaux et des cellules de la moelle osseuse. — 2. 2, deux ostéoclastes, érodant l’os. — 3, 3, lacunes de Howship occupées par leurs ostéoclastes. — 4, une lacune vide.

les os développés en milieu conjonctif pur (os de la voûte du crâne, de la face, mandibules). Il faut encore remarquer que dans une pièce osseuse tel qu’un os long, le processus d’ossification qui -r produit en milieu cartilagineux édifie l’os enchondral, pendant que le processus Ossification en milieu fibreux édifie l’os périostique.

Enfin, rappelons-nous qu’une pièce osseuse s’édifie toujours en plusieurs temps qui comprennent :

  1. Les phénomènes de préossification, c’est-à-dire les modifications du tissu conjonctif ou cartilage dans la région où commencera l’ossification. 
  2. Les phénomènes d’ossification primaire. Ceux-ci se passent soit en milieu fibreux, soit en milieu cartilagineux et ils aboutissent à la construction d’un os provisoire qui s’accroît.
  3. Les phénomènes d’ossification secondaire. Ceux-ci aboutissent à la substitution pour ainsi dire totale d’os nouveaux et mieux adaptés au lieu et place de l’os primitif ou primaire.

Ces trois sortes de phénomènes qui se succèdent dans le temps, nous devons les envisager dans les deux cas suivants :

  1. os précédés d’un modèle cartilagineux ;
  2. os formé directement en milieu conjonctif.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.