Index de l'article

 

Du reflet lumineux du tympan.

Dans la portion sous-ombilicale existe toujours, lorsque le tympan est normal, une tache brillante, lumineuse, analogue à celle que l'on observe sur la cornée. On a donné à cette tache le nom de triangle lumineux. Signalé par Wilde de Dublin, ce triangle a été étudié par différents auteurs et en particulier par Politzer. On s'est surtout attaché à découvrir la cause de sa production, et il n'est pas; douteux qu'il ne soit le résultat de l'inclinaison du tympan et surtout de la dépression ombilicale, comme l'a démontré Politzer. Sur une membrane plane il n'existe pas de reflet lumineux, tandis que, si l'on vient à en déprimer le centre, le reflet lumineux apparaît.

Laissant de côté la question, encore très-obscure, du mode de formation de ce triangle, ce qui n'a d'ailleurs pour nous qu'un intérêt secondaire, nous l'envisagerons seulement au point de vue clinique.

Voici ce que disent à cet égard les auteurs le reflet lumineux du tympan à la forme d'un triangle équilatéral dont le sommet correspond à l'ombilic et la base à la circonférence de la membrane. Il est situé dans la portion sous-ombilicale et placé un peu en avant du manche du marteau, de façon à former avec ce dernier un angle obtus ouvert en avant. Lorsque la dépression ombilicale augmente, c'est-à-dire que le tympan se rapproche du promontoire, le triangle s'allonge, se rétrécit et devient isocèle il s'élargit au contraire lorsque le p tympan se porte en dehors.

Il est très-exact que les mouvements du tympan modifient le triangle lumineux aussi attache-t-on en général une importance assez grande à la forme de ce triangle dans les maladies de l'oreille; on cherche s'il est allongé, raccourci, élargi, rétréci s'il est plus ou moins brillant, s'il a changé de place, s'il est réduit à un point ou transformé en rectangle, etc., mais il est bien t évident que ces données ne peuvent avoir de valeur qu'autant que la forme normale est parfaitement déterminée et constante. C'est ce dont j'ai voulu m'assurer par l'examen d'un certain nombre de tympans physiologiques. Ces membranes ont été toutes dessinées le même jour et avec le même éclairage, à une vive lumière solaire, par M. le docteur Esbach, sur quelques-uns des élèves de mon service l'acuité auditive était normale chez tous ces jeunes gens or on peut constater qu'il n'y a pas deux triangles lumineux semblables. Je n'en ai pas trouvé un seul qui représente le type décrit comme normal, à savoir, un triangle équilatéral. Comment donc attribuer une valeur clinique quelconque à un signe qui présente d'aussi nombreuses variétés physiologiques ?

Il faudrait, pour en tirer une conclusion légitime, avoir examiné la forme du triangle avant l'apparition de la maladie, ce qui n'a évidemment jamais eu lieu. Je ne décrirai pas autrement le reflet lumineux du tympan, les figures ci-jointes valant mieux qu'une description. Je ferai cependant remarquer que l'acuité auditive n'est nullement en rapport avec la largeur ou la forme plus ou moins régulière de ce reflet. Ainsi les sujets n° 7 et 2, dont les tympans présentent, le premier un seul petit point lumineux, et le second un triangle assez bien formé, avaient une acuité auditive extrêmement développée, beaucoup plus que celle de tous les autres.

L'inclinaison du reflet lumineux sur le manche du marteau est non moins variable à l'état physiologique le plus souvent ces deux parties forment par leur rencontre un angle obtus ouvert en avant, quelquefois un angle droit ou presque droit.

Ce reflet étant évidemment dû à l'inclinaison et à la courbure de la membrane du tympan, ce qui précède prouve que cette inclinaison et cette courbure varient avec chaque sujet, et qu'en conséquence on ne saurait tirer qu'un médiocre parti, au point de vue clinique, de sa forme, de ses dimensions, de son siège et de son éclat.

Le tympan à l'état normal est translucide aussi, lorsqu'il est fortement éclairé, peut-on voir par transparence la grande branche ou branche verticale de l'enclume, qui descend parallèlement an manche du marteau, moins bas que lui; en arrière et sur un plan plus profond. On peut aussi apercevoir assez facilement la corde du tympan, qui traverse horizontalement la portion sus-ombilicale, tout près du pôle supérieur, sous l'aspect d'une ligne grisâtre.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion