Des déficits dans la perception et la production de la hauteur de voix sont souvent observés chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA), mais la base neurale de ces déficits est inconnue.

Dans le magnétoencéphalogramme (MEG), des sons périodiques spectralement complexes déclenchent deux réponses neurales continues : la réponse auditive en régime permanent (ASSR) et le champ soutenu (SF). Il a été démontré que le SF chez les individus neurotypiques est associé à une analyse de bas niveau de la hauteur du son dans le "centre de traitement de la hauteur" du gyrus de Heschl. Par conséquent, les alternances de cette réponse auditive peuvent refléter un traitement atypique de la hauteur de la voix. Le SF, cependant, n'a jamais été étudié chez les personnes atteintes de TSA.

Méthodes

Nous avons utilisé la MEG et des modèles cérébraux individuels pour étudier l'ASSR et la SF évoquées par des trains monauraux à clic 40 Hz chez des garçons atteints de TSA (N = 35) et des garçons neurotypiques (NT) (N = 35) âgés de 7 à 12 ans.

Résultats

En accord avec les recherches précédentes chez l'adulte, les sources corticales des FS chez l'enfant ont été localisées dans le gyri de Heschl gauche et droit, antérolatéralement à celles de l'ASSR. Dans les deux groupes, le SF et l'ASSR dominaient dans l'hémisphère droit et étaient plus élevés dans l'hémisphère contralatéral à l'oreille stimulée. L'ASSR augmentait avec l'âge chez les enfants atteints de TN et de TSA et ne différait pas entre les groupes. L'amplitude du SF n'a pas changé de façon significative entre l'âge de 7 et 12 ans. Elle était modérément atténuée dans les deux hémisphères et était nettement retardée et déplacée dans l'hémisphère gauche chez les garçons atteints de TSA. Le retard de SF chez les participants atteints de TSA était présent indépendamment de leur niveau d'intelligence et de la gravité des symptômes de l'autisme.

Limitations

Nous n'avons pas testé les compétences linguistiques de nos participants. Par conséquent, le lien entre la SF et le traitement du ton de la voix chez les enfants atteints de TSA reste spéculatif.

Conclusion

Les enfants atteints de TSA font preuve d'un traitement atypique des sons périodiques spectralement complexes au niveau du cortex auditif central de l'hémisphère gauche. Le déficit neural observé peut contribuer aux difficultés de perception de la parole chez les enfants atteints de TSA, notamment leur mauvaise perception et production de prosodie linguistique.

Lire l'étude complète.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion