Index de l'article

L'artère fémorale (Latin : Cruralis ; Anglais : femoral artery) s'étend de l'arcade crurale, où elle fait suite à l'artère iliaque externe, à l'anneau du troisième adducteur, où elle prend le nom de poplitée.

 

Limites

Sa direction, sensiblement verticale, est cependant très légèrement oblique en bas et en arrière : l’artère fémorale forme un léger coude avec l'iliaque externe, oblique en bas et en dehors. Répondant à la tête du fémur au niveau du pli de l'aine, elle forme avec la diaphyse de cet os un angle aigu ouvert en haut ; le sommet de l'angle se trouve à la jonction des deux tiers supérieurs avec le tiers inférieur de la diaphyse fémorale, là où la fémorale contourne l'os pour passer du côté de la flexion, dans la région poplitée.

La direction de l'artère est assez bien indiquée par une ligne partant du milieu de l'arcade crurale et allant aboutir à la partie postérieure du condyle interne. Elle est mieux indiquée encore par la dépression verticale que l'on voit sur la face antéro-interne d'une cuisse maigre et que le bout des doigts peut retrouver et suivre sur une cuisse grasse, entre le quadriceps entourant le fémur et la saillie des adducteurs l’artère fémorale suit le fond de l'angle dièdre formé par le rapprochement de ces deux masses: c'est le lit de l'artère.

Superficielle à son origine, où on peut la comprimer sur la tête fémorale et sentir ses battements dans le triangle de Scarpa, elle devient de plus en plus profonde lorsqu'on descend vers sa terminaison.

Flexueuse, dans son tiers supérieur, surtout quand la cuisse est fléchie, l’artère fémorale devient rectiligne lorsque la cuisse est dans l'extension.

Rapports

L'artère fémorale occupe, tout le long de la cuisse, une gaine prismatique et triangulaire, gaine des vaisseaux fémoraux, formée par la rencontre des masses musculaires de l'extension et de l'adduction, et complétée par une aponévrose qui va des adducteurs aux extenseurs, en passant au-devant des vaisseaux.

Rapport avec les muscles et les aponévroses : gaine des vaisseaux fémoraux.

1) Au niveau de l’orifice supérieur de la gaine des vaisseaux fémoraux (anneau crural de quelques auteurs ; Voy. t. II, p. 287), l'artère, qui occupe l'angle externe de cet orifice triangulaire, répond : en avant, à l'arcade de Fallope, et, par son intermédiaire, au cordon chez l'homme, au ligament rond chez la femme; en arrière à la bandelette de Cooper et à l'insertion pubienne du pectiné; en dehors à la bandelette Ilio-pectinée, portion renforcée du fascia iliaca séparant l'artère du psoas iliaque et du nerf crural en dedans, a la veine fémorale et au ganglion de Cloquet qui la séparent du ligament de Gimbernat. Au-dessous du point où l'artère franchit l'anneau, elle contracte des connexions intimes avec le fascia transversalis. Je rappelle que, d'après la majorité des auteurs, le fascia transversalis s'insère et s'arrête sur le bord postérieur de l'arcade crurale. Cependant Thomson avait déjà remarqué que le fascia transversalis ne s'arrête pas à l'arcade, mais descend en arrière d'elle, et passe au-devant des vaisseaux fémoraux. Swijasheninow, ayant repris l'étude du sujet, a montré que le fascia transversalis se réfléchissait bien sous l'arcade et passait au-devant des vaisseaux fémoraux sur la gaine celluleuse desquels il vient se perdre, à 2 ou 3 cm. au-dessous de l'arcade crurale. II constitue ainsi à ces vaisseaux, mais seulement dans leur partie supérieure, une gaine surajoutée à laquelle Swijasheninow donne le nom de gaine infundibuliforme des vaisseaux fémoraux. J'ai vérifié sur plusieurs cadavres la description de cet auteur et elle m'a paru absolument exacte.

2) Au niveau de son tiers supérieur. Le tiers supérieur de l'artère fémorale descend verticalement dans le triangle de Scarpa. Là, l'artère est en rapport en dedans, avec le pectiné recouvert de son aponévrose ; en dehors avec le fascia iliaca et le muscle iliaque en avant, avec l'aponévrose fémorale épaisse vers le sommet du triangle, perforée dans son milieu par la saphène interne qui la tasse en un repli falciforme, criblée en haut par les vaisseaux sanguins et lymphatiques et devenue ainsi fascia crebriformis. Répétons cependant qu'à ce niveau l'artère est séparée de l'aponévrose par le prolongement fémoral du fascia transversalis et qu'il existe là entre ce prolongement et l'aponévrose superficielle un espace inter aponévrotique, pré-vasculaire, que Swijasheninoff a pu injecter. Enfin, en arrière, l'artère répond, d'après les classiques, à l'interstice qui sépare le muscle psoas-iliaque du pectiné il m'a paru qu'elle était située le plus souvent un peu en dehors de cet interstice, reposant par conséquent sur le psoas-iliaque, qui la sépare de la capsule articulaire et de la tête fémorale.

Artères fémorales.

3) Dans son tiers moyen. L'artère répond : en avant, au couturier, qui, étalé par l'aponévrose dans un dédoublement de laquelle il est contenu, croise très obliquement le vaisseau et, par suite, le recouvre sur une étendue de la largeur de la main ; en dehors, au vaste externe ; en dedans et en arrière au moyen adducteur.

4) Dans son tiers inférieur, l'artère chemine dans le canal de Hunter. On donne ce nom à la partie inférieure, renforcée en avant, de la gaine des vaisseaux fémoraux. Prismatique et triangulaire, ce canal de Hunter est formé : en dehors, paroi externe, par l'aponévrose d'origine du vaste interne ; - en arrière, paroi postérieure, par la troisième portion du grand adducteur ; - en avant, paroi antérieure, par un plan aponévrotique, à fibres transversales, réunissant les deux lèvres de la gouttière musculeuse dans laquelle chemine l’artère, c'est-à-dire allant du tendon du grand adducteur au vaste interne recouvert de son aponévrose. La force et l'étendue de ce plan aponévrotique, qui renforce en avant la gaine des vaisseaux fémoraux, sont très variables; aussi est-il difficile d'assigner une longueur précise au canal de Hunter; on lui donne, en moyenne, 10 cm. La paroi antérieure du canal de Hunter présente deux orifices qui livrent passage le supérieur, à la branche superficielle de l'artère grande anastomotique et aux veines qui l'accompagnent, ainsi qu'à l'accessoire du saphène interne, l'inférieur au nerf saphène interne. Il y a de nombreuses variantes de type d'émergence de ces vaisseaux et nerfs, je les signalerai plus loin (voy. Grande anastomotique).

Paroi antérieure du canal de Hunter (d'après Farabeuf).

Il importe de distinguer cette gaine aponévrotique, qui contient les vaisseaux fémoraux, de la gaine celluleuse qui leur est immédiatement appliquée.

Rapports immédiats

Avec la veine

Au niveau de l'orifice supérieur de la gaine des vaisseaux fémoraux, la veine fémorale est placée en dedans de l'artère qu'elle sépare de la portion lymphatique, orifice supérieur du canal crural.

Je rappelle qu'avec Richet je réserve, au tiers interne ou lymphatique de la gaine des vaisseaux, le nom de canal crural (voy. Quinze leçons d’anatomie pratique, 1ère édition p. 70, et 2ème  édit., p. 77).

Elle reste interne par rapport à l'artère dans toute l'étendue du triangle de Scarpa au niveau de la pointe de ce dernier, elle commence à devenir de plus en plus postérieure. Plus bas, dans le canal de limiter, elle est nettement, située en arrière de l'artère. Là, la face antérieure de l'artère est en rapport avec un canal veineux collatéral ou avec des veinules nombreuses, satellites de la grande anastomotique, qui contournent ses faces latérales pour se jeter dans la veine crurale.

Avec les nerfs

La branche crurale du génito-crural sort de l’abdomen par l’anneau crural, croise la face antérieure de l'artère et perfore l'aponévrose au niveau de la partie inférieure du fascia crebriformis. Le musculo-cutané interne pénètre dans la loge des vaisseaux fémoraux immédiatement au-dessous du canal crural et se divise en plusieurs rameaux qui passent transversalement en avant et en arrière de l'artère. Le rameau profond ou fémoral de l'accessoire du saphène interne accompagne l'artère dans tout son trajet et sort de la loge par un orifice qui lui est commun avec la grande anastomotique. Le nerf du vaste interne est également accolé à l'artère sur une assez grande longueur. Enfin, le saphène interne accompagne l'artère dans presque toute son étendue et ne l'abandonne qu'au niveau de la partie inférieure du canal de Hunter. Le nerf, d'abord placé en dehors de l'artère, se place en avant et même un peu en dedans d'elle, dans le canal de Hunter il décrit ainsi autour de l'artère une spire très allongée.

Avec les lymphatiques

Au-devant des vaisseaux fémoraux on rencontre quelques troncs lymphatiques reliant deux ou trois petits ganglions échelonnés le long de la cuisse. Au niveau du triangle de Scarpa, l'artère est en rapport avec les ganglions inguinaux par l'intermédiaire du fascia crebriformis et avec les ganglions profonds qui sont séparés d'elles par la veine et occupent la partie la plus interne de la gaine des vaisseaux.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion