Index de l'article

Artère auriculaire postérieure

L'auriculaire postérieure, qui se rend au pavillon de l'oreille et à la partie avoisinante du cuir chevelu, naît de la face postérieure de la carotide, à quelques millimètres au-dessus de l'origine de l'artère occipitale, au niveau du point où la carotide externe passe sous le ventre postérieur du digastrique; elle naît parfois d'un tronc commun avec l'occipitale.

L'auriculaire postérieure se dirige en haut et un peu en arrière, suivant le bord supérieur du muscle digastrique, appliquée sur la face externe du muscle stylo-hyoïdien puis, elle s'infléchit et se porte verticalement en haut, vers le bord antérieur de l'apophyse mastoïde, où elle se divise en ses branches terminales, l'auriculaire et la mastoïdienne.

Les rapports de l'auriculaire avec la parotide sont des plus variables quelquefois, elle est tout entière en dehors de la glande; beaucoup plus souvent, dès sa naissance, elle pénètre dans la glande et en ressort au niveau de la pointe de l'apophyse mastoïde ; quand l'origine de l'artère est reportée un peu plus haut, elle naît dans la glande et aborde ensuite le bord antérieur de l'apophyse mastoïde.

Branches collatérales

Dans son trajet, l'artère auriculaire postérieure donne :

  • l'artère stylo-mastoïdienne qui naît dans l'épaisseur de la glande parotide, passe immédiatement en dehors du nerf facial et pénètre avec lui dans l'aqueduc de Fallope; elle donne des rameaux au muscle de l'étrier, a la caisse du tympan, aux canaux demi-circulaires et s'anastomose avec les rameaux auriculaires de la méningée moyenne. Parfois l'artère stylo-mastoïdienne vient de l'occipitale.
  • des rameaux parotidiens dans la glande.
  • des rameaux auriculaires, qui se perdent dans la peau de la face postérieure du pavillon.
  • quelques rameaux musculaires.
  • des rameaux mastoïdiens, qui se portent en' arrière vers les téguments de la région mastoïdienne.

Branches terminales

Au-dessous du conduit auditif externe, l'artère auriculaire postérieure se divise en deux branches terminales. Une branche supérieure ou auriculaire, qui monte dans le sillon auriculo-crânien, donne des rameaux à la face crânienne du pavillon et quelques rameaux perforants à sa face externe, dans la région de l'hélix et de l'anthélix. Une branche postérieure ou mastoïdienne, dont les rameaux se portent en arrière aux téguments de la région mastoïdienne, au muscle occipital; ils s'anastomosent avec les rameaux de l'occipitale en arrière, et avec ceux de la temporale superficielle en avant.

Variétés

L'artère auriculo-postérieure peut naître avec l'artère occipitale. Elle peut être suppléée par celle-ci ou par l'artère auriculaire antérieure. Inversement, elle peut suppléer l'occipitale par un ou deux rameaux.

Artère stylo-mastoïdienne. L'artère stylo-mastoïdienne peut pénétrer dans la caisse du tympan par sa paroi inférieure, cheminer sur le promontoire, passer entre les deux branches de l'étrier, puis sortir de la caisse, soit en pénétrant dans le canal de Fallope, soit en traversant le tegmen tympani pour se distribuer à la dure-mère.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion