Index de l'article

Le syndrome médiastinal

Il traduit la présence d'un tissu anormal dans le médiastin.

Il s'agit habituellement d'une opacité de densité hydrique dont l'origine médiastinale est affirmée sur le cliché de face par la limite externe nette et continue de l'opacité, son caractère convexe vers le poumon, son raccord en pente douce vers le médiastin, et sa limite interne noyée dans l'opacité médiastinale. La nature de cette opacité dépend de son siège dans le médiastin antérieur, moyen ou postérieur. Ce siège doit être précise par un cliché de profil et surtout une tomodensitométrie. Les ganglions médiastinaux sont les opacités médiastinales les plus fréquentes. Ils ne sont visibles que lorsqu'ils sont hypertrophies et apparaissent comme des opacités de densité hydrique homogène, convexes parfois polycycliques, localisées dans le médiastin au niveau d'un ou plusieurs des 5 sites suivants : latéro-trachéal droit et gauche, inter-bronchique droit et gauche (qui se projettent au niveau des hiles pulmonaires et doivent être distinguées des grosses." artères pulmonaires), inter-trachéo¬bronchique. Ces adénopathies, lorsqu'elles sont anciennes et séquellaires, peuvent être parfois calcifiées.

Avant de passer aux anomalies intéressant le poumon lui-même, il faut encore une fois insister sur le fait qu'une opacité ou une hyper-clarté se' projetant au niveau d'une plage pulmonaire n'est pas forcement d'origine pulmonaire, mais peut être due aux structures pariétales, pleurales ou médiastinales qui entourent le poumon. L'analyse correcte de la topographie et des caractères de l'anomalie radiographique sur un cliché de face et de profil suffisent a exclure une origine pulmonaire et précisent son origine pariétale, pleurale ou médiastinale, permettant ainsi d'orienter correctement les examens ultérieurs (par exemple, radiographie centrée sur le gril costal, ponction pleurale, tomodensitométrie a visée médiastinale).

Les anomalies pulmonaires peuvent avoir plusieurs causes : un comblement des alvéoles par du liquide ou des cellules (syndrome alvéolaire), un épaississement du tissu interstitiel par du liquide ou des cellules (syndrome interstitiel), une modification des bronches et/ou de leur perméabilité (syndrome bronchique), des changements de la circulation pulmonaire (syndrome vasculaire). Les lésions pulmonaires non rattachables a l'un de ces 4 syndromes, sont regroupées dans le syndrome parenchymateux, Les causes des lésions pulmonaires étant très nombreuses, il est important de déterminer le caractère alvéolaire, interstitiel, bronchique, vasculaire des images pulmonaires ce qui permet d'orienter le diagnostic vers un petit nombre d'affections,

Forum biophysique

Aucune discussion encore créée

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion