Index de l'article

 

Artère faciale ou maxillaire externe

L'artère faciale, remarquable par son volume et ses flexuosités, nait de la face antérieure de la carotide externe, à quelques millimètres au-dessus de l'origine de l'artère linguale, parfois au même point que celle-ci, ou par un tronc commun.

Elle se porte en avant et en haut, contournant la glande sous-maxillaire et le bord du maxillaire, sur lequel elle apparaît au-devant du masséter, et se dirige alors obliquement vers le sillon naso-labial, puis dans la vallée naso-génienne, à la partie supérieure de laquelle elle se termine en s'anastomosant avec une branche de l'ophtalmique.

Rapports

A son origine, l'artère est profondément située, comme l'artère linguale; recouverte par le .bord antérieur du sterno-cléido-mastoïdien, elle est au-dessous du digastrique et du stylo-hyoïdien, au-dessus de l'artère linguale, qui lui est presque parallèle, et du nerf hypoglosse; elle est accompagnée de la veine faciale, plus superficielle. Plus haut, l'artère s'engage sous la face profonde des muscles digastrique et stylo-hyoïdien, presque au contact de la paroi pharyngienne, formée à ce niveau par le constricteur moyen. Au-dessus du digastrique, l'artère décrit une courbe à concavité inférieure qui la conduit sous le bord inférieur du maxillaire. L'arc, l'étendue et la forme de cette courbe sont des plus variables; tantôt elle est à peine marquée, quelquefois, c'est une double courbe en S, dont l'arc supérieur peut s'avancer jusqu'au voisinage de l'amygdale. On l'a vue arriver à 12 millimètres de l'amygdale.

Dans la partie terminale de sa courbure, la faciale contourne le bord supérieur de la glande sous-maxillaire, creusant une encoche, parfois très profonde, dans le tissu glandulaire. L'étendue des rapports de l'artère avec la glande varie suivant la forme et le rayon de la courbe.

Arrivée sur le bord inférieur du maxillaire, la faciale monte sur la face externe de cet os, parallèlement au bord antérieur du masséter, recouverte à ce niveau par le peaucier et la peau. Puis, elle se dirige obliquement en avant et en haut, vers l'aile du nez et la vallée naso-génienne. Dans cette dernière partie de son trajet, elle repose sur le buccinateur, le canin et le transverse du nez elle est recouverte par le peaucier, le triangulaire des lèvres, le grand et le petit zygomatiques qui la croisent obliquement, et enfin par l'élévateur de la lèvre supérieure et quelques rameaux du facial. La veine faciale est située en arrière et en dehors de l'artère; elle forme la corde de l'arc que décrit celle-ci, C'est ordinairement entre les deux vaisseaux que l'on trouve les ganglions lymphatiques géniens.

Branches collatérales

L'artère faciale donne, de bas en haut :

  • la palatine inferieure ou ascendante; cette branche naît parfois du tronc même de la carotide; elle passe sous les muscles styliens, appliquée sur la paroi pharyngienne, et se rend au voile du palais, à l'amygdale (artères tonsillaires) et jusqu'à la trompe d'Eustache.
  • .l'artère sous-mentale en plus volumineuse que la précédente, elle nait de la faciale au niveau du bord inférieur du maxillaire, et se dirige horizontalement en avant; appliquée sur la face interne de l'os, elle suit les attaches du mylo-hyoïdien jusqu'aux insertions du digastrique. La sous-mentale affecte un rapport important avec le bord supérieur de la glande sous-maxillaire, logé dans l'angle dièdre formé par la face interne de la mâchoire et la face externe du mylo-hyoïdien. La sous-mentale donne des rameaux à la glande sous-maxillaire et au mylo-hyoïdien; des rameaux externes, qui contournent le bord inférieur du maxillaire, irriguent la peau, le peaucier et s'anastomosent avec les branches terminales (mentonnières) de la dentaire Inférieure ces branches montent jusqu'à la lèvre. Parfois, elle donne l'artère sublinguale ou constitue un rameau de celle-ci.
  • les branches ptérygoïdiennes grêles, elles se détachent de la faciale, au moment ou celle-ci contourne les insertions inférieures du muscle ptérygoïdien interne et s'épuisent dans ce muscle.
  • les branches masséterines, généralement petites, elles abordent le muscle par son bord antérieur.
  • les artères coronaires labiales, au nombre de deux, une Inférieure, une supérieure, les coronaires naissent de la faciale au niveau de la commissure des lèvres elles cheminent, flexueuses, dans l'épaisseur des lèvres et vont s'anastomoser sur la ligne médiane, avec les coronaires labiales du côté opposé, formant ainsi un cercle artériel complet autour de l'orifice buccal.
  • les rameaux faciaux sur son trajet facial, l'artère émet des rameaux oui vont aux muscles et aux téguments de la région, en s'anastomosant avec les rameaux de la temporale superficielle (artère transverse de la face) et de la maxillaire interne (artères buccale, sous-orbitaire, alvéolaire).
  • l'artère de l'aile du nez, d'un volume variable, elle nait du tronc facial a la hauteur de la narine, et se divise en deux rameaux l'un, inférieur, suit le bord externe de l'orifice de la narine; l'autre, supérieur, ascendant, longe le bord supérieur de l'aile du nez. Du rameau inférieur nait parfois l'arrière de la sous-cloison, quand elle n'est pas fournie par l'arcade des coronaires supérieures. L'artère de l'aile du nez s'anastomose avec l'artère coronaire supérieure pt avec l'artère nasale, branche de l'ophtalmique. Elle constitue souvent la branche terminale de la faciale, qui donne alors un rameau Insignifiant, montant dans le sillon naso-génien.

Branche terminale

Très réduite après l'émission des branches précitées, la faciale monte sur les faces latérales du nez, donne quelques ramuscules aux muscles et aux téguments voisins, et se termine en s'anastomosant avec la brandie nasale de l'ophtalmique et avec la sous-orbitaire.

Variétés

L'artère faciale manque rarement, mais elle peut être réduite à un petit rameau qui s'arrête à l'angle du maxillaire. Dans ce cas, le tronc de l'artère est suppléé par la transverse de la face, la nasale, la sous-orbitaire et même la lacrymale. Inversement, elle peut remplacer toutes ces artères. Il est très fréquent (presque un tiers des cas) de la voir naître avec la linguale. La faciale peut avoir un trajet anormal et se mettre en rapport intime avec la face externe de l'amygdale. Chez certains sujets l'artère est sous-cutanée dans toute son étendue. Certaines des branches qu'elle émet normalement peuvent provenir des artères voisines.

Lorsque la faciale naît au niveau de l'angle de la mâchoire, elle appartient à la région amygdalienne. Dans cette situation, la faciale est en rapport en avant, avec la carotide interne, en dedans avec la carotide externe, en dehors avec la palatine ascendante dont les rameaux tonsillaires sont l'origine ordinaire des hémorragies dans l'amygdalectomie.

L'artère faciale peut donner naissance à une artère pharyngienne ascendante, a l'artère maxillaire interne, à l'artère sterno-cléido-mastoïdienne, à l'artère sublinguale. On l'a vue fournir une branche ascendante qui atteignait la fosse ptérygo-maxillaire et donnait la plupart des branches de l'artère maxillaire interne atrophiée.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion