Index de l'article

Prémolaires ou bicuspides

Les prémolaires ou bicuspides sont situées en arrière des canines. Elles sont au nombre de huit, quatre pour chacune des deux mâchoires, deux à droite et deux à gauche ; On les distingue en première et en deuxième en allant d’avant en arrière

Caractères généraux

Les prémolaires destinées à broyer les aliments peuvent être considérées comme résultant de la fusion de deux cônes, d’où le nom qu’on leur donne de bicuspides.

La face triturante de la couronne, caractéristique, présente donc deux tubercules : l’un externe ou vestibulaire, ou génien, ou buccal ; l’autre interne ou lingual. L’externe est toujours plus développé que l’interne. Outre la face triturante, on peut distinguer a la couronne quatre faces latérales : une face externe ou buccale, une face interne ou linguale, une face antérieure ou mésiale, une face postérieure ou distale.

La face labiale (1) a la forme d’une tête de lance ; elle est semblable à celle de la canine.

Une arête centrale, bien dessinée, descend verticalement du bord cervical et aboutit au bord inférieur de la face, en un point légèrement plus rapproche de la face mes aie : d’où il résulte que, des deux bords triturants, le bord distal est un peu plus grand que le bord mésial. Les sillons latéraux, limitant l’arête, sont peu marques et s’arrêtent à mi- chemin de la couronne ; les lobes latéraux, mésial et distal, sont ainsi peu accentues.

La face linguale (2), assez large et arrondie, est plus ou moins plane dans le sens vertical et convexe dans le sens mésio-distal.

La face mésiale (4), assez large et plutôt plate dans le sens bucco-lingual, s’aplatit notablement vers le collet.

La face distale (3), assez semblable comme forme à la face mésiale, en diffère par sa convexité plus accentuée.

La face triturante (7), outre les cuspides mentionnées plus haut, présente trois sillons l’un séparant les cuspides se dirige dans le sens mésio-distal et réunit les deux autres sillons sensiblement parallèles et qui s’étendent dans le sens bucco-lingual. L’ensemble forme à peu près un H.

La racine des prémolaires est le plus souvent unique. Elle est aplatie d’avant en arrière et, sur chacune de ses deux faces, se voit un sillon vertical, indice de la tendance qu’a cette racine à se bifurquer. La bifurcation est rare et, quand elle existe, lie est presque toujours limitée au sommet de la racine : l’une des pointes se dirige en dedans, l’autre en dehors. 

Caractères particuliers et différentiels

Examinons successivement les bicuspides supérieures et les bicuspides inférieures.

Bicuspides supérieures

La première bicuspide supérieure touche la canine par son côté mésial. La face buccale ressemble à celle de la canine, mais elle est plus réduite et plus arrondie. La face linguale, plus ou moins plane verticalement, est arrondie dans le sens mésio-distal. Le cuspide lingual forme une saillie émoussée. La face mésiale, large et plate transversalement, présente une dépression vers le collet. La face distale est un peu plus convexe. La face triturante a la forme d’un quadrilatère irrégulière et montre les deux cuspides, l’un sur le bord lingual, l’autre sur le bord distal. Le cuspide lingual est plus développe. Des arêtes marginales entourent la face triturante. Le centre de cette face est occupé par un sillon central dirigé dans le sens mésio-distal. La racine, aplatie dans le sens mésio-distal, est parfois bifurquée ; la chambre pulpaire l’est presque toujours, même quand il n y a qu une seule racine (5).

La seconde bicuspide supérieure ressemble à la première. Elle est généralement plus petite et plus arrondie. Les tubercules ou cuspides sont moins développés. La racine est plus étroite, plus arrondie et rarement bifurquée.

Deuxième prémolaire supérieure droite.

1 face labiale. — 2, face linguale. —3, face distale. — 4, face mésiale. — 5, racine. — 5', chambre pulpaire. — 5", collet. — 5'", couronne. — 6, coupe de la racine. — 7, bord tranchant. Remarquer en 7 la couronne avec ses trois tubercules 7’, 7’’, 7’’’.

Bicuspides inférieures

Rappelons qu’elles ne sont pas réellement des bicuspides ; la première, en effet, ne présente qu’un tubercule, tandis que la seconde, quand elle est bien développée, en présente trois.

La première bicuspide inférieure est une dent de transition entre la canine et la bicuspide vraie.

Le plus souvent, elle ressemble plus à une canine qu’à une bicuspide. Cependant elle affecte parfois un type bicuspidien avec un petit tubercule lingual. La face buccale rappelle tout à fait celle de la canine, mais est moins développée. La face linguale est convexe ; sa hauteur dépend du développement du tubercule lingual. Les deux faces distale et mésiale, semblables entre elles, sont convexes. La face triturante, extrêmement variable, présente la forme tantôt d’une bicuspide, tantôt d’une canine. Son contour est circulaire. Le cuspide buccal occupe presque le ventre de la face. Le tubercule lingual ou cingule présente toutes les variations, simple pointe ou véritable cuspide. Le centre de la face triturante est occupé par un sillon variable. La racine est unique, le plus souvent aplatie dans le sens mésio-distal. Le canal pulpaire est aplati au collet.

Première prémolaire inférieure droite.

1, face labiale. — 2, face linguale. — 3, face distale. — 4^ face mésiale. — 5, racine. — 5', chambre pulpaire. — 5", collet. — 5'", couronne. — 6, coupe de la racine. — 7, bord tranchant. Remarquer en 7 la couronne avec ses trois tubercules 7', 7", 7'". 

 

La seconde bicuspide inférieure diffère de la bicuspide précédente, surtout par sa face triturante. Celle-ci, de forme circulaire, présente un cuspide buccal (7'), mais très développé, massif, en forme de mamelon, tandis que le cuspide lingual (7') est divisé par un sillon en deux tubercules secondaires. La face triturante est donc tricuspidée. Il existe de nombreuses variations dans le développement et la division des tubercules linguaux.

 

Deuxième prémolaire inférieure droite.

1, face labiale. — 2, face linguale. — 3, face postérieure. — 4, face antérieure. — 5, racine. — 5', chambre pulpaire. —5", collet.— 5'", couronne. — 6', coupe de la racine. —7, la face triturante qui comprend trois tubercules.

Résumé de l’examen différentiel

Nous pouvons facilement répondre aux trois questions suivantes :

  1. Est-ce une prémolaire supérieure ou inférieure ?
  2. Est-ce une première ou une deuxième prémolaire ?
  3. Est-ce une prémolaire droite ou gauche.

1° Est-ce une prémolaire supérieure ou une prémolaire inférieure ? — Les prémolaires supérieures et les prémolaires inférieures se distinguent les unes des autres :

  1. par la forme de la couronne, qui est aplatie d’avant en arrière pour les supérieures, plutôt cylindriques pour les inférieures ;
  2. par le développement de leurs cuspides, qui, sur les prémolaires supérieures, sont plus volumineux et séparés l’un de l’autre par une rainure plus profonde, sur les prémolaires inférieures, plus petits et moins nettement isolés;
  3. par la tendance de la racine à devenir bifide, tendance qui est toujours plus marquée pour les prémolaires du haut que pour les prémolaires du bas.

2° Est-ce une première ou une deuxième prémolaire ? — Dans le groupe des prémolaires supérieures on différenciera la première de la seconde en ce que cette dernière est généralement plus petite, plus arrondie ; les lignes saillantes ne sont pas aussi accentuées. Mais la plus grande différence est dans la racine ; dans un tiers des cas, la racine de la première prémolaire est bifurquée ; celle de la seconde prémolaire l’est très rarement. En outre, le canal radiculaire de la première prémolaire est presque toujours bifurqué, même quand la racine n’est pas séparée ; celui de la deuxième prémolaire est presque toujours unique.

Dans le groupe des prémolaires inférieures, on pourra distinguer une première prémolaire d’une seconde prémolaire en considérant la face triturante des couronnes. Celle de la première prémolaire ne présente qu’un très petit cuspide interne, d’où il résulte que cette dent ressemble beaucoup à une canine. La deuxième prémolaire, au contraire, présente sur sa face triturante un cuspide interne assez développé et divisé en son milieu par un sillon en deux tubercules. La dent a ainsi la forme type d’une tricuspide tuberculée.

3° Est-ce une prémolaire du côté droit ou une prémolaire du côté gauche ? — C’est- toujours une opération très délicate que de reconnaître les prémolaires du côté droit des prémolaires du côté gauche. On trouve écrit partout que, des deux bords du cuspide externe, le bord antérieur est plus petit que le postérieur ; que, dès lors, pour mettre en position une dent donnée, il suffit de considérer la face externe ou génienne de son cuspide externe et de la disposer de façon que le plus petit des deux bords du cuspide précité soit dirigé en avant. En théorie, il n’est rien de plus simple ; mais on doit avouer qu’en pratique le problème est autrement difficile, si tant est qu’il soit toujours soluble.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.