Les glandes salivaires comportent différens type d'éléments sécréteurs mis en évidence par différentes réactions histochimiques.

Éléments sécréteurs

Ce sont des acini : Séreux, muqueux et mixtes.

Acini séreux

En microscopie optique, ils apparaissent comme des formations sphériques, circulaires à la coupe et centrés autour d'une lumière. Les acini sont bordés par 1 seule couche de cellules, de forme prismatique. Le noyau est central ; le pôle basal se distinguant par une grande quantité d'ARN (test de Brachet +), et le pôle apical par des grains de zymogéne, sphériques, de nature protéique et support de l''amylase. En microscopie électronique, le pôle basal montre un dense réseau ergastoplasmique, qui forme une sorte de nid où se loge le noyau. Le pôle apical présente de nombreux grains très denses aux électrons, les grains de zymogéne. Un riche réseau ergastoplasmique avec des granulations est une cellule typique sécrétrice de protéines.

Acini muqueux

Ils sont très différents des acini séreux. En microscopie optique, on distingue une lumière béante, bordée par 1 seule couche de cellules. Le noyau est accolé à la membrane basale, et le cytoplasme est chromophobe ; c'est un cytoplasme dit spumeux, car il renferme de nombreuses vacuoles de mucus. Ce mucus doit être caractérisé, et cela se fait par des réactions histochimiques : Le PAS : s'il est positif, la lame se colore en rouge ; c'est à dire qu'il peut s'agir de glycogéne ou de glycoprotéines. Pour les différencier, on reprend une autre lame : on y fait agir le PAS, mais après action de l'amylase salivaire qui détruit le glycogène. Réaction - : présence de glycogène Réaction + : présence de glycoprotéines Pour caractériser les glycoprotéines on utilise 2 types de réactions : Le Bleu de Toluidine : Sur une lame, la coloration peut être orthochromatique, c'est à dire bleue : nous sommes donc en présence de mucopolysaccharides neutres. Ou bien la coloration est métachromatique, elle apparaît en rouge, et nous sommes en présence de mucopolysaccharides acides. Il faut ensuite confirmer cette réaction : Le Bleu Alcian : Si la réaction est - : mucopolysaccharide neutre. Si la réaction est + : mucopolysaccharide acide. On a donc une lame présentant un mucus PAS + après action de l'amylase, avec une métachromasie au bleu de Toluidine ( mucop acide), qui est confirmée par une réaction + au bleu Alcian. En microscopie électronique : on observe de nombreuses vacuoles peu colorables et homogènes.

Acini mixtes ou composés

Ce sont des cellules tubuleuses, sorte d'acini muqueux essentiellement et qui présente au pôle opposé (ou tube intracanalaire : premier segment du tube excréteur), 5 à 6 cellules séreuses. Le pôle apical présente des grains de zymogène et le pôle basal de l'ergastoplasme.

Eléments associés aux acini

La membrane basale constitue la limite extérieure de la cellule ; elle est continue et très épaisse.

Les cellules myoépithéliales ont une forme de panier ; elles entourent une partie de l'acinus au niveau du pôle basal des cellules et de la membrane basale. Elles contiennent à l'intérieur des myofibrilles qui donnent une capacité de contractilité à la cellule : cela permet de chasser le produit de sécrétion dans la lumière.

Elles sont intéressantes car dans certaines tumeurs elles prolifèrent, et peuvent donc être détectées par des auto anticorps.

Vaisseaux et nerfs : II existe des terminaisons nerveuses qui peuvent se trouver entre les acini, et parfois même qui pénètrent sous la lame basale au contact de la cellule.

Eléments excréteurs

Ce sont trois éléments :

  • Le canal intercalaire,
  • le canal strié,
  • le grand canal collecteur qui est extra lobulaire, tandis que les deux précédents éléments sont intra-lobulaires.

Le canal ou passage intercalaire (ou canal de Boll)

II est de petit calibre, a un trajet court, limité par une membrane basale sur laquelle s'appuie un épithélium cubique simple : il a un rôle de conduction qui débouche dans le canal strié.

Le canal strié ou de Pflüger

En microscopie optique : le calibre est beaucoup plus grand que le premier canal, son trajet est plus long, sa lumière plus large ; il est limité par une membrane basale où s'appuient des cellules prismatiques ou cylindriques. Le pole apical présente des petites granulations Le pole basal présente des bâtonnets de Pflüger.

En microscopie électronique, le chondriome est orienté car situé d­ans des sortes de logettes, provenant de l'invagination de la membrane cytoplasmique du pôle basai, ce qui va donner un aspect strié au pôle basal. Cela correspond aux bâtonnets de Pflüger.

Ce canal est différent du point de vue fonctionnel car c'est un canal excréto-sécréteur : c'est à dire un rôle de conduction doublé de celui d'excrétion et de sécrétion. Il élimine des éléments qu'il va puiser dans les capillaires sous-jacents : toxiques, métaux lourds : Pb, Ag, Iode, Arsenic ou bismuth.

Le grand canal collecteur (dans les cloisons interlobulaires).

Il est de grand calibre, toujours entouré par une membrane basale ; on note de nombreux faisceaux de collagène, une grande lumière, bordée par un épithélium prismatique simple, sans activité sécrétoire.

A proximité de son abouchement, sa structure se modifie car il se stratifié et forme un canal collecteur propre de la glande : c’est à dire que l'épithélium devient épidermoïde. On peut aussi voir quelques cellules caliciformes.

Glande parotide humaine.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion