Les amphiarthroses, qui constituent le type intermédiaire aux synchondroses et aux diarthroses, sont parfois désignées sous les noms de symphyse articulations semi-mobiles, articulations mixtes.
­Les amphiarthroses présentent des surfaces osseuses planes ou légèrement déprimées vers le centre; ces surfaces sont revêtues d'une couche de cartilage hyalin qui occupe leur partie centrale et les aplanit. Les moyens d'union sont représentés par des ligaments interosseux; extrêmement résistants, et par des ligaments périphériques en général peu développés. Le centre de l'article est occupé par un tissu mou, de structure spéciale, circonscrivant une cavité toujours mal limitée et qui peut manquer.

Les mouvements des amphiarthroses sont peu étendus mais très variés on y constate tous les mouvements, depuis le simple glissement j jusqu'à la rotation.

 

Les amphiarthroses doivent être divisées en deux ordres : les amphiarthroses typiques représentées par les articulations des corps vertébraux entre eux; les amphiarthroses a un degré d'évolution plus avance, qui les rapproche des articulations parfaites ou diarthroses on les appelle pour cette raison diarthro-amphiarthroses : la symphyse sacro-iliaque est te type de celles-ci,

 

Le qualificatif d'amphiarthrose imparfaite, communément appliqué aux diarthro-amphiarthroses est injustement appliqué, puisque les diatrthro-amphiarthroses représentent un type plus avancé plus parfait d'amphiarthrose.

 

Structure des amphiarthroses

 

Les amphiarthroses offrent à étudier la couche cartilagineuse qui encroûte leurs surfaces articulaires et la couche de tissu qui les unit, c'est-à-dire le ligament interosseux.

 

Cartilage d'encroûtement

 

Ce cartilage appartient à la variété dite hyaline. Il n'est cependant pas rare que sa substance fondamentale, surtout la zone qui confine au ligament interarticulaire, soit fibrillaire (par exemple à la symphyse pubienne).

 

Ligaments interosseux

 

Ces formations, que l'on observe au niveau de la symphyse pubienne, de l'articulation sacro-iliaque, entre les corps des vertèbres (disques Intervertébraux), pour ne citer que quelques exemples, n'ont pas partout une constitution identique. Elles sont composées essentiellement par du fibre-cartilage parfois cependant en certains points leur structure est exclusivement fibreuse. Nous les étudierons ici dans leur forme typique, à la colonne vertébrale. Les autres seront étudiées avec les articulations auxquelles elles appartiennent.

 

Disques intervertébraux

 

Les disques qui unissent les faces inférieure et supérieure de deux vertèbres superposées sont formés 1° de couches périphériques, lamellaires, fibro-cartilagineuses et conjonctives disposées en anneaux, complets ou non, emboîtés les uns dans les autres; d'une zone centrale, molle (noyau gélatineux des auteurs) formée de fibrocartilage.

 

Les couches annulaires périphériques sont déjà bien visibles sur des coupes fraîches, qui montrent des bandes alternativement blanches (tissu fibreux) et jaunâtres (fibrocartilage).

 

Les fibres dans chacune de ces bandes sont orientées dans des sens différents d'une façon générale elles sont dirigées de haut en bas, mais toujours plus ou moins obliques par rapport aux surfaces articulaires.

 

Les fibrilles dont est composée presque exclusivement la substance fondamentale sont d'abord à peu près rectilignes et les cellules forment des séries plus ou moins nettes. Plus en dedans les faisceaux fibrillaires sont ondulés et comme enchevêtrés, puis ils s'écartent en ménageant dans leurs intervalles des interstices remplis par une substance fondamentale homogène et par des cellules.

 

Celles-ci sont beaucoup plus volumineuses que dans les zones plus rapprochées de la surface articulaire; elles sont isolées ou groupées et émettent des prolongements de longueur variable mais très fins.

 

La zone centrale, molle, du disque intervertébral est constituée, d'une part par du fibrocartilage et du tissu conjonctif, d'autre part, par les vestiges de la corde dorsale. Dans le jeune âge on rencontre au centre du disque une cavité piriforme remplie par des cellules de grande taille, vésiculeuses, groupées en amas ou agencées en cordons, et enfouies dans une substance intermédiaire amorphe et semi-fluide. Ces cellules dérivent des éléments de la corde dorsale, proliférant activement. Chez l'adulte, le noyau muqueux du disque Intervertébral provient en partie de l'amas cellulaire cordal primitif ; il est contenu dans une cavité de forme irrégulière dont la paroi, de consistance très molle, est formée par une substance fondamentale fibrillaire renfermant des cellules cartilagineuses. Il est à remarquer que cette substance molle se mélange le plus souvent d'une façon assez intime avec les vestiges cordaux, de telle sorte que la cavité qui loge ceux-ci n'est pas, chez l'adulte, aussi bien limitée que chez l'enfant.

d'après P. Poirier Traité d'anatomie humaine

­­ ­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.