Index de l'article

Rapports de l'artère humérale

 

Au bras, l'artère humérale répond : en avant au bord interne du muscle coraco-brachial remplace plus bas par le bord interne du biceps (muscle satellite) suivant que ces muscles sont plus ou moins développes, ils empiètent plus ou moins sur la face antérieure de l'artère; leur atropine la découvre et la laisse en contact avec l'aponévrose; en arrière la brachiale répond à la cloison intermusculaire interne, qui la sépare du vaste interne, et plus bas à la face antérieure du brachial antérieur; dedans, elle est en contact immédiat avec l'aponévrose brachiale recouverte d'une peau mince; en dehors, elle répond au coraco-brachial, et, plus bas, à l'interstice qui sépare le biceps du brachial antérieur.

Au pli du coude, l'artère humérale chemine dans l'interstice qui sépare le tendon du biceps du faisceau coronoïdien du rond pronateur. Elle est recouverte par l'aponévrose, renforcée par l'expansion aponévrotique du biceps, qui sépare l'artère, de la veine médiane basilique et des filets du brachial cutané interne,

Rapports avec les veines, les lymphatiques et les nerfs. L'artère humérale est accompagnée de deux veines collatérales, occupant l'une, le côté antéro-externe, l'autre, le côté postéro-interne de l'artère. Ces veines échangent, en avant et en arrière de l'artère, des anastomoses transversales. Au niveau du pli du coude, il n'est pas rare de voir l'une des deux veines, ordinairement la collatérale externe, se placer devant l'artère. La médiane basilique et la basilique suivent, au-dessus de l'aponévrose, un trajet qui est sensiblement le même que celui de l'humérale ; l'humérale est accompagnée de deux troncs lymphatiques profonds qui présentent sur leur trajet trois ou quatre ganglions ordinairement peu volumineux.

Le nerf médian affecte avec l'artère des rapports intimes. En haut du bras, il répond à la partie externe de l'artère et souvent à sa partie antérieure, puis il la croise en X très allongé en passant sur la face antérieure du vaisseau et devient de plus en plus interne. Au pli du coude, il en est séparé par toute l'épaisseur du chef coronoïdien du rond pronateur.

Le nerf cubital, qui appartient à la loge postérieure du bras, est d'abord très rapproché de l'artère à la partie postérieure de laquelle il répond, séparé d'elle toutefois par la cloison intermusculaire interne. Plus bas, ce nerf, qui descend directement pour gagner la face postérieure de l'épitrochlée, est séparé du vaisseau par une épaisse couche musculaire appartenant au vaste interne.

Le nerf musculo-cutané, qui a perforé le coraco-brachial avant que l'axillaire soit devenue l'humorale, n'affecte avec cette dernière que des rapports éloignés. Il en est de même du radial. Quant au brachial cutané interne, d'abord situé à la partie interne de l'artère, il perfore bientôt l'aponévrose pour devenir sous-cutané.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion