Oreille interne

Premiers développements

C'est par l'oreille interne, organe fondamental de l'audition, que débute le développement de l'appareil auditif. Sur l'embryon humain de 3 mm, l’ectoderme cutané s'épaissit et se déprime en fossette, au-dessus du premier sillon branchial. La fossette s'allonge et se pédiculise sur l’embryon de 4 mm. Un peu plus tard (E. H. de 5 mm), elle se ferme et s'isole de l’épiderme, sous forme d'une vésicule, accolée au rhombocéphale. Puis (E. H. de 6 mm), la vésicule s'accole à la face externe du ganglion acoustique, et sa face supérieure émet un diverticule qui représente le canal endo-lymphatique . Ce canal s'ouvre à la peau chez les Sélaciens. Chez les Téléostiens, l'ébauche de l'appareil auditif est pleine et se creuse secondaire- ment. Chez l'embryon humain de 10 mm, le labyrinthe membraneux commence sa différenciation. Sa partie supérieure s'étale ; sa partie inférieure s'infléchit en L ; de sa branche verticale dérive le saccule, de sa branche horizontale le canal cochléaire.

Canaux semi-circulaires.

La partie supérieure du labyrinthe émet d'abord un diverticule volumineux, d'où procèdent les deux canaux semi- circulaires verticaux (le supérieur et le postérieur) ; un autre diverticule, plus tardif, marque l'origine du canal externe. La formation des canaux semi-circulaires relève d'un processus très spécial. Les diverticules, dont dérivent ces canaux, sont des disques creux, biconcaves ; au niveau de leur portion centrale, les parois des diverticules se rapprochent, se soudent et se résorbent (E. H. de 13 mm). La portion périphérique des disques demeure perméable et constitue les canaux semi-circulaires,

Utricule

La partie supérieure du labyrinthe édifie encore l'utricule. C'est une chambre quadrangulaire, allongée dans le sens sagittal (E. H. de 20 mm) ; les canaux semi-circulaires s'y ouvrent par leurs extrémités opposées ; l'extrémité non ampulaire des deux canaux verticaux débouche, toutefois, dans l'utricule, par un canal commun. L'utricule s'isole du saccule et s'en isole complètement ; le plan au niveau duquel s'effectue cette séparation intéresse l'abouchement du canal endo-lymphatique ; aussi, ce canal se divise-t-il en deux branches, à son extrémité labyrinthique ; la branche supérieure s'unit à l'utricule, l'inférieure au saccule.

D. Saccule et canal cochléaire

La partie inférieure du labyrinthe a la forme d'un clou dont la tête est tournée en haut (embryon de 6 à 9 mm) ; plus tard, ce clou montre deux parties, l'une supérieure, verticale (saccule), l'autre inférieure [canal cochléaire). Le saccule est séparé de l'utricule par un léger sillon, et de la cochlée par un étranglement de plus en plus serré, le canal reuniens (embryon de 30 mm). Le canal cochléaire se termine en cul- de-sac à son extrémité libre ; il s'enroule sur lui-même à trois, reprises ; c'est le seul canal que comprennent originellement le limaçon ; c'est sur lui que se termine le nerf cochléaire ; le nerf vestibulaire prend naissance sur le reste du labyrinthe.

Histogenèse

Ectoderme labyrinthique

L’ectoderme labyrinthique est d'abord simple et prismatique ; ultérieurement, il s'aplatit, sauf dans les régions où s'arborise le nerf de la 8ème paire : là, l'épithélium s'épaissit et se stratifié ; il constitue les taches vestibulaires, les crêtes des canaux semi-circulaires et le plancher du canal cochléaire.

Ce plancher porte deux épaississements ou bourrelets ; l'interne, volumineux, donne naissance à la cellule auditive interne, à la cellule de soutien interne, et aux cellules de la pente interne ; ces derniers éléments sont au contact de la tectoria ; plus tard, ils paraissent s'affaisser, et la tectoria passe, comme un pont, au-dessus d'eux. Du bourrelet externe procèdent toutes les cellules des piliers de Corti, les cellules auditives externes, les cellules de soutien externes et les cellules de la pente externe. Les piliers se différencient tardivement : les piliers internes, en s'écartant des piliers externes, délimitent le tunnel de Corti.

Mésoderme labyrinthique.

Le mésoderme, disposé autour de l'ébauche ectodermique du labyrinthe, se divise en trois couches concentriques :

a) la couche interne constitue le tissu de soutien des épithéliums ;

b) la couche moyenne n'est autre que le tissu péri-lymphatique, où circule la périlymphe ; sur la convexité des canaux semi-circulaires membraneux, ce tissu fait défaut : le canal membraneux s'accole étroitement au canal osseux; sur le limaçon, le tissu péri-lymphatique demeure (Rat) ou subit une fonte véritable, de la base au sommet du limaçon : d'où la formation de cavités (rampes vestibulaire et tympanique), remplies de périlymphe ;

c) quant à la zone externe du mésoderme labyrinthique, elle édifie de l'os fibreux (columelle, lame des contours, canal spiral). Le labyrinthe osseux qui vient de se former s'énuclée aisément du rocher ; plus tard, rocher et labyrinthe sont étroitement fusionnés.

 Oreille moyenne

L'oreille moyenne et ses organes se constituent aux dépens de la 1ère poche branchiale et aux dépens des deux arcs qui la limitent.

La 1ère poche endodermique est située entre le 1er et le 2ème arcs, sur lesquels elle empiète largement ; son extrémité interne s'ouvre dans le pharynx; son extrémité externe est en rapport avec une membrane obturante, le tympan. Ce tympan est d'abord mince et didermique (ecto-endodermique) ; plus tard, il s'épaissit ; un mésoderme épais s'interpose entre l'endoderme de la poche pharyngo-tympanique (trompe d'Eustache future) et l'ectoderme du 1er sillon branchial externe (conduit auditif externe).

On l'a vu : le 1er arc a pour dérivés le cartilage de Meckel, le marteau et l'enclume ; il est innervé par le trijumeau. Du 2ème arc, procèdent le cartilage de Reichert, l'étrier et le muscle de l'étrier, innervé par le facial. Ces deux arcs se rapprochent l'un de l'autre, à leur extrémité crâniale ; voilà pour- quoi l'enclume et l'étrier, développés dans leur partie supérieure, s'articulent l'un avec l'autre.

Le mésoderme de la Vème poche se continue avec le mésoderme des deux arcs voisins ; c'est dans ce mésoderme, où courent des vaisseaux et des muscles striés, que se différencient les cartilages de l’ouïe et que ces cartilages se transforment en osselets (embryon de 19 à 20 cm.).

Plus tard, et surtout quand s'établit la respiration, ce mésoderme, pincé entre le conduit auditif externe et la 1'ème poche endodermique, entre en régression. Il recule, pour ainsi dire, pendant que cette poche s'étend. Elle s'étend en constituant successivement la trompe d'Eustache et sa dilatation terminale, la caisse du tympan. Elle tapisse la paroi osseuse de l'oreille moyenne et les organes qui traversent la caisse. Là où la poche ne pénètre pas, les organes, tels que la corde du tympan et le manche du marteau, demeurent inclus dans l'épaisseur d'un tympan dont l'épaisseur s'est réduite progressivement.

En somme, la 1ère poche endodermique nous fournit l'exemple d'un organe qui, primitivement destiné à la respiration, passe au service d'une autre fonction et devient partie intégrante de l'appareil auditif.

Oreille externe

Le conduit auditif externe est un bourgeon épithélial plein qui s'avance jusqu'au mésoderme tympanique. Il est appelé à se creuser secondairement. Il représente le 1er sillon branchial ectodermique.

Quant au pavillon qui borde superficiellement ce conduit auditif, il se développe au-dessus et au-dessous du conduit auditif. Du 1er arc branchial procèdent, d'avant en arrière, trois bourgeons : 1° le tragus ; 2° l'hélix lui-même subdivisé en deux saillies. Du 2ème arc naissent, d'avant en arrière, trois bourgeons : 1ème le lobule; 2ème l'antitragus; 3ème l'anthélix. Au-dessous de ces deux dernières saillies s'étend la queue de l'hélix (embryon de 11 mm). Un peu plus tard (embryon de 14,5 mm), l'hélix s'est fusionné en avant avec le tragus, et sa queue se confond avec le lobule.

Au 5ème mois, le bord de l'hélix n'est pas encore ourlé; son angle postéro-supérieur répond au tubercule de Darwin. Au 6ème mois, l'hélix s'enroule d'avant en arrière, et le tubercule de Darwin, au lieu de regarder en arrière, est dirigé en avant.

D’après Embryologie générale et spéciale par A. BRANCA 

 

 

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion