Les oiseaux construisent des nids et migrent à l'approche de l'hiver. Les nourrissons tètent le sein de leur mère.

Les chiens secouent l'eau de leur fourrure mouillée. Les saumons remontent le courant pour frayer, et les araignées tissent des toiles complexes. Qu'ont en commun ces comportements apparemment sans rapport entre eux ? Ce sont tous des comportements qui n'ont pas été appris. Les instincts et les réflexes sont des comportements innés (non appris) avec lesquels les organismes naissent. Les réflexes sont une réaction motrice ou neuronale à un stimulus spécifique dans l'environnement. Ils ont tendance à être plus simples que les instincts, impliquent l'activité de parties et de systèmes spécifiques du corps (par exemple, le réflexe de l'épaule et la contraction de la pupille en cas de lumière vive), et impliquent des centres plus primitifs du système nerveux central (par exemple, la moelle épinière et la moelle épinière). En revanche, les instincts sont des comportements innés qui sont déclenchés par un éventail plus large d'événements, tels que la maturation et le changement de saison. Il s'agit de modèles de comportement plus complexes, qui impliquent un mouvement de l'organisme dans son ensemble (par exemple, l'activité sexuelle et la migration) et qui font intervenir des centres cérébraux plus élevés.

Les réflexes et les instincts aident l'organisme à s'adapter à son environnement et n'ont pas besoin d'être appris. Par exemple, tout bébé humain en bonne santé a un réflexe de succion, présent à la naissance. Les bébés naissent en sachant comment téter une tétine, qu'elle soit artificielle (provenant d'un biberon) ou humaine. Personne n'apprend au bébé à téter, tout comme personne n'apprend à une tortue de mer en train d'éclore à se diriger vers l'océan. L'apprentissage, tout comme les réflexes et les instincts, permet à un organisme de s'adapter à son environnement. Mais contrairement aux instincts et aux réflexes, les comportements appris impliquent un changement et une expérience : l'apprentissage est un changement relativement permanent du comportement ou des connaissances qui résulte de l'expérience. Contrairement aux comportements innés évoqués ci-dessus, l'apprentissage implique l'acquisition de connaissances et de compétences par l'expérience. Si l'on se réfère à notre scénario de surf, Julian devra passer beaucoup plus de temps à s'entraîner avec sa planche de surf avant d'apprendre à surfer sur les vagues comme son père.

L'apprentissage du surf, ainsi que tout processus d'apprentissage complexe (par exemple, l'apprentissage de la discipline de la psychologie), implique une interaction complexe de processus conscients et inconscients. L'apprentissage a traditionnellement été étudié en fonction de ses composantes les plus simples, à savoir les associations que notre esprit fait automatiquement entre les événements. Notre esprit a une tendance naturelle à relier des événements qui se produisent en étroite relation ou en séquence. L'apprentissage associatif se produit lorsqu'un organisme établit des connexions entre des stimuli ou des événements qui se produisent ensemble dans l'environnement. Vous verrez que l'apprentissage associatif est au cœur des trois processus d'apprentissage de base abordés dans ce chapitre ; le conditionnement classique tend à impliquer des processus inconscients, le conditionnement opérant tend à impliquer des processus conscients, et l'apprentissage par l'observation ajoute des couches sociales et cognitives à tous les processus associatifs de base, tant conscients qu'inconscients. Ces processus d'apprentissage seront abordés en détail plus loin dans le chapitre, mais il est utile d'avoir un bref aperçu de chacun d'entre eux lorsque vous commencez à explorer la façon dont l'apprentissage est compris d'un point de vue psychologique.

Dans le conditionnement classique, également connu sous le nom de conditionnement pavlovien, les organismes apprennent à associer des événements - ou des stimuli - qui se produisent de façon répétée. Nous vivons ce processus tout au long de notre vie quotidienne. Par exemple, vous pouvez voir un éclair dans le ciel pendant un orage et entendre ensuite un fort coup de tonnerre. Le bruit du tonnerre vous fait naturellement bondir (les bruits forts ont cet effet par réflexe). Comme la foudre prédit de manière fiable l'imminence d'un coup de tonnerre, vous pouvez associer les deux et sauter lorsque vous voyez la foudre. Les chercheurs en psychologie étudient ce processus associatif en se concentrant sur ce qui peut être vu et sur les comportements mesurés. Les chercheurs se demandent si un stimulus déclenche un réflexe, peut-on entraîner un stimulus différent pour déclencher ce même réflexe ? Dans le conditionnement opératoire, les organismes apprennent, une fois de plus, à associer des événements - un comportement et sa conséquence (renforcement ou punition). Une conséquence agréable encourage davantage ce comportement à l'avenir, alors qu'une punition le décourage. Imaginez que vous appreniez à votre chien, Hodor, à s'asseoir. Vous dites à Hodor de s'asseoir, et vous lui donnez une friandise lorsqu'il le fait. Après des expériences répétées, Hodor commence à associer l'acte de s'asseoir avec le fait de recevoir une friandise. Il apprend que la conséquence de s'asseoir est qu'il reçoit un biscuit pour chien. À l'inverse, si le chien est puni lorsqu'il manifeste un comportement, il est conditionné à éviter ce comportement (par exemple, recevoir un petit choc lorsqu'il franchit la limite d'une clôture électrique invisible).

Dans le conditionnement opérant, une réponse est associée à une conséquence. Ce chien a appris que certains comportements entraînent la réception d'une friandise. (crédit : Crystal Rolfe)

L'apprentissage par l'observation étend la gamme effective du conditionnement classique et opérant. Contrairement au conditionnement classique et opérant, dans lequel l'apprentissage ne se fait que par l'expérience directe, l'apprentissage par l'observation est le processus qui consiste à observer les autres et à imiter ce qu'ils font. Une grande partie de l'apprentissage chez les humains et les autres animaux provient de l'apprentissage par observation. Pour avoir une idée de la portée supplémentaire efficace qu'apporte l'apprentissage par l'observation, considérons Ben et son fils Julian dans l'introduction. Comment l'observation pourrait-elle aider Julian à apprendre à surfer, par opposition à l'apprentissage par essais et erreurs uniquement ? En observant son père, il peut imiter les mouvements qui apportent le succès et éviter les mouvements qui mènent à l'échec. Pouvez-vous penser à quelque chose que vous avez appris à faire après avoir observé quelqu'un d'autre ?

Toutes les approches abordées dans ce chapitre font partie d'une tradition particulière en psychologie, appelée behaviorisme, que nous abordons dans la section suivante. Cependant, ces approches ne représentent pas l'étude complète de l'apprentissage. Des traditions d'apprentissage distinctes ont pris forme dans différents domaines de la psychologie, tels que la mémoire et la cognition, et vous découvrirez donc que d'autres chapitres viendront compléter votre compréhension du sujet. Au fil du temps, ces traditions ont tendance à converger. Par exemple, dans ce chapitre, vous verrez comment la cognition en est venue à jouer un rôle plus important dans le behaviorisme, dont les adeptes les plus extrêmes insistaient autrefois pour que les comportements soient déclenchés par l'environnement sans qu'aucune pensée n'intervienne.

D'après What Is Learning?

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion