Index de l'article

Artère linguale

L'artère linguale naît de la carotide externe près de la grande corne de l'os hyoïde, généralement à un centimètre au-dessus de l'artère thyroïdienne supérieure. Elle se porte en haut et en dedans recouverte par le ventre postérieur du digastrique, le nerf grand hypoglosse et la veine linguale elle atteint ainsi le bord postérieur du muscle hyoglosse et s'engage sous-sa face-profonde. Reposant sur les muscles ; constricteur moyen du pharynx et génio-glosse, elle est recouverte par l'hyoglosse, le nerf grand hypoglosse accompagné des veines linguales, la glande sous-maxillaire et la peau. Au niveau de la grande corne de l'os hyoïde, la linguale donne un rameau sus-hyoïdien qui suit la face supérieure de l'os. Sous la face profonde du muscle hyoglosse, l'artère linguale donne une branche Importante, la dorsale de la langue, qui monte se ramifier dans la muqueuse de la base de la langue et envoie souvent des rameaux en bas vers l'épiglotte, en haut, vers les piliers au lieu d'une seule artère, on en rencontre fréquemment deux ou plusieurs qui deviennent alors insignifiantes. La dorsale de la langue nait ordinairement au point ou le digastrique croise le trajet de l'artère linguale la circulation n'y sera donc pas arrêtée en cas de ligature de la linguale dans le triangle hypo-glosso-hyoïdien ; pour obtenir une hémostase complète de la langue, il faut lier la linguale à son origine même dans le triangle dit triangle De Béclard.

Arrivée au bord antérieur du muscle hyoglosse, l'artère linguale se bifurque en artère sublinguale et artère ranine.

L'artère sublinguale se dirige en avant dans le sillon que délimitent le mylo-hyoïdien en dehors, le génio-hyoïdien et le génio-glosse en dedans; elle est située en dehors du canal de Warthon et s'engage avec lui sous la face profonde de la glande sublinguale les rameaux du nerf lingual croisent en remontant sa face interne.

La plus grande partie de ses branches se terminent dans la glande sublinguale, les autres se distribuent aux fibres du génio-glosse qui avoisinent son insertion osseuse ou remontent dans la .muqueuse gingivale qui revêt la face interne du maxillaire inférieur. Un rameau traverse toujours le mylo-hyoïdien, accompagne d'une grosse veine, et s'anastomose avec les branches de la sous-mentale, les deux artères se suppléant assez souvent l'une l'autre.

Les artères linguales des deux côtés sont à peine anastomosées l'une avec l'autre. A part les anastomoses qui se font dans la muqueuse et l'arc ranin, toujours très faible, il n'existe guère qu'une branche anastomotique constante qui réunit les deux artères linguales à la base de la langue en passant juste le long du bord supérieur du corps de l'os hyoïde entre le génio-glosse et le génio-hyoïdien.

Les anastomoses sont assez minimes pour qu'une injection même fine poussée d'un coté ne puisse remplir la moitié opposée de la langue. En pratique la ligature d'une artère linguale suffit pour assécher la moitié correspondante de l'organe.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion